Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

RÉSULTATS DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTICIPATIF

444 Aufrufe

Veröffentlicht am

Les jeunes tunisiens, à la recherche de changement, vivent de réelles difficultés au sein d’une société dans laquelle ils n’arrivent pas toujours à s’intégrer notamment dans les zones rurales où le nombre de jeunes sortis du système scolaire, sans formation et sans emploi est plus important.
Les jeunes semblent pourtant conscients de la nécessité de se former, de travailler mais
aussi de l’importance de leur participation à la vie publique et déplorent aujourd’hui
l’absence de voies institutionnelles fiables leur permettant d’exercer leurs droits sociaux. Ce
désengagement de la jeunesse pourrait être expliqué par le manque de confiance des jeunes dans les institutions politiques (91,2% des jeunes ruraux et 68,7% des jeunes en milieux
urbains déclarent ne pas avoir confiance dans les institutions politiques)1.
C’est dans un tel contexte, que le projet Jeunes pour le Développement dans les Zones Rurales de la Manouba a souhaité impliquer les jeunes de la région dans la réalisation un
diagnostic territorial à Dkila, Borj Ennour, Borj Ettoumi et Menzel Habib.
Dans le cadre d’une pédagogie de l’action, ce diagnostic a permis de dresser un état des lieux des réalités locales en confirmant à la fois certains constats déjà observés par les
jeunes, mais aussi d’entendre l’ensemble de la population, toutes générations confondues ainsi que de détecter des problèmes spécifiques propres à ces collectivités. Le diagnostic a également été conçu pour orienter le développement local autour de recommandations stratégiques et de pistes d’actions défendues par les jeunes du territoire.
Aujourd’hui, le rapport que la jeunesse entretient avec son territoire, revêt une importance toute particulière avec la réforme territoriale en marche en Tunisie.

  • Als Erste(r) kommentieren

  • Gehören Sie zu den Ersten, denen das gefällt!

RÉSULTATS DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTICIPATIF

  1. 1. JEUNES POUR LE DEVELOPPEMENT DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA RESULTATS DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTICIPATIF Ce projet est cofinancé par l'Union européenne En partenariat avec :
  2. 2. Tunisian Forum for Youth Empowerment En partenariat avec la Maison des jeunes itinérantes de la Manouba sous tutelle du Commissariat Régional de la Jeunesse et du Sport de la Manouba
  3. 3. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 2 Coordination opérationnelle de l’enquête : Zeineb Ferchichi Coordination technique de l’enquête :Vanessa Adouani Equipe de supervision et de support technique : Abed Elbasset Chamem,Lamia Solaani ,Anisa essid Collecte des données : Borj Ettoumi Manzel Habib Borj Ennour Dkhila • Aladine Salmi • Hamza Yahyaoui • Hatem Khézami • Issam Ayari • Samah Jomni • Chiraz Hathroubi • Seifeddin Salmi • Taima Rahal • Chaima Bouhouch • Siwar Bouhouch • Safé Bouhouch • Hadil Hbibi • Amine hbibi • Mariem Dridi • Houssam hammami • Zahi Jlassi • Mohamed amine Jlassi • Iheb Farhani • Khoubaib Zaidi • Maher Trabelsi • Zahra Ferjani • Mohamed amine Ferjani • Sahbi Farhani • Saïda Jlassi • Ramzi bennouri • Rabeb Jbali • Khalil Dridi • Maher Salouhui • Firas Jouini • Ons Jlassi • Malek Arfaoui (femme) • Maroua Arfaoui • Hadil Riahi • Malek Jouini (femme) • Mohamed Bejaoui • Yasser Arfaoui • Mahdi Arfaoui • Melek Bejaoui • Jihen Arfaoui Analyse des données et rédaction du rapport : Vanessa Adouani Crédit Photo : Tunisian Forum for Youth Empowerment Ce rapport a été réalisé dans le cadre du projet mis en œuvre par le Tunisian Forum for Youth Empowerment avec l’appui de Groupe de Volontariat Civil Tunisie(GVC) et de la Maison de jeunes itinérantes sous tutelle du Commissariat Régional de la Jeunesse et du Sport de la Manouba, avec le financement de l’Union Européenne. Les résultats, interprétations et conclusions exprimés dans ce document sont la seule responsabilité de son auteur. Nous remercions les parents de nos enquêteurs, les habitants de Dkila, Borj Ennour, Borj Ettoumi et Menzel Habibi qui ont accepté de nous répondre ainsi que l’ensemble de nos enquêteurs qui ont participé la production de ce diagnostic. Tunisian Forum for Youth Empowerment Rue Khalil Ibn Ahmed Avenue Grand Maghreb Manouba centre 2010 Téléphone 70523507 Mail : contact.tfye@mail.com
