Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

Syndrome d'apnee obstructive du sommeil

4.145 Aufrufe

Veröffentlicht am

entité clinique récente.

Veröffentlicht in: Gesundheit & Medizin
  • Als Erste(r) kommentieren

  • Gehören Sie zu den Ersten, denen das gefällt!

Syndrome d'apnee obstructive du sommeil

  1. 1. Page 1
  2. 2. SYNDROME D’APNNEEOBSTRUCTIVE DU SOMMEIL Dr HENZAZI Hind CES pneumologie CHNU FANN Page 2
  3. 3. PLAN I- GENERALITES : 1.1. Définitions. 1.2. Intérêt. 1.3. Rappel historique. II- PHYSIOPATHOLOGIE : 2.1. Sommeil. 2.2. SAOS. Page 3
  4. 4. PLAN III- DIAGNOSTIC POSITIF . VI - TRAITEMENT. VI- CONCLUSION. Page 4
  5. 5. I. GÉNÉRALITÉS Page 5
  6. 6. 1.1. Définitions : SOMMEIL État physiologique récurrent de perte de conscience (mais sans perte de réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d’une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers. Page 6
  7. 7. 1.1. Définitions : APNEEArrêt du débit aérien naso-buccal pdt au moins 10 s. Obstructive : persistance des efforts respiratoires. Centrale : absence des efforts respiratoires. Mixte : début centrale, fin obstructive. Page 7
  8. 8. 1.1. Définitions : HYPOPNEE Pas définition consensuelle. Réduction de plus de 50 % du flux resp, pdt au moins 10 s associée à une diminution de la SaO2 d’au moins 4%, ou à un micro-reveil. Page 8
  9. 9. 1.1. Définitions : - Ronflement sévères et quotidiens. - Sensation d’étouffement ou de SAOS suffocation pdt sommeil. - ou B + diurne.Présence critères A Fatigue C : - Difficultés de concentration. - Nycturie (> 1 miction par nuit)- A : somnolence diurne excessive non expliquée par d’autres facteurs.- B : au moins Index critères suivants non expliqués par 2 des d’apnée hypopnée [IAH] = 5. d’autres facteurs.- C : critère polysomnographique ou polygraphique Page 9
  10. 10. 1.1. Définitions : IAH ( Nbre Apnée + Nbre Hypopnée) / Durée du sommeil (min) ͯ 60. Valeur si associée à des signes cliniques. Page 10
  11. 11. 1.1. Définitions : RONFLEMENTBruit au cours du sommeil d’origine respiratoire svt inspiratoire, pfs expiratoirerésultant des vibrations des parois pharyngées.Seuil d’intensité > 55 dB : minimum. Page 11
  12. 12. 1.1. Définitions : MICRO-REVEIL Événement transitoire qui ne réveille pas le malade. Description électro-encéphalograpgique dont la durée retenue est d’au moins 3 s. Page 12
  13. 13. 1.2. Intérêt : ÉPIDÉMIOLOGIQUE :  Fréquente : 5 à 10 % population.  Adulte jeune.  Prédominance masculine. Page 13
  14. 14. Page 14
  15. 15. 1.2. Intérêt : CLINIQUE :  Pathologie sous Dic.  Problème de santé dans PD : coût Dic et Ttt.  Problème Dic dans notre pays : défaut de moyens (Polysomnographie). Page 15
  16. 16. 1.2. Intérêt : PRONOSTIQUE :  Facteurs de morbidité CVx et co-facteurs d’IR.  Nombre non négligeable des AVP. Page 16
  17. 17. 1.2. Intérêt : THÉRAPEUTIQUE :  PPC : Ttt de choix.  Autres : expérimentation. Page 17
  18. 18. 1.3. Rappel historique :1836 :Charles DickensRoman « les  aventures de Mr Pickwick » Page 18
  19. 19. 1.3. Rappel historique : « les  aventures de Mr Pickwick » Page 19
  20. 20. 1.3. Rappel historique :1908 :Williams OSLER« Sd pickwickien » Page 20
  21. 21. 1.3. Rappel historique :1965 :Henri GastaudPSG Page 21
  22. 22. 1.3. Rappel historique :1972 :1èr symposium : tbles respiratoires du sommeil.Nouveau concept : Sd des apnées induites par sommeil. Page 22
  23. 23. 1.3. Rappel historique :1976 :GuilleminaultSAOS individualisé. Page 23
  24. 24. 1.3. Rappel historique :1978 :Remmersapnées dues aux occlusions pharyngées Page 24
