Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

Cours écosystème et biofilm

2.709 Aufrufe

Veröffentlicht am

microbio

Veröffentlicht in: Bildung
  • Als Erste(r) kommentieren

Cours écosystème et biofilm

  1. 1. ÉCOSYSTÈME ET BIOFILM ORAL
  2. 2. • Comment définir un écosystème ? • Quels sont les déterminants écologiques de la cavité buccale ? • Qu’est-ce qu’un biofilm ? • Comment se forme un biofilm ? • Quelles sont les particularités du biofilm oral ? Objectifs
  3. 3. − Cavité buccale: écosystème complexe et diversifiée. − Microorganismes variés: > 700 espèces bactériennes Parasites, champignons et levures, mycoplasmes − 6 milliards de nouvelles bactéries sont produites en 1 ou 2 h dans la bouche de chaque individu. − Coexistence de micro organismes dans un même habitat sous forme de plaque bactérienne ou biofilm dentaire. − Biofilm à l’origine de pathologies infectieuses Introduction
  4. 4. QU’EST-CE QU’UN ÉCOSYSTÈME ?
  5. 5. groupes d’organismes Un écosystème: 2 parties principales: Communauté biotique (organismes vivants de l’écosystème) Milieu abiotique (éléments physiques et biochimiques de l’écosystème) milieu physique ou inanimé. Un système d’interactions
  6. 6. QUELS SONT LES DÉTERMINANTS ÉCOLOGIQUES DE LA CAVITÉ ORALE ?
  7. 7. Facteurs physiques Facteurs nutritionnels Facteurs d’inhibition L’adhérence bactérienne
  8. 8. Facteurs physiques Température : - Moyenne de 37°C - Langue ( T° varie de 0 à 60°C) - bactéries prédominantes: mésophiles (25 – 40°c) Humidité : -Salive et fluide gingival -Débit salivaire : 0,4 ml/mn au repos >3 ml/mn -Hyposialie ou asialie : composition du biofilm oral
  9. 9. pH: • pH optimal de croissance (6 – 7,8) • rôle stabilisateur du pouvoir tampon de la salive • pH alcalin des poches parodontales : Bactéries alcalinophiles • pH acide de la lésion carieuse: Bactéries acidogéniques et aciduriques Facteurs physiques
  10. 10.  Gaz: •Oxygène et gaz carbonique • [ CO2] cavité buccale > [ CO2] air +++ Bactéries capnohiles (ex. capnocytophaga) • [O2] air = 21% vs 1 à 2 % poche parodontale Facteurs physiques
  11. 11. Potentiel d’oxydoréduction (Eh) : Eh + 200 mV (aérobiose) Streptococcus Actinomyces Eh faible poche parodontale(-300mV) A.Actinomycetemcomitans P. gingivalis Eh - 140 mV (anaérobiose) 7 jours Facteurs physiques
  12. 12. Apport endogène : • Aa et protéines pour les bactéries protéolytiques : collagène du TC de l’hôte, salive , FG. • Vitamines, facteurs de croissance, œstradiol, progestérone, hémine (BGN) : Fluide gingival • Métabolismes de certaines bactéries (S. mutans procurent aux Veillonella le lactate) Apport exogène : Facteurs nutritionnels: Transit des aliments +++
  13. 13. Facteurs d’inhibition: La salive: rôles +++ (cours immunologie) Rôle antibactérien Inhibition mécanique Facteurs biochimiques et immunologiques  Lysosyme : clivage du PG  Systéme lactoperoxydase-ions thiocyanate  Lactoferrine : chélateur du fer  Immunoglobulines : Ig G et Ig M +++ IgA sécrétoires
  14. 14. Facteurs d’inhibition: Espace gingivo-dentaire (cours immunologie) Cellules et molécules de l’immunité exercent un contrôle des populations bactériennes : • Ig G, IgM, IgA du fluide gingival • Système complément • PNN Antagonisme bactérien
  15. 15. L’adhérence bactérienne : « L’adhésion est le processus dynamique permettant à une bactérie de passer de l’état libre à l’état fixé » C.Mouton 1994
  16. 16. Types d’adhérence: Adhérence à une surface dentaire Adhérence à une cellule épithéliale
  17. 17. Types d’adhérence: Adhérence inter bactérienne homotypique hétérotypique
  18. 18. Dynamique de l’adhésion: EMAIL Répulsion électrostatique Ponts par cations divalents (ca2+) Adhésines spécifiques: Ligand -récepteur PAE
  19. 19. Médiateurs bactériens de l’adhérence: EMAIL Fixation par les fimbriae Fixation par les glycocalyx PAE EMAIL
  20. 20. Médiateurs bactériens de l’adhérence: L’acide lipoteichoique (LTA)
  21. 21. QU’EST-CE QU’UN BIOFILM?
  22. 22. Un film de micro-organismes, d’une ou de plusieurs espèces, qui adhérent à une surface submergée ou soumise à un environnement aqueux. Association à des substance extracellulaires polymériques Chardin H, 2006
  23. 23. COMMENT SE FORME UN BIOFILM ?
  24. 24. Etapes de formation d’un biofilm Attachement réversible Support solide Colonisateurs primaires Adhésion irréversible Matrice extracellulaire (slime) Matrice: protéines, polysaccharides, acides nucliques