  4. 4. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 3 RESUME Les jeunes tunisiens, à la recherche de changement, vivent de réelles difficultés au sein d’une société dans laquelle ils n’arrivent pas toujours à s’intégrer notamment dans les zones rurales où le nombre de jeunes sortis du système scolaire, sans formation et sans emploi est plus important. Les jeunes semblent pourtant conscients de la nécessité de se former, de travailler mais aussi de l’importance de leur participation à la vie publique et déplorent aujourd’hui l’absence de voies institutionnelles fiables leur permettant d’exercer leurs droits sociaux. Ce désengagement de la jeunesse pourrait être expliqué par le manque de confiance des jeunes dans les institutions politiques (91,2% des jeunes ruraux et 68,7% des jeunes en milieux urbains déclarent ne pas avoir confiance dans les institutions politiques)1 . C’est dans un tel contexte, que le projet Jeunes pour le Développement dans les Zones Rurales de la Manouba a souhaité impliquer les jeunes de la région dans la réalisation un diagnostic territorial à Dkila, Borj Ennour, Borj Ettoumi et Menzel Habib. Dans le cadre d’une pédagogie de l’action, ce diagnostic a permis de dresser un état des lieux des réalités locales en confirmant à la fois certains constats déjà observés par les jeunes, mais aussi d’entendre l’ensemble de la population, toutes générations confondues ainsi que de détecter des problèmes spécifiques propres à ces collectivités. Le diagnostic a également été conçu pour orienter le développement local autour de recommandations stratégiques et de pistes d’actions défendues par les jeunes du territoire. Aujourd’hui, le rapport que la jeunesse entretient avec son territoire, revêt une importance toute particulière avec la réforme territoriale en marche en Tunisie. 1 Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Groupe Banque mondiale. 2014. « Tunisie, surmonter les obstacles à l’inclusion des jeunes ».
  5. 5. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 4 Table des matières RESUME................................................................................................................................... 3 I- CONTEXTE ...................................................................................................................... 5 1) Jeunes Leaders dans les zones rurales de la ManoubaErreur ! Signet non défini. 2) Chiffre clés de la zone d’intervention ...................................................................... 5 2) Situation des zonez rurales de la Manouba............................................................. 6 3) Le diagnostic .............................................................................................................. 7 4) Le diagnostic en chiffre............................................................................................. 9 II- RESULTATS DU DIAGNOSTIC.............................................................................. 10 1) Citoyens de 15 à 50 ans, leurs niveaux de vie........................................................ 10 a) Données générales : taille des ménages, statut familial, biens possédés (internet et voiture).......................................................................................................................................... 10 b) Niveau d’éducation............................................................................................................... 11 c) Situations Professionnelles .................................................................................................. 12 d) Niveau scolaire ......................................................................................................... 12 2) Citoyens de 15 à 30 ans. Les besoins des jeunes : amélioration du territoire, temps libre, besoin de services .......................................................................................... 13 a) Temps libre et loisirs............................................................................................................. 13 b) Besoin en service .................................................................................................................. 13 3) Citoyens de 15 à 30 ans. La vision des jeunes : le territoire comme un espace de vie, la citoyenneté................................................................................................................ 15 a) Jeunesse et citoyenneté ....................................................................................................... 15 4) Citoyens de 30 à 55 ans. La reconnaissance du reste de la société des besoins et de l’investissement des jeunes ........................................................................................... 16 III- Synthèse........................................................................................................................ 18 IV -Recommandations par acteurs....................................................................................... 19