  25. 25. 1.3. Rappel historique :1981 :SullivanVentilation nasale en PPC Page 25
  26. 26. II. PHYSIOPATHOLOGIE Page 26
  27. 27. 2.1. Sommeil : Etre humain : cyclique. Rythme éveil/sommeil : circadien. Durant la journée : Éveil. En fin de journée : Sommeil. Page 27
  28. 28. 2.1. Sommeil : Temps impt de notre vie : 1/3. Exemple : à 60 ans, on a dormi 20 ans, dont 5 ans de rêve. Moyenne : 8 heures. Essentiel pour la survie de l’individu. Page 28
  29. 29. 2.1.Sommeil : Caractéristiques morphologiques : Page 29
  30. 30. 2.1. Sommeil : Reconnaissance des phases du sommeil : données électro physiologiques provenant de : Page 30
  31. 31. 2.1. Sommeil : Un cycle de sommeil Page 31
  32. 32. 2.1. Sommeil : Une nuit de sommeil Page 32
  33. 33. 2.1. Sommeil : Rôle du sommeil Page 33
  34. 34. 2.1. Sommeil : Rôle du sommeil Restauration du repos CVx et respiratoire. Régénération cellulaire. Sécrétion hormonale. Apprentissage et mémorisation Page 34
  35. 35. 2.1. Sommeil : Record de privation du sommeil1964 2007 Randy Gardner Tony Wright 264 heures 266 heures Page 35
  36. 36. 2.2. SAOS : Mécanisme..SAOSRESMED CD PRESENTATIONAutoPlayDocsResMed 1. Comprendre les troubles respiratoires du sommeil.exe Page 36
  37. 37. Page 37
  38. 38. 2.2. SAOS : Facteurs de risque• Obésité +++ - Graisse dans cou qui pèse sur VAS. - Obésité abdo : travail du diaphragme. Page 38
  39. 39. 2.2. SAOS : Facteurs de risque• Anomalies maxillo-faciales : Page 39
  40. 40. Facteurs de risque : Anomalies maxillo-faciales Page 40
  41. 41. Facteurs de risque : Anomalies maxillo-faciales Page 41
  42. 42. 2.2. SAOS : Facteurs de risque Page 42
  43. 43. 2.2. SAOS : Facteurs de risque• Tabac :  l’inflammation dans pharynx et réduit sa taille.• Alcool, sédatifs : relâchement musculaire et  l’activité cérébrale Page 43
  44. 44. 2.2. SAOS : Facteurs de risque• Position couchée sur le dos +++ Page 44
  45. 45. 2.2. SAOS : Conséquences APNEEFRAGMENTATION BAISSE DE DU SOMMEIL L’OXYGENATION Page 45
  46. 46. FRAGMENTATION DU SOMMEIL Page 46
  47. 47. Conséquences : Fragmentation du sommeil Page 47
  48. 48. Conséquences : Fragmentation du sommeil Somnolence diurne excessive. Difficulté de la concentration. Irritabilité. Page 48
  49. 49. Conséquences : Accidents de la routeSomnolence excessive affecte de manièresignificative la vigilance et les performances. 1 accident sur 3 sur autoroute. 1 accident sur 5 de la circulation en général. Risque aussi important que l’alcool au volant. Connor J et al. Sleep 2001; 24(6):688 94 Page 49
  50. 50. Conséquences : Accidents du travail Risque 40 x plus important de somnolenceexcessive au travail. 2 x plus d’accidents du travail. Presque 2 x plus de risque d’être en congésmaladie de longue durée. Terran Santos, NEJM 1999; 340: 881-883 Page 50
  51. 51. BAISSE DE L’OXYGENATION Page 51
  52. 52. Page 52
  53. 53. Conséquences : Fréquence du SAOS dans maladies CVx Congrès de la SFRMS 2008, Lille Page 53
  54. 54. Page 54
  55. 55. Conséquences : Troubles métaboliquesRisque de 40%.Facteur de risque Vx. SYNDROME METABOLIQUEObésité abdominale + au moins 2 de ces facteurs :  HTA  Diabète  Troubles lipidiques Page 55
  56. 56. III. DIAGNOSTIC POSITIF Page 56
  57. 57. 3.1. Circonstances de découverte : Symptômes et signes. Facteurs de risque. Complications et conséquences. Page 57
  58. 58. 3.1. Circonstances de découverte : Symptômes ou signes Diurnes : • Somnolence excessive. • Altération de l’humeur, irritabilité, dépression. • Asthénie. • Céphalées matinales. • Troubles de concentration & de mémoire. • Ralentissement psychomoteur. Page 58
