Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Die SlideShare-Präsentation wird heruntergeladen. ×

Velázquez, peintre de princes et de bouffons.ppsx

Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige
Anzeige

Hier ansehen

1 von 61 Anzeige

Velázquez, peintre de princes et de bouffons.ppsx

Herunterladen, um offline zu lesen

À l’âge de 24 ans il est nommé peintre du roi Philippe IV.
Quatre ans plus tard, il est promu peintre de chambre, le poste le plus important parmi les peintres de cour.

À l’âge de 24 ans il est nommé peintre du roi Philippe IV.
Quatre ans plus tard, il est promu peintre de chambre, le poste le plus important parmi les peintres de cour.

Anzeige
Anzeige

Weitere Verwandte Inhalte

Weitere von guimera (20)

Anzeige

Velázquez, peintre de princes et de bouffons.ppsx

  1. 1. À l’âge de 24 ans il est nommé peintre du roi Philippe IV. Quatre ans plus tard, il est promu peintre de chambre, le poste le plus important parmi les peintres de cour.
  2. 2. Velázquez peintre de princes et de bouffons
  3. 3. Le premier et dernier portrait du Roi peint par l’homme qui fut son peintre de cour depuis 1623 ...
  4. 4. Le premier portrait, de 1623, ne nous est connu que grâce à la radiographie, car, cinq ans plus tard, Velázquez le repeint entièrement : selon la radiographie, le premier portrait était très naturel, une physionomie sans noblesse. Le majestueux tableau repeint montre au contraire un visage ferme, une impression de puissance et de sérénité. (Or nous savons que le premier portrait avait enthousiasmé le roi et la cour : ce n’est donc pas à sa demande que Velázquez le modifia, mais bien plutôt pour se conformer à sa propre vision de la majesté royale, non par flatterie primaire, mais plutôt par idéalisme, pourrait-on dire.) Diego Velázquez Felipe IV, de cuerpo entero y vestido de negro Philip IV, full length and dressed in black Philippe IV, de pied et vêtu de noir hecho en 1623, repintado en 1628 executed in 1623, reworked in 1628 exécuté en 1623, repeint en 1628 Museo Nacional del Prado, Madrid
  5. 5. Le dernier portrait du Roi Le roi, n’a pas d’héritier mâle vivant, est mélancolique, préoccupé par la mort et par son salut; il se reproche sa conduite, ses péchés, le déclin du royaume, et cet épuisement d’une race consanguine qui va à la déchéance ... Or Velázquez, certainement très au fait de ces vicissitudes, ne veut rien voir de tout cela : dans cet ultime portrait, il idéalise encore une fois son roi, il dissimule ses infirmités physiques et morales, ses rides, sa vieillesse. ... Velázquez pendant les huit ans qui lui restent à vivre, il ne peint plus le roi, excepté le reflet dans Les Ménines. Il laisse ses assistants et d’autres peintres faire des portraits du roi vieillissant conformes au goût royal, mais pas au sien propre, comme une marque de son dépit, de sa désillusion devant cette prééminence de l’humain sur le majestueux. Diego Velázquez Felipe IV Philip IV Philippe IV 1653 Museo Nacional del Prado, Madrid
  6. 6. À côté du roi, Velázquez peint la famille royale ... la première épouse du roi, Élisabeth, et la seconde Reine, Marie-Anne, guindée et austère dans son vertugadin; l’infant Balthazar Charles, chétif espoir de la dynastie, mais qui mourra à 17 ans, et son demi-frère Philippe Prosper, d’une sourde tristesse, l’infant mourra à quatre ans; l’infante Marie-Thérèse et la jolie infante Marguerite aux joues rebondies et à l’air angélique.
  7. 7. Portant un pourpoint avec des étoiles brodées et un saya (jupe) brodé en or avec ses armoiries et ses initiales ... … Élisabeth de France, également appelée Élisabeth de Bourbon ou Isabelle de Bourbon, Reine consort d'Espagne. Fille d'Henri IV et de Marie de Médicis. Isabelle, encore enfant, est venue en Espagne pour épouser celui qui deviendra Felipe IV. La nouvelle reine espagnole a dû endurer les infidélités de son mari, et voir comment des enfants illégitimes sont nés alors qu'elle souffrait d'avortements continus ou de décès prématurés de ses filles. C'est à la fin de sa vie qu'Isabelle de Bourbon réussit à gagner l'affection de son mari. Il était cependant trop tard. Affaiblie par ses multiples grossesses et fausses-couches, décède le 6 octobre 1644 en accouchant de son neuvième enfant. Diego Velázquez La reina Isabel de Borbón, a caballo Queen Elisabeth of France on Horseback la Reine Isabelle de Bourbon à Cheval 1635 Museo Nacional del Prado, Madrid