  6. 6. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 5 I- CONTEXTE La décentralisation en Tunisie a connu avec les dispositions constitutionnelles exprimées par le chapitre VII de la Constitution de 2014, de grands chantiers de réforme de l’administration communale. Dans le cadre de la décentralisation, concrétisée par des collectivités locales ( comprenant des communes, des régions et des districts) les collectivités, dirigées par des conseils élus, sont dotées de la personnalité juridique, de l’autonomie administrative et financière. Elles gèrent les intérêts locaux conformément au principe de la libre administration (article 132). L’ensemble de ces réformes consistent à mettre petit à petit en place un cadre institutionnel et participatif (article 139) en charge de l’administration décentralisée dont la mise en œuvre nécessite de nouvelles pratiques de gouvernance locale et une démarche de collaboration entre les acteurs décentralisés et les représentants de la société civile à tous les niveaux. Dans le cadre d’une démocratie participative et des principes de la gouvernance ouverte -annoncée dans le chapitre VII de la Constitution- des mécanismes seront mis en place afin de garantir une plus large participation des citoyens et de la société civile. Ces mécanismes devraient être plus amplement détaillés dans le Code des Collectivités Locales à venir. Les jeune auront ainsi également toute leur place dans ce processus de développement local. 1) Jeunes pour le Développement dans les Zones Rurales de la Manouba Le présent diagnostic s’inscrit dans le projet Jeunes pour le Développement dans les Zones Rurales de la Manouba visant principalement à contribuer à la reconnaissance, à la promotion et la valorisation de la participation active des jeunes issues des zones rurale afin qu’ils soient des acteurs de changement à l’échelle régionale et locale en matière de développement. Le renforcement des compétences de ces jeunes ainsi que leur accompagnement est au cœur du projet, ces actions se sont articulées autour des résultats suivants: R1 : 4 groupes de jeunes issus des communautés rurales élaborent un diagnostic participatif dans chaque localité en mettant en œuvre les compétence acquises suite au cycle de renforcement de capacités. R2 : Les jeunes participent au processus de développement de leurs communautés et veillent sur la redevabilité sociale des autorités concernées en matière de développement communautaire, local et régional. 2) Chiffre clés de la zone d’intervention ZONE D’INTERVENTION Les 40 bénéficiaires du projet Jeunes Leaders dans les zones rurales de la Manouba se répartissent dans les collectivités de Menzel Habib et de Borj Ennour dans la délégation de Borj el Amri ; Borj Ettoumi dans la délégation de El Battan et Dkila dans la délégation de Tebourba. Ils ont suivi un cycle de renforcement de capacités autour de formations sur : le système administratif et politique tunisien ’accès sur les politiques publiques ; la démocratie participative, la décentralisation et la gouvernance locale ; l’élaboration d’un diagnostic ; l’audit citoyen des politiques u développement local ; les techniques de plaidoyer, de communication et négociation.
  7. 7. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 6 2) Situation des zonez rurales de la Manouba Synthèse de la situation dans les zones rurales de la Manouba2 Sur les 17 408 habitants de la délégation de Borj El Amri : • 35% ont entre 20 et 39 ans. • 11% ont atteint niveau supérieur (7% seulement des femmes) • 22,32% taux de chômage (total Tunisie 14,80%) Sur les 18 977 habitants de la délégation de El Battan : • 35% ont entre 20 et 39 ans. • 6% ont atteint le niveau supérieur (t • Taux d’analphabétisme le plus élevé du gouvernorat avec 22, 85% ( contre Manouba 7,6%) • 17,80 % taux de chômage Sur les 43 499 habitants de la délégation de Tebourba • 33% ont entre 20 et 39 ans. • 8,3% ont atteint le niveau supérieur (total Tunisie 12,01%) • 20,13 % taux de chômage Points forts Points faibles • Une population locale jeune, facteur de dynamisme pour le territoire • Une volonté actuelle politique de repositionner les collectivités locales • Une approche originale du projet basée sur le renforcement des connaissances des jeunes sur les processus de décentralisation • Une prise de conscience chez les jeunes de la nécessité de participer à la vie publique • Le constat d’un décrochage scolaire chez les jeunes, d’un mal-être, de tensions relationnelles • Une faible participation des jeunes à la vie sociale dans leur communauté • L’absence d’un dialogue entre les autorités et les jeunes concernant les problématiques les concernant • Une conscience des obstacles et une méconnaissance des opportunités et des forces sur leurs territoires 2 D’après le recensement général de la population et de l’habitat 2014
  8. 8. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 7 •Découvrir ensemble les problèmes •Décortiquer le contexte local •Résoudre les problème •Amorcer le changement à l’échelle locale •Envisager de façon collégiale des solutions • Former les jeunes en tant qu’agents de changements 3) Le diagnostic Le diagnostic territorial participatif est un état des lieux des réalités locales, il permet à la fois de confirmer des constats déjà existants, d’entendre la population, d’identifier les forces et les faiblesses ainsi que les opportunités du territoire. La démarche participative permet aux acteurs impliqués dans le diagnostic, dans notre cas les jeunes mais également les professionnels des maisons de jeunes itinérantes, une identification par eux-mêmes de leurs propres besoins, aspirations