  59. 59. 3.1. Circonstances de découverte : Symptômes ou signes diurnes Somnolence excessive : • Déstructuration du sommeil. • Postprandiale puis en l’absence de stimulation (réunion, conduite+++, en lisant…). • Évaluation peut être :  Subjective.  Questionnaire d’auto-évaluation de la somnolence diurne +++ Page 59
  60. 60. 3.1. Circonstances de découverte : Symptômes ou signes Nocturnes : • Ronflement (80%). • Apnées respiratoires. • Réveils fréquents, sensation d’étouffement. • Nycturie. • Troubles de la sexualité. • Sueurs nocturnes Page 60
  61. 61. 3.1. Circonstances de découverte : Symptômes ou signes nocturnes Ronflement : • 70 à 95%. • Bruit intense, entrecoupé de gargouillements, allant crescendo pour être interrompu par apnée et réapparaître de façon explosive à la reprise ventilatoire. • Vibration des parties molles du pharynx • Conflits conjugaux +++ Page 61
  62. 62. 3.1. Circonstances de découverte : Symptômes ou signes nocturnes Apnées nocturnes : • Conjoint +++ • Sensations détouffement nocturne avec réveil en sursaut. • 65 à 92% des cas de SAOS / PSG. • 31 à 64% des cas PSG (-). Page 62
  63. 63. 3.1. Circonstances de découverte : Facteurs de risque Page 63
  64. 64. 3.1. Circonstances de découverte : Complications• CVx : tbles du rythme, HTA, IDM, AVC.• Accident : route, travail.• Troubles métaboliques : diabète, hyperthyroïdie..• Dépression. Page 64
  65. 65. 3.2. Éléments du diagnostic : Interrogatoire. Examen physique. Examens complémentaires. Page 65
  66. 66. 3.2. Éléments du diagnostic : Interrogatoire Chez conjoint : • Importance du ronflement . • Existence dapnées, leurs durées. • Modifications de l’humeur…. Page 66
  67. 67. 3.2. Éléments du diagnostic : Interrogatoire Chez malade :  État civil.  ATCD : • CVx. • Pathologie ORL. • Tabac, alcool. • Médicaments. Page 67
  68. 68. 3.2. Éléments du diagnostic : Interrogatoire Chez malade :  Symptômes nocturnes et diurnes.  Échelle d’EPWORTH : (somnolence).  Échelle de Hamilton : (dépression).  Échelle de Pichot : (fatigue) Page 68
  69. 69. Interrogatoire : EHELLE D’EPWORTH Page 69
  70. 70. Interrogatoire : EHELLE D’EPWORTH• Score > 10 : somnolence pathologique  10 à 11 : hyper somnolence légère  12 à 18 : hyper somnolence modérée  >18 : hyper somnolence grave Page 70
  71. 71. 3.2. Éléments du diagnostic : Interrogatoire Profil de sommeil : • Heures de coucher et de lever. • Sieste. • Contraintes horaires de travail +++ • Insomnie. • Éveils nocturnes fréquents. • Impressions qualité de sommeil. Page 71
  72. 72. 3.2. Éléments du diagnostic : Examen physique Examen général : • État général. • Poids, taille, périmètre abdominal, Circonférence du cou en cm. • Constantes hémodynamiques : TA+++ Page 72
  73. 73. 3.2. Éléments du diagnostic : Examen physique Examen général : • Obésité : IMC > 30 kg / m2, • Circonférence du cou en cm : < 43cm : risque faible 43 et 48cm : risque modéré > 48 cm : risque élevé Page 73
  74. 74. 3.2. Éléments du diagnostic : Examen physique Examen ORL : • Allongement de la luette. • Macroglossie. • Rétrognatisme. • Hypertrophie amygdalienne. • Déviation de la cloison nasale. • Inflammation nasale ou pharyngée. Page 74
  75. 75. 3.2. Éléments du diagnostic : Examen physique Examen complet : • Insuffisance Respiratoire. • Insuffisance Cardiaque…. Page 75
  76. 76. 3.2. Éléments du diagnostic : Examens complémentaires Oxymétrie nocturne :  Principe : • Enregistrement nocturne prolongé de SaO2 et de FC. • À domicile ou à lhôpital. • Durée : au moins 5 heures. Page 76