  8. 8. Nièce et épouse de Philippe IV d'Espagne, élégante et extravagamment vêtue à la hauteur de la mode contemporaine, mais avec une expression boudeuse; souffrait d’ennui, de solitude, de nostalgie, de vertiges et d’incommodité en raison de ses grossesses interminables qui ont transformé la jeune fille pleine de vie en une femme têtue et obstinée … Marie-Anne d'Autriche, ou Marianne d'Autriche, Reine consort d'Espagne. Fille de l'empereur Ferdinand III et de Marie-Anne d'Autriche, infante d'Espagne. En 1649, Marie-Anne, âgée de 14 ans, épouse son oncle, de 30 ans plus âgé qu'elle. Diego Velázquez La reina doña Mariana de Austria Queen Mariana of Austria La Reine Marianne d'Autriche 1652-1653 Museo Nacional del Prado, Madrid
  9. 9. Vêtu d’un uniforme de capitaine général, y compris l’écharpe, un bâton de commandement et un poignard. Le nain porte une pomme et un hochet, des éléments plus puérils qui peuvent laisser entendre que l’héritier de la monarchie la plus puissante d’Europe n’a pas besoin de jouets mais d’instruction militaire et de formation pour gouverner ses domaines à l’avenir. … Balthazar Charles d'Autriche, Prince des Asturies. Cinquième fils de Philippe IV et d'Isabelle de Bourbon. Au moment de sa naissance, il était le seul membre survivant de la descendance royale. Le 9 octobre 1646, la variole est fulminante. La mort du prince laisse la monarchie sans héritier mâle direct. Philippe IV est obligé de se remarier. Diego Velázquez El príncipe Baltasar Carlos con un enano Prince Balthasar Charles with a Dwarf Le Prince Balthazar Carlos avec un nain 1631 Museum of Fine Arts, Boston
  10. 10. La compassion là où l'on attendrait de la majesté … un prince de trois ans, délicat et fragile, la santé de l'infant est précaire comme le dénotent les amulettes qu'il porte un petit chien blanc dont le regard accentue la mélancolie de la scène le fond pâle suggère un destin sombre - le petit prince est mort à l'âge de quatre ans. … Philippe Prosper d'Autriche, Prince des Asturies. La naissance du prince ravive l'espoir de la couronne espagnole. Depuis la mort du prince Balthazar Charles, il manquait un héritier au trône. Les espoirs de la couronne sont anéantis en 1661, lorsque le jeune garçon meurt, probablement d'une crise d'épilepsie, quelques jours avant la naissance du futur Charles II. Diego Velázquez El príncipe Felipe Próspero o El infante Felipe Próspero Portrait of Prince Philip Prospero Le Prince Philippe Prosper ou L'Infant Philippe Prosper 1659 Kunsthistorisches Museum, Vienna
  11. 11. Une attitude majestueuse ... Ce portrait fait partie de ceux envoyés aux cours de Vienne, Paris et Bruxelles en 1653 alors que diverses options de mariage étaient envisagées pour elle. … Marie-Thérèse d’Autriche. l’infante et archiduchesse d'Autriche, par son mariage avec Louis XIV, reine de France et de Navarre. Enfant de Philippe IV, roi d'Espagne, et de sa première épouse, Élisabeth de France. En 1659 l'Espagne est contrainte de signer le traité des Pyrénées avec Louis XIV, et un projet de mariage est engagé pour sceller la paix. En juin 1660, l'Infante épousa Louis XIV de France, dit Roi Soleil, son cousin germain paternel et maternel. Diego Velázquez La infanta María Teresa de España, o La infanta María Teresa a los catorce años The infanta Maria Theresa of Spain or The infanta Maria Theresa aged 14 L'infante Marie-Thérèse d'Espagne, ou L'infante Marie Thérèse à quatorze ans 1652-1653 Kunsthistorisches Museum, Vienna