et valeurs. À partir de l’analyse des données collectées, ils définissent des orientations et objectifs de développement local. Le diagnostic est également conçu pour orienter le développement local autour d’enjeux stratégiques inscrits dans un projet de développement plus global à travers la prise de conscience des acteurs ayants participer au diagnostic. Le diagnostic devient ainsi lui-même un moment d’animation, prélude aux dynamiques de développement local. Objectif du diagnostic participatif Réaliser une stratégie de développement locale mettant les jeunes en avant Aider à cerner une représentation du territoire pour répondre aux besoins Déterminer les problèmes, les forces et opportunités de la population Mettre les jeunes du territoire au cœur du processus de notre enquête a permis avant tout de leur donner un rôle clé et de favoriser l’émergence d’une certaine autonomie d’action. Le diagnostic a associé des jeunes femmes et des jeunes hommes de 17 à 23 ans dès la formation sur la méthodologie du diagnostic, puis dans la réalisation du questionnaire et enfin dans la constitution des é i l l
  9. 9. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 8 Cheminement en 6 phases Phase 1 • Phase 1 : Préparation du diagnostic • -Elaboration du cadre méthodologique • -Recherche exploratoire sur le territoire et mise en place de l’équipe de diagnostic qui réalisera la collecte des données ( chef d'équipe, enquêteurs) Phase 2 •Phase 2 : Formation des enquêteurs •Formation des enquêteurs : définitions de ce qu’est un territoire et un diagnostic; identification et compréhension des différentes composantes du diagnostic (grille d’observation, questionnaire …) •Proposition d'un agenda Phase 3 •Phase 3 : Lancement du diagnostic •Validation du questionnaire avec les jeunes et proposition d'une traduction •Elaboration de l'échantillon •Présentation du processus du diagnostic aux acteurs du territoire et aux familles des enquêteurs Phase 4 •Phase 4 : Enquêtes de terrain Réalisation du diagnostic •En cadrement des équipes de collecte, vérification du respect des consignes pour le remplissage des questionnaires et contrôle du processus d’échantillonnage Phase 5 Phase 5 : Analyse Des données •-Analyse statistiques des données quantitatives collectées ( SPSS, Excel) •-Analyse des comptes rendus et groupes de discussion avec l'équipe technique et les jeunes. Phase 6 •Phase 6 : Restitution des données
  10. 10. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 9 4) Le diagnostic en chiffre  374 personnes interrogées dans les 4 localités.  189 hommes et 185 femmes.  Dans l’échantillon des personnes interrogées, la proportion d’hommes et de femmes selon l’âge est assez proche sauf pour les 18-30 ans où il y a une majorité d’hommes (80 contre 70 femmes). Nous avons délibérément choisi de centrer notre étude sur les 15-30 ans et par conséquent d’interroger plus de jeunes. Figure 1 Citoyens interrogés par tranche d'âges photo 1 Equipe des enquêteurs et équipe technique 145 150 40 39 15-18 18-30 30-40 40-55 Répondants Borj Ettoumi 95 Borj Ennour 93 Dkila 92 Menzel Habib 94 Figure 2 Répartition des interrogés par localité
  11. 11. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 10 II- RESULTATS DU DIAGNOSTIC 1) Citoyens entre 15 et 50 ans, leurs niveaux de vie a) Données générales : taille des ménages, statut familial, biens possédés (internet et voiture)  Dans les 4 localités, la répartition des ménages selon leur taille fait apparaître que seulement un ménage sur huit (12 %) est composé de 4 personnes et moins. Les ménages de grande taille (six personnes ou plus) représentent 30% dont un peu plus de la moitié comptent 9 personnes ou plus. Dans les quatre villes, les foyers sont en moyenne composés de 5 personnes.  65% des personnes de plus de 30 ans sont mariés avec enfants, la majorité des personnes célibataires sont des hommes (70%).  Plus de la moitié des foyers déclarent ne pas avoir de connexion internet à leur domicile. Cependant certains écarts existent : 87% des interviewés de Dkila déclarent ne pas avoir internet contre 58% à Menzel Habib.  Le nombre d’habitants possédant une voiture est également très faible notamment à Borj Ettoumi où 75% des interrogés déclarent ne pas avoir de véhicule. 58% 60% 87% 60% 69% 75% 75% 49% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% N'ont pas internet N'ont pas de voiture Internet et voiture à la maison Borj Ettoumi Borj Ennour Dkila Menzel Habib