  77. 77. 3.2. Éléments du diagnostic : Examens complémentaires Oxymétrie nocturne : • Peu sensible bien que spécifique. • Excellente VPP (97%) : reconnaître avec spécificité SAOS. Page 77
  78. 78. Page 78
  79. 79. Page 79
  80. 80. 3.2. Éléments du diagnostic : Examens complémentaires Actimétrie :  Principe : • Enregistrement mvts corporels pdt plusieurs jours pour analyser rythme veille-sommeil. Page 80
  81. 81. Examens complémentaires : Actimétrie d’un bon dormeur Page 81
  82. 82. Examens complémentaires : Actimétrie d’un petit dormeur Page 82
  83. 83. Examens complémentaires : Actimétrie d’un long dormeur Page 83
  84. 84. 3.2. Éléments du diagnostic : Polysomnographie Définition : Enregistrement, au cours du sommeil, plusieurs variables physiologiques afin de déterminer certains troubles liés au sommeil. Page 84
  85. 85. 3.2. Éléments du diagnostic : Polysomnographie Classement : Page 85
  86. 86. Page 86
  87. 87. Page 87
  88. 88. 3.2. Éléments du diagnostic : Polysomnographie Apports : • Confirme Dic de l’apnée du sommeil. • Différencie entre apnée centrale et obstructive. • Apprécie la gravité du SAOS. • Reconnaît une pathologie associée. • Valide l’installation de PPC. Page 88
  89. 89. Résultats ► polygraphie : Respiration normale Page 89
  90. 90. Résultats ► polygraphie : SAOS Page 90
  91. 91. Résultats ► polygraphie : • IAH >= 30 polygraphie suffisante pour le diagnostic  • IAH < 30 polysomnographie nécessaire Page 91
  92. 92. Résultats ► polysomnographie : SAOS Page 92
  93. 93. Résultats ► polysomnographie : SAOSNiveau de sévérité du SAOS : IAH  Légère : 5 à 15 événements par heure.  Modérée : 15 à 30 événements par heure.  Sévère : >30 événements par heure. Page 93
  94. 94. Page 94
  95. 95. 3.2. Éléments du diagnostic : Examens complémentaires Biologie : • Bilan thyroïdien, bilan lipidique, glycémie • NFS : rarement polyglobulie (SAOS majeur désaturant). Page 95
  96. 96. 3.2. Éléments du diagnostic : Examens complémentaires EFR : • Association BPCO et SAOS fortuite. • BPCO : facteur prédictif de mortalité dans le SAOS traité par PPC Page 96
  97. 97. 3.2. Éléments du diagnostic : Examens complémentaires Fibroscopie naso-pharyngée : • Rétrécissement VAS. • Obstacles nasal ou vélaire. • Anomalies linguales. • Aspect ogival de voûte palatine. • Hyperplasie tissus pharyngés et l’hypertrophie amygdalienne Page 97
  98. 98. 3.3. Evolution - complications : Immédiat : • Bradycardies sévères. • Asystolies. • BAV. • Salves de TA ou TV. • Mort subite au cours du sommeil. Page 98
  99. 99. 3.3. Evolution - complications : Long terme :  Troubles cognitifs :  Irritabilité.  Hypersomnolance diurne.  Troubles de vigilance.  Difficulté de concentration. Page 99
  100. 100. 3.3. Evolution - complications : Long terme :  Cardiovasculaires :  HTA  HTAP avec ICD  IDM  AVC Page 100
  101. 101. 3.3. Evolution - complications : Long terme :  Troubles neuropsychiques :  Dépression.  Apathie.  Sentiment de dévalorisation.  Anorexie. Page 101
  102. 102. 3.3. Evolution - complications : Long terme :  Troubles métaboliques :  Obésité.  Diabète.  Troubles lipidiques. Page 102
  103. 103. IV. TRAITEMENT Page 103
  104. 104. 4.1. Buts :• Arrêter la survenue des apnées.• Améliorer la qualité du sommeil.• Améliorer les signes diurnes et nocturnes.• Eviter la survenue des complications. Page 104
  105. 105. 4.2. Moyens :4.2.1. Moyens médicaux : Mesures hygiéno-diététiques o Perte de poids +++ o Hygiène du sommeil et de vie o Arrêt de l’alcool, tabac, somnifères et sédatifs o Ttt postural (balle de tennis) Page 105
