Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

poic 2013

8.307 Aufrufe

Veröffentlicht am

journées de DES Besançon mars 2013

Veröffentlicht in: Gesundheit & Medizin
  • Als Erste(r) kommentieren

poic 2013

  1. 1. PSEUDO OBSTRUCTION INTESTINALE CHRONIQUE (POIC) Céline MONTUCLARD CHU DIJON DES 15/03/2013
  2. 2. Définition et épidémiologie  Définition : trouble de la motricité du tube digestif (grêle++) Episodes chroniques et/ou itératifs évoquant une obstruction mécanique intestinale, sans obstacle organique  Rare : incidence et prévalence inconnues (1 nv cas/an/million hab)  Grave : 20 % des insuffisances intestinales chroniques chez l’adulte  Prédominance masculine (Ratio H/F: 1,5/1 à 4/1)  Age moyen au diagnostic : 20-26 ans
  3. 3. Physiopathologie Système nerveux entérique Système nerveux central Cellule interstitielle de Cajal = Pace-Maker Fibres musculaires lisses longitudinales ou circulaires
  4. 4. Anatomopathologie NeuropathiesMésenchymopathies -Anomalies des cellules interstitielles de Cajal (48 % cas) -Atrophie/ hypertrophie /dégénérescence du tissu musculaire lisse (couche longitudinale +) -Fibrose Myopathies -Anomalies de répartition des neurones: perte neuronale/aganglionose -Infiltration des plexus par lymphocytes ou plasmocytes
  5. 5. Etiologies Primitives (50%) • Idiopathiques ( 80 % ) • Myopathie viscérale ou neuropathie viscérale familiale : − MNGIE syndrome ( ptosis, ophtalmoplégie, leucoencéphalite, pseudo- occlusion ) −Hirschsprung • Cytopathie mitochondriale ( MNGIE syndrome ) Secondaires (50%) •Paranéoplasique : poumon petites cellules •Connectivites : sclérodermie •Amylose •Métabolique : hypothyroïdie, Diabète •Iatrogène : post radique, anti-dépresseurs, anti-parkinsoniens •Infectieux : viral (CMV, EBV, rotavirus) •Autres : maladie cœliaque , sprue réfractaire
  6. 6. Présentation clinique  Evolution insidieuse : épisode subocclusif / accalmie Temps médian 1er épisode sub-occlusif diagnostic : 8 ans  ATCD de laparotomies « blanches » : 90 % patients (3 en moyenne )  Symptômes :  Douleur abdominale, parfois violente  Distension abdominale  Nausées, vomissements  Constipation / Diarrhée (pullulation microbienne)  Dysphagie, RGO  Malnutrition (IMC bas)  Anorexie, asthénie, amaigrissement  Signes extra-digestifs
  7. 7. Jadis… Transit du grêleASP
  8. 8. Eliminer un obstacle organique TDM Abdomino pelvienne Entéroscanner/IRM
  9. 9.  FOGD  ILEOCOLOSCOPIE  ENTEROSCOPIE HAUTE ET BASSE Biopsies peu contributives car n’atteignent pas les couches profondes  Perspective : biopsies transmurales Biopsies systématiques : Amylose, Maladie cœliaque Eliminer un obstacle organique : endoscopies
  10. 10. Eliminer un obstacle organique Eviter la chirurgie +++  Risque de complication : création de brides, { l’origine d’occlusion intestinale ultérieure  Biopsies cunéiformes du grêle (immunohistochimie)
  11. 11. Diagnostic : manométrie antro- duodénale  Référence mais complexe, rarement pratiquée Quasiment toujours anormale Si normale : remettre en cause le diagnostic  En cas d’obstacle organique : contractions postprandiales prolongées, non propagées ≠ POIC  Distingue le type de POIC - Contractions d’amplitude N non coordonnées , non propagées ou POIC NEUROGENE -Contractions d’amplitude N non coordonnées , non propagées ou anormales -Motricité post-prandiale = 0 POIC MYOGENE - Contractions d’amplitude faible ou nulle - Hypomotilité coordonnée
  12. 12. Autres examens complémentaires  Manométrie œsophagienne : non spécifique Etude 2012, Amiot et al : pathologique dans 73% des cas / 90 % cas si dysphagie (toujours anormale si sclérodermie)  Manométrie ano-rectale : non systématique, non spécifique, anormale dans 60 % cas (toujours anormale si Hirschsprung)  Breath test  Electromyogramme  Biopsie neuromusculaire  Bilan urodynamique  IRM cérébrale Selon la cause évoquée