  12. 12. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 11 b) Niveau d’éducation Le niveau scolaire en milieu rural est souvent marqué par la faible offre des services de l’éducation comme l’absence de lycée et de centre de formation mais également par les distances parfois longues à parcourir pour se rendre dans un établissement scolaire.  Seulement une personne sur 10 (parfois moins) a fait des études supérieures ce qui peut illustrer ce qui illustre la difficulté des habitants de ces zones rurales à trouver une réponse éducative adaptée et accessible dans leurs localités.  La majorité des personnes interrogées disent avoir fréquenté le cycle primaire, il y a un décrochage progressif qui se fait au secondaire puis de façon plus marquée au niveau de l’enseignement supérieur universitaire. Le tableau ci-dessous concerne l’ensemble des interrogés (de 17 à 50 ans).  Les étudiants interrogés à Dkila mettent en moyenne 25 minutes pour aller en cours et le trajet est plus importants à Borj Ennour et Borj Ettoumi où il est de 45 minutes.  En moyenne il y a 30 élèves par classe et le nombre varie entre 23 élèves à 45 élèves.  68% des élèves disent ne pas s’absenter et 37% disent que leurs enseignants s’absentent régulièrement. 41% 22% 31% 6% 25% 21% 44% 10% 19% 15% 59% 7% 25% 29% 34% 12% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Primaire Collège Lycée Etude supérieure Niveau scolaire Menzel Habib Dkila Borj Ennour Borj Ettoumi
  13. 13. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 12  Seulement 32% des élèves interrogés disent se sentir bien à l’école contre 42% qui affirment se sentir moyennement bien. c) Situations Professionnelles Il existe peu de différences significatives entre le profil professionnel des personnes interrogées dans les quatre localités par contre des différences existent par tranche d’âge. Il est à noter que seulement 15% des habitants interrogés ont la CNSS (toute tranche d’âges confondues).  Répartition chez les 17-30 ans : 36% sont étudiants,19% sont au chômage et 18% ont un contrat à durée déterminé.  Répartition chez les 30 -40 ans : 39% sont mères au foyer, 25% ont un CDI et 25% ont un travail journalier  Répartition chez les 40-50 ans : - 30% sont mères au foyer et 30% ont un travail journalier d) Niveau scolaire Le manque de service de formation (lycées, lycées professionnels, formations professionnelles et universitaires) ainsi que le manque d'emploi sur le territoire semblent très marqués. Les jeunes ne sont pas épargnés par cette situation globale. Le temps de trajet influe sur la motivation des élèves à poursuivre leurs études. Moins qualifiés, ils semblent donc plus facilement se diriger vers le marché informel. Il n’existe actuellement aucun dispositif sur le territoire pour accompagner les élèves en décrochage scolaire et/ou pour développer un accompagnement approprié préprofessionnel. Chez les femmes de 17-30 ans : 8% sont mères au foyer à Dkila et 13 % à Borj Ettoumi. Seulement 10% des jeunes entre 17-30 ans sont étudiants à Menzel Habib Pas de cdi à Menzel Habib 61% des personnes entre 40 et 50 ans à Borj Ennour ont un CDI A Menzel Habib, Borj Ennour et Borj Ettoumi où temps de transport varie entre 30 -45 min , 40 % des élèves disent se sentir moyennement bien en classe et 35% disent ne pas bien se sentir.
  14. 14. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 13 2) Citoyens de 15 à 30 ans. Les besoins des jeunes : amélioration du territoire, temps libre, besoin de services Nous avons dans la partie précédente vu qu’il existait certaines inégalités dans l’accès aux ressources éducatives et professionnelles. Nous avons interrogé les jeunes (de 16 à 30 ans) sur leurs besoins au niveau des services dans leurs environnements quotidiens immédiats. Le territoire est ici envisagé comme un espace de ressource représentant un espace de services, d’équipements, d’offres et d’opportunités plus ou moins accessibles et de plus ou moins bonne qualité. Ces offres devraient répondre à des besoins, perceptibles à travers les pratiques et les comportements des jeunes que cela soit en termes d’aménagement du territoire, de sécurité mais aussi d’offres de services et activités.  Les jeunes des quatre localités aimeraient principalement améliorer dans leur territoire : 1) Les aménagements de leurs communautés 2) La propreté  A Borj Ennour, 10% des jeunes interrogés aimeraient également améliorer la sécurité. Seulement 8 % des personnes interrogées ont subi une agression , l’ensemble de ces personnes se déplacent à l’extérieur de leurs communes pour les études ou le travail. La sécurité semble donc directement lié aux déplacements. a) Temps libre et loisirs Plusieurs constats ont été posés sur le rapport des jeunes au temps libres :  48% des jeunes restent à la maison pendant leurs temps libre ( sur les 48% plus des 2/3 sont des jeunes femmes).  Les jeunes hommes restants préfèrent quant à eux se retrouver au café : 47 % à Borj Ettoumi ; 33% à Dkila et Menzel Habib.  A Menzel Habib 30% des jeunes affirment également se rendre à la maison de jeunes. Globalement les difficultés de déplacements (rareté et disponibilité des transports) impactent l’accès aux études supérieures mais aussi aux loisirs car : b) Besoin en service Vivre dans un territoire donné implique un certain accès aux services de base, comme les services de santé, les services administratifs et sociaux, les écoles, les lieux de formation et d’emploi, les transports, les infrastructures liées aux loisirs, etc. 48% des jeunes affirment avoir besoin de transport le week-end et 37% de façon régulière.