  106. 106.  Mesures hygiéno-diététiques Traitement postural Page 106
  107. 107. 4.2. Moyens :4.2.1. Moyens médicaux : Ttt rhinite chronique. Correction dune affection endocrinienne (acromégalie, hypothyroïdie, diabète) Page 107
  108. 108. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : PPC : • Méthode de référence. • Très efficace. • Éducation. Page 108
  109. 109. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : PPC : Principe : Machine à turbine qui propulse sous P° l’air ambiant dans les VA de façon continue par l’intermédiaire d’un masque facial ( nez +/- bouche). Page 109
  110. 110. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : PPC : Technique : ..SAOSRESMED CD PRESENTATIONAutoPlay Page 110
  111. 111. PPC : Résultats Page 111
  112. 112. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : PPC : Effets indésirables :  Mineurs : Irritation cutanée. Rhinite. Conjonctivites. Bruit. Page 112
  113. 113. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : PPC : Effets indésirables :  Majeurs : Épistaxis, Pneumothorax, Trouble du rythme cardiaque. Page 113
  114. 114. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : Orthèse d’avancement mandibulaire :  Principe : propulser la mandibule pendant la nuit. agrandissement de la filière pharyngée post en écartant structures anatomiques collabables. Page 114
  115. 115. 4.2.2. Moyens instrumentaux : Orthèse d’avancement mandibulaire Page 115
  116. 116. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : Orthèse d’avancement mandibulaire :  Conditions : Dentition de qualité (maintien de lappareil). Respiration nasale libre. Bonne tolérance du patient Page 116
  117. 117. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens instrumentaux : Orthèse d’avancement mandibulaire :  Effets secondaires : Hypersialhorhée. Douleur temporo-mandibulaire. Inconfort dentaire. Page 117
  118. 118. 4.2. Moyens :4.2.3. Moyens chirurgicaux : Trachéotomie : exceptionnellement pratiquée. cas sévères (hypoxie profonde et/ou arythmies cardiaques graves) Page 118
  119. 119. 4.2. Moyens :4.2.3. Moyens chirurgicaux : Chirurgie nasale : Correction d’une déviation septale. Turbinectomie. Résection de polype Page 119
  120. 120. 4.2. Moyens :4.2.3. Moyens chirurgicaux : Amygdalectomie : Page 120
  121. 121. 4.2. Moyens :4.2.3. Moyens chirurgicaux : Uvulo-Palato-Pharyngoplastie : Enlever la luette et une partie du palais mou pour dégager les VAS Page 121
  122. 122.  Uvulo-Palato-Pharyngoplastie Page 122
  123. 123. 4.2. Moyens :4.2.2. Moyens chirurgicaux : Uvulo-Palato-Pharyngoplastie :  Complications : Douleurs post opératoires. Hémorragie. Sténose du nasopharynx. Changement de voix. Page 123
  124. 124. 4.3. Indications : Recommandations SPLF 2010SAOS sévère (IAH >30) :  PPC en 1ère intention  OAM en 2ème intention si refus ou intolérance à la PPC  UPP si hypertrophie amygdalienne majeure.  Chir d’avancée maxillaire en 3ème intention. Page 124
  125. 125. 4.3. Indications : Recommandations SPLF 2010SAOS léger et modéré (IAH<30) :  OAM en 1ère intention.  TTT positionnel.  PPC en 1ère intention si co-morbidité CVx grave (HTA réfractaire, mldie coronaire mal contrôlée, AVC) ou somnolence diurne excessive Page 125
  126. 126. V. CONCLUSION Page 126
  127. 127.  Pathologie altérant la qualité de vie. Facilement soupçonnable par un bon interrogatoire chez une personne à risque. PSG PPC. Page 127
  128. 128. MERCI POUR VOTRE ATTENTION Page 128
  129. 129. Page 129

×