  13. 13. Biologie  Biologie standard + recherche carence vitaminique  Selon l’étiologie suspectée  TSH  Ac anti-nucléaires, Ac anti-Scl-70  Ac anti-neurones (anti-Hu)  Ag CMV, EBV et herpès  Mutation RET  …
  14. 14. Traitement médical Restaurer l’activité motrice gastro – intestinale  Prokinétiques : métoclopramide, dompéridone, érythromycine  Anticholinergique : néostigmine  Analogue somatostatine : octréotide  Sérotoninergiques : prucalopride, tegaserode Traiter la pullulation microbienne  Antibiothérapie séquentielle : métronidazole, ciprofloxacine, rifaximine Traiter la douleur  opioïde (20 à 25 % patients)
  15. 15. Régime pauvre en fibres et en graisses Fractionnement des repas Alimentation mixée Electrolytes, vitamines ADEK/ B9/ B12, minéraux Nutrition entérale Nutrition parentérale • Si échec nutrition orale et entérale ou si dénutrition sévère • Définitive +++ • Complications : sepsis, thrombose, cholestase, décès Prise en charge nutritionnelle
  16. 16. Nutrition parentérale à 10 ans 30 % 50 % 75 % Amiot et al, 2012
  17. 17. Traitement chirurgical Potentiellement délétère ; rôle limité dans la prise en charge de la POIC  Chirurgie essentiellement palliative  Dérivations : gastrostomie (d’aspiration/ d’alimentation), jéjunostomie et/ou iléostomie  Complications ( perforation intestinale, ischémie )  Résection intestinale (limitée voire étendue) entérectomie subtotale : POIC sévère réfractaire au traitement médical, indication exceptionnelle  Transplantation intestinale Masetti et al. Am J Transplant, 2004 Knowles CW et al. Neurogastroenterol Motil 2008
  18. 18. Indications • Insuffisance intestinale sévère • Mise en jeu du pronostic vital liée à la NP ou possibilité de NP compromise (perte d’abord vasculaire) • Qualité de vie précaire Indication % Grêle court 63 T. Desmoïde 7 Thrombose splanchnique 10 POIC 13 Autres 7 Délai Patient Greffon 1 an 85 % 80 % 5 ans 61 % 50 % 10 ans 42 % 33 % Fishbein TM N Engl J Med 2009 Abu-Elmagd K et al. Ann Surg 2009 Transplantation intestinale
  19. 19. Survie des patients atteints de POIC Amiot et al, 2012. 90 % 78 % 76 % Facteurs de mauvais pronostic : sclérodermie, impossibilité de maintenir une nutrition orale, dysphagie / troubles moteurs œsophagiens sévères Causes de mortalité : pneumopathie d’ inhalation, complications NP, maladie causale
  20. 20. Conclusion  La pseudo obstruction intestinale chronique est rare, grave et de diagnostic difficile  Le diagnostic repose sur un faisceau d’arguments cliniques, radiologiques et manométriques, après avoir éliminé un obstacle organique  Le traitement, symptomatique, vise à limiter la dénutrition et améliorer la motricité digestive  La chirurgie doit être exceptionnelle; elle peut aller jusqu’{ la transplantation intestinale en l’absence d’alternative.
  21. 21. Bibliographie  Alexandra Antonucci et al: World J Gastroenterol (2008)  Roberto De Giorgio et al : Gastroenterology clinics of North America (2011)  V. Stanghellini et al: Natural History of Intestinal Failure Induced by Chronic IdiopathicIntestinal Pseudo-Obstruction (2010)  Charles H. Knowles et al: New perspectives in the diagnosis and management of enteric neuropathies (2013)  A. Amiot et al: Neurogastroenterol Motil (2012)  Yusuke Sekino et al: World J Gastroenterol (2012 )  Aurelien Amiot et al : Am J Gastroenterol (2009)  Frances L et al : Gastroenterology (2006)  Rosanna F.Cogliandro et al : Best Practice & Research Clinical Gastroenterology (2007)  V. Stanghellini et al : Neurogastroenterol Motil (2007)  Fishbein et al : TM N Engl J Med (2009)  Abu-Elmagd K et al : Ann Surg (2009)  Masetti et al : Am J Transplant (2004)  Knowles CW et al : Neurogastroenterol Motil (2008)

×