  15. 15. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 14 Au niveau de la santé certains constats ont été validés par les habitants des 4 localités :  Il existe bien des dispensaires mais les docteurs ne sont pas toujours présents les jours de gardes et 68% des personnes interrogées à Menzel Habib et Dkila se plaignent de la disponibilité des horaires des dispensaires.  Plus de la moitié des interrogés soit 59 % évoquent l’existence de problèmes au niveau de l’état des équipements disponibles dans leurs territoires.  La grande majorité soit 70 % souffre de absence de médicaments n’ayant pas de pharmacie dans leurs communes et les médicaments étant souvent indisponibles dans les dispensaires.  Les principaux besoins détectés par les jeunes en termes de services sont : 1) Un bureau de poste 2) une pharmacie 3) une superette  A Dkila, Borj Ettoumi et Borj Ennour 85% des jeunes ne font partie d’aucune structure (maison de jeunes, association, club sportif) tandis que 30% font partie de la maison des jeunes / associations à Menzel Habib  Les principaux besoins en matière de loisirs sont : 1) une salle polyvalente sportive 2) un salon de thé mixte 3) un stade équipé Les communes visitées apparaissent dépourvues d’une offre suffisante de service, souvent restreinte à quelques activités élémentaires comme les dispensaires et les cafés, limitant les choix offerts aux jeunes notamment aux jeunes femmes. D’autre part, la mise en œuvre des politiques locales jeunesses semble encore très limitée, non seulement parce que la jeunesse n’est pas suffisamment considérée comme une ressource porteuse de développement territorial, mais aussi parce qu’il semble difficile d’appréhender les questions inhérentes à cette tranche d’âge. Pourtant les besoins en pharmacies, en transport, mais aussi en loisirs sont inhérents à toute la population, tous les âges confondus. Les jeunes de Dkila évoquent en troisième lieu une maison des jeunes Dans l’ensemble des 4 communes, la grande majorité 2/3 des parents (mères/pères confondus) expriment le besoin d’un club pour enfant.
  16. 16. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 15 3) Citoyens de 15 à 30 ans. La vision des jeunes : le territoire comme un espace de vie, la citoyenneté Dans les pratiques des jeunes, le territoire constitue nous l’avons vu un espace de ressources mais également un espace de vie. Cette dernière vision de l’espace constitue le lieu où les jeunes construisent leur identité et acquièrent progressivement leur autonomie. Il peut être vécu comme un enfermement, mais il peut aussi être perçu comme un espace d’attachement familial et un lieu d’émancipation collective.  L’ensemble des jeunes interrogés sont bien conscients que l’offre reste inégalement répartie et qu’il leur faut parfois partir pour accéder à une formation, un emploi voir pour se marier.  Certains évoquent dans les questions ouvertes que leurs vies au sein de leurs communes contribuent à l’inégalité des chances.  A Dkila , Borj Ennour et Menzel Habib en moyenne 68% des jeunes aiment leurs villes tandis que 58% des jeunes de Borj Ettoumi disent ne pas aimer leur ville.  68% des jeunes citoyens interrogés disent se sentir en sécurité (un net écart quant aux étudiants et aux jeunes de Borj Ennour).  Les jeunes préfèrent dans leurs communes essentiellement : leurs familles et l’environnement. a) Jeunesse et citoyenneté  Pour les jeunes interrogés, être citoyen signifie : 1)Être solidaire et aider les autres, 2)Avoir des droits et des devoirs 3) avoir des relations de bon voisinage  53% des jeunes se disent concerné par l’actualité de leurs pays 40% des jeunes trouvent la situation moyenne dans leur commune et 26% la trouve mauvaise et pour l’améliorer ils sont convaincus en premier lieu qu’il fasse faire appel aux jeunes puis aux autorités.
  17. 17. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 16  Quand on évoque la nécessité de s’investir au sein de leurs communautés , les jeunes évoquent principalement les raisons suivantes : 1) S’investir pour développer réseau de contacts, 2) S’investir pour influencer les décisions et donner leurs opinions, 3) S’investir pour acquérir de l’expérience, 4) S’investir pour améliorer leurs compétences.  49% des jeunes interrogés en âge de voter aimeraient voter aux prochaines élections  38% ne connaissent pas le rôle de la municipalité et 16% disent qu’il s’agit avant tout d’un rôle administratif  68% des jeunes interrogés disent savoir que leurs communes va dépendre de la municipalité Le territoire influence les parcours et la conduite des jeunes dans leurs devenir de citoyens. Cette influence du territoire devrait être prise en compte par les politiques territoriales, qui plus est dans une logique de décentralisation et de démocratie locale participative. De par leur mode de vie, leurs valeurs, leurs loisirs, les jeunes issus des zones rurales se rapprochent de plus en plus des jeunes urbains, mais ont parfois le sentiment d’être moins bien considérés. Il est donc primordiale aujourd’hui de faire en sorte que la jeunesse issue de ces territoires vive mieux . 4) 30- 55 ans la reconnaissance du reste de la société des besoins et de l’investissement des jeunes De par les nouvelles réformes, le territoire est en passe de devenir un enjeu démocratique de plus en plus important, notamment quand les inégalités dans l’accès de la population et des jeunes aux mêmes ressources fait naître mécontentement et sentiment d’injustice. A travers le diagnostic nous avons pu interroger la population des 4 communes sur leurs représentations de la jeunesse.  L’ensemble des habitants interrogés sont conscients de la situation des jeunes dans leurs communes et de la précarité à laquelle la jeunesse fait face.  A Dkila 80% des personnes interrogées de plus de 30 ans trouvent que la situation des jeunes est difficile aujourd’hui contre 38% à Menzel Habib.