  25. 25. Formation de microcolonies Co-agrégatsCo-agrégatsCellule seule Colonisateurs secondaires Division cellulaire
  26. 26. Maturation du biofilm Pore Canal interne Détachement et dissémination des cellules du biofilm Flux du milieu environnant
  27. 27. Biofilm mixte (cocci et batônnets) sur la surface d’une plante Canalisation d’eaux usées Biofilm dans une flaque d’eau dans la nature … Biofilm d’un écosystème aquatique alpin Exemples de biofilms
  28. 28. Biofilm oral Biofilm sur une prothèse Biofilm sur cathéter Biofilm dans l‘intestin Biofilm sur la peau dans le domaine biomédical …
  29. 29. COMMENT SE FORME LE BIOFILM ORAL ?
  30. 30. Etapes de formation du biofilm oral Pellicule acquise exogène Ca++ Ca++ Ca++ Ca++ Ca++ Ca++ -ooc coo-+Ca+ Bactéries pionnières Acide sialique (glycoprotéine salivaire) Ca d’origine salivaire Ca libres des cristaux HA
  31. 31. Pellicule acquise exogène La P.A.E est un film organique d’origine salivaire, libre de toute élément cellulaire, d’une épaisseur de 1 μm, adsorbé comme à toute interface liquide-solide des milieux naturels, recouvre la surface de l’émail et sert de support indispensable à la fixation des bactéries pionnières.
  32. 32. Dynamique de la formation Déposition de la PAE Colonisation initiale : T0 100 à 1000 B/mm2 2h 2X106 B/mm2 4 à 5 h (67% CG+) Accroissement en nombre et en volume Accroissement de la diversité 7 j: Fusobacterium et spirochètes Apogée
  33. 33. EST-CE QUE LE BIOFILM INDUIT UNE PATHOLOGIE ?
  34. 34. Réponse: OUI En pathologie médicale: des bactéries qui s’organisent en biofilms sont responsables d’infections. Le biofilm peut être formé par une seule espèce bactérienne - Ex: Legionnella pneumophila responsable de pneumonie Cette bactérie se retrouve dans les canalisations d’eau - Biofilms se développant sur des cathéters: infection sur cathéter (ex. sepsis à staphylococcus aureus -Biofilm qui adhérent sur des prothèses: ex. articulaire, valvulaires (endocardite à S. mitis…), - Infections opportunistes chez des patients avec un système immunitaire affaibli par des traitements (chimio, radiothérapie) ou des maladies générales (SIDA, diabète, syndromes…)
  35. 35. Biofilm oral Biofilm sur une prothèse Biofilm sur cathéter Biofilm dans l‘intestin Biofilm sur la peau dans le domaine biomédical …
  36. 36. Pathologies orales
  37. 37. Biofilm endodontique Biofilm cariogène Coupe histologique d’une partie apicale d’un canal Flèche: biofilm Endodontique En bas: MEB d’un apex avec un biofilm
  38. 38. SOCRANSKY & HAFFAJEE 2005 Diversité des bactéries retrouvées dans les pathologies parodontales formant le biofilm supragingival et le biofilm sous gingival
  39. 39. (bactérie planktonique: flottante dans la salive) Biofilm sur une prothèse amovible en résine chez un patient avec une mauvaise hygiène bucco-dentaire
  40. 40. Stomatite en rapport le Port d’une prothèse maxillaire
  41. 41. Accumulation de biofilm à l’interface Dent-matériau (bridge), flèche noire: carie Secondaire, flèches blanches: hyperplasie gingivale Joint dent-matériau État de surface (lisse, rugeuse) compositionchimique
  42. 42. Bord marginal irrégulier de la prothèse (zircone) A: retention de biofilm. B: bord marginal lisse Péri implantite
  43. 43. Rôle du biofilm l’union fait la force  Un grand nombre de paramètres favorables à la croissance: la consommation d’ O2 par les bactéries aérobies est favorables aux espèces anaérobies.  Un métabolisme efficace: les macromolécules de l’hôte peuvent être dégradé par un consortium de bactéries orales. Antagonisme bactérien  Une augmentation de la résistance aux stress et aux agents antimicrobiens.  Une augmentation de la virulence.
  44. 44.  L'écosystème buccal est un milieu éminemment complexe, dont la population microbienne commence à être connue en détail; mais les associations bactériennes, fréquentes dans le biofilm, sont encore mal précisées.  Seules ces associations possèdent les facteurs de virulence en nombre suffisant autorisent l’organisation des bactéries en biofilm.  Cette organisation bactérienne leur permet d’exprimer pleinement leur potentiel pathogène, mais aussi d’acquérir une résistance accrue vis à vis de l’hôte et des différents moyens chimiques utilisés en thérapeutiques. CONCLUSION

×