  18. 18. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 17  A Borj Ettoumi et Borj Ennour en moyenne 68% des interrogés trouvent la situation des jeunes complexes. A la question « que peuvent apporter les jeunes ? », les interrogés ont répondu par ordre d’importance 1 ) des nouvelles idées 2) le développement 39% des habitants de plus de 30 ans interrogés dans les 4 communes, trouvent la situation moyenne dans leur ville et 26% la trouve mauvaise. Pour l’améliorer selon eux, avant tout il faudra compter sur l’autorité puis sur les habitants. v ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
  19. 19. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 18 III- Synthèse Pour synthétiser voici les forces et les difficultés rencontrées sur leurs territoires par les citoyens interrogés : Le présent diagnostic et sa méthode participative ont fait émerger des thématiques et des préoccupations récurrentes dans l’ensemble des quatre zones : •Infrastructures :manque général de moyens de transport, d’équipements sanitaires, éducatifs, de bureaux de poste et de services liés aux loisirs mixtes. Les jeunes et plus particulièrement les jeunes femmes expriment un sentiment d’isolement. •Relations jeunes femmes- jeunes hommes : désir d’améliorer la participation des jeunes femmes dans la vie quotidienne en créant des espaces qui leurs soient consacrés ( centres sportifs et culturels, associations ou bien lieux pour la petite enfance) •Éducation : niveau scolaire limité au secondaire; difficultés de scolarisation, distance/ manque de transport pour accéder aux centres de formations professionnelles et université. •Santé :accès aux soins et aux dispensaires, impossibilité de trouver les traitements sans se déplacer, horaires d’ouverture et disponibilité des docteurs. •Conditions de travail :précarité des conditions de travail seulement 15% des travailleurs ont la CNSS. Reccueilir des données Analyser des données Communiquer les résultats Définir une stratégie d'action Ce qui va bien : • Le cadre de vie • La proximité avec la nature • Le sentiment d’appartenance à une communauté • La famille • Les amis • Les cafés • La sécurité • Le manque de moyens de transports • Le manque de visibilité face à l’avenir • L’absence d’infrastructure (lycée, café mixte, centre sportif, bureau de poste, pharmacies) • La vétusté des équipements • Le manque de prise en considération de l’état Ce qui va moins bien :
  20. 20. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 19 IV -Recommandations par acteurs . La décentralisation, le développement des communes rurales et l’amélioration de la participation citoyenne des jeunes supposent avant tout de répondre aux besoins d’autonomisation et de participation des jeunes, de façon à ce qu’ils puissent mobiliser réellement toutes les ressources disponibles dans leur environnement. Pour cela il est indispensable de veiller au développement équitable des services et des activités dans les territoires : éducation, santé et transport. Pour l’éducation , nous l’avons vu les parcours éducatifs des jeunes interrogés se construisent dans des contextes socio-économiques souvent précaires. Cela implique avant tout de repenser et de reconstruire les politiques de développement local afin qu’elles s’attachent réellement à répondre aux besoins sociaux, culturels et éducatifs des jeunes. Il est nécessaire d’envisager une approche globale et transversale pour déployer des réponses adaptées aux besoins des jeunes et prenant en compte toutes les dimensions de leur vie quotidienne : loisirs, culture, sports, formation, emploi. Pour cela il est nécessaire de développer les équipements et services appropriés : d’ouvrir des espaces de rencontre mixte, de faciliter et de développer le réseau de transport de ville en ville, et de façon impérative de garantir l’accès à la santé (soin et médicaments) dans une relative proximité.
  21. 21. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 20 Voici à ce titre différentes pistes d’actions possible : Autorités locales : • Sensibiliser les jeunes des zones rurales sur les questions de participation aux processus nationaux ou locaux de prise de décision à différents niveaux : autorités nationales, élus locaux, école ou communauté ; • Favoriser les politiques de décentralisation inclusives touchant la jeunesse en développant ou renforcement des structures représentatives et inclusives de participation des jeunes (conseils de jeunes et autres) ; • Faciliter le dialogue des jeunes avec les décideurs politiques et les organisations de la société civile et ce de façon régulière (mensuelle) ; • Adopter une démarche basée sur l’approche des droits humains pour un vrai empowerment et une intégration effective économique, sociale et culturelle de la femme rurale dans le gouvernorat de Manouba ; • Mettre en œuvre une démarche de co-construction et de partenariat avec les établissements scolaires afin de mobiliser les jeunes et de fédérer autour de projets partagés ; • Mettre en place une stratégie locale et régionale pour familiariser les jeunes avec le secteur ambitieux sur le plan d’embauche et d’investissement dans le gouvernorat de Manouba ; • Accompagner les initiatives locales de la jeunesse et sensibiliser les jeunes à leur environnement proche ; • S’appuyer sur les jeunes pour changer les mentalités afin de mobiliser la femme rurale pour une pleine participation à l’échelle locale et régionale ; • Inviter l’université de Manouba à assumer sa responsabilité sociétale dans les zones rurales de la Manouba (des recherches action, des journées d’étude, diagnostic…) ; • Créer un réseau d’encadrement et d’accompagnement des jeunes dans les zones regroupant les différentes parties prenantes : secteur jeunesse, loisir et culture, le secteur d’éducation, l’emploi et l’insertion professionnelle, établissements universitaire, société civile, secteur privé etc ; • Intégrer dans le cursus scolaire du secondaire, l’éducation à la politique municipale et à la participation citoyenne ; • Déléguer formellement aux maisons de jeunes itinérantes et/ou à des associations expertes la mission d’encourager la participation citoyenne des jeunes ; • Dédier un budget spécifique pour les initiatives et projets en matière de participation citoyenne des jeunes ; • L’embauche, la qualification et la formation de professionnels jeunesse pour coordonner et animer une démarche territoriale ; • Envisager des programmes « Électeurs en herbe », ou la participation de jeunes observateurs au cours des élections municipales et présidentielles. Inciter les jeunes et les responsabiliser pour participer vivement aux prochaines élections ; • Diffuse une information neutre et adaptée aux préoccupations des jeunes afin de montrer qu’ils sont au cœur des préoccupations de la politique locale.
  22. 22. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 21 Société civile et maisons de jeunes: • Favoriser les actions menées par les jeunes au bénéfice de leurs communautés et, particulièrement, des populations vulnérables ; • Encourager le volontariat des jeunes ; • Développer des programmes de renforcement des capacités des jeunes :TIC, anglais, français, comptabilité etc • Encourager l’implication de jeunes « relais » ou « moteurs » qui incitent d’autres jeunes à s’investir ; • Mettre en place de référents jeunesse locaux (des jeunes, des bénévoles associatifs ou des élus) qui font le relais entre les jeunes de leur commune et les instances de décisions. • Réfléchir à des rencontres citoyennes à travers le sport, les arts et les différentes formes d’expressions culturelles. Renforcer les capacités des jeunes dans les zones rurales en matière d’expression artistique comme des outils de sensibilisation afin d’impliquer les jeunes à l’échelle locale et régionale ; • Développer des actions dans les établissements scolaires d’activités sur les apprentissages civiques et sur les droits de l’Homme; • Créer des projets pour l’aide scolaire après les cours pour aider les jeunes en difficultés (tutorats ) • Accompagner les jeunes en matière de plaidoyers pour mettre en avant les aspirations des jeunes ; • Organiser régulièrement des rencontres en acteurs pour débattre sur des problématiques diverses touchant les jeunes et l’ensemble des habitants : ramassage poubelle, sécurité, transport, santé etc • Développer les offres de loisirs extra, péri scolaires en direction de 4 à 18 ans ; • Prévoir des formations complémentaires pour accompagner les jeunes en situation de chômage dans les zones rurales : (compétences de vie, étude du projet, mécanismes d’investissement, loi de finance, les procédures juridiques pour monter un projet…). Secteur privé et infrastructures • Développer les offres de loisirs extra, péri scolaires en direction de 4 à 18 ans ; • Créer des salons de thé mixtes, des parcs avec activités pour les enfants ; • Implanter des espaces spécifiques pour la rencontre des jeunes et des mères de famille : cyber café, parcs, • Créer des centres de formations à la carte en faisant travailler des étudiants issus des communes pour accompagner les jeunes en difficulté ; • Envisager des coopératives ou des groupements d’employeurs de façon régionale afin de mutualiser les expériences et augmenter l’offre de stage ; • Envisager un service de pharmacies ambulantes afin de desservir de façon hebdomadaire les zones rurales • Développer un service de transport adapté aux besoins de la population rurale .
  23. 23. JEUNES LEADERS DANS LES ZONES RURALES DE LA MANOUBA- Diagnostic territorial participatif 22 Ce diagnostic est une démarche participative de mobilisation des jeunes sur une période de quelques mois, de formations, d’échanges, de travail de terrain où chacun des acteurs a exprimé sa vision et appris à écouter et accepter celle des autres. Face à l’évolution des politiques publiques locales mais aussi le changement de valeurs de la société, au monde en constante évolution il est primordiale de continuer cette démarche. Que les jeunes formés et sensibilisés deviennent les premiers relais pour la formation et la mobilisation d’autres jeunes. Pour conclure et continuer la démarche ….

×