  12. 12. La princesse des Ménines ... l’infante d’Espagne âgée de 5 ans, vêtu d’une robe blanche. Une des toiles envoyées pour le futur mari de l'infante, Léopold Ier de Habsbourg. L'émissaire impérial fait également l'éloge de son bon comportement dans la lettre qu'il a envoyée avec le portrait à Vienne. Toile légèrement postérieure à la réalisation des Ménines montrant l’infante dans une robe blanche similaire … Marguerite-Thérèse d'Autriche, infante d'Espagne, Fille du roi d'Espagne Philippe IV et de sa seconde épouse Marie-Anne d'Autriche. Pour conserver toute sa puissance à la Maison des Habsbourg, l’infante fut promise en mariage à son oncle l’empereur Léopold Ier. Bien qu'elle soit morte assez jeune, l'infante est restée célèbre en raison des multiples portraits réalisés notamment par Diego Vélasquez. Elle est ainsi le personnage central des célèbres Ménines. Diego Velázquez La infanta Margarita en blanco Infanta Margareta in a White Dress L’Infante Marguerite en robe blanche 1656 Kunsthistorisches Museum, Gemäldegaler, Vienna
  13. 13. Entourée de demoiselles d’honneur, d'un chaperon (une veuve), d'un garde du corps, d'une naine, d'un enfant italien et d'un chien de race espagnole l’infante Margarita 5 ans, vêtu d'un guardainfante sous une basquiña grise et crème. Doña Isabel de Velasco s'inclinant et Doña María Agustina Sarmiento de Sotomayor offrant de l'eau dans un búcaro, un petit récipient d'argile poreux et parfumé qui rafraîchit l'eau. Velázquez le peintre est debout devant une grande toile, avec sa palette et son pinceau dans les mains et la clé du valet à sa taille. un miroir reflète le roi Philippe IV et la reine Mariana peints par Velázquez. Diego Velázquez Las Meninas Les Ménines 1656-1657 Museo Nacional del Prado, Madrid
  14. 14. Les bouffons de Velázquez sont une présentation documentaire de l'artiste sur certains des résidents du palais du roi Felipe IV. Une curieuse troupe de bouffons, nains ou handicapés mentaux, dont la principale fonction à la Cour était de distraire les monarques de l'ennui et de la routine des affaires gouvernementales. Ces bouffons étaient apparemment très appréciés par la famille royale et par Vélazquez lui-même, qui les a représentés avec une grande dignité. La même dignité avec laquelle il a dépeint les philosophes, les dieux mythologiques, les personnages historiques et même la famille royale.
  15. 15. En tant que bouffon du roi, il jouissait de plus d'un certain nombre de privilèges : Il faisait ostentation du titre de "Don", il recevait un salaire, sans compter les cadeaux occasionnels. Son sourire entre stupeur et béatitude et les citrouilles qu'il a à côté de lui sur le sol sont des indications claires du retard mental qui a affecté ce bouffon. Diego Velázquez El bufón "Calabacillas", llamado erróneamente "Bobo de Coria“ The Buffoon Calabacillas Le Bouffon Calabacillas ou Le Bouffon aux calebasses 1635-1639 Museo Nacional del Prado, Madrid
  16. 16. Nain et bouffon au service du prince Balthasar Charles. Son costume de toile verte, son manteau rouge et or, ses fines dentelles de Bruxelles sont dignes d'un vêtement princier. ... pas un sourire, pas une bouffonnerie, immobile, scrutateur, inquisiteur et impénétrable, ses yeux sombres sont fixés sur le spectateur. Diego Velázquez El bufón el Primo,​ anteriormente conocido como El bufón don Sebastián de Morra The Buffoon El Primo Le Bouffon El Primo 1644 Museo Nacional del Prado, Madrid
  17. 17. Le fanfaron Don Cristóbal de Castañeda y Pernía, plus connu sous le nom de Barberousse ... vêtue de rouge et agressif, malveillant et risible, arrogant et plutôt grotesque, épée en main et prêt à attaquer, mais muni d’un corps grossier … en définitive, totalement contraire aux canons de la beauté masculine de l'époque. Diego Velázquez El bufón "Barbarroja", don Cristóbal de Castañeda y Pernia The Buffoon Barbarroja, Cristóbal de Castañeda y Pernia Bouffon Barbarroja, Cristóbal de Castañeda y Pernia 1633 Museo Nacional del Prado, Madrid
  18. 18. Nous ne savons pas quel était le vrai nom de ce bouffon de Philippe IV. Don Juan de Austria était probablement un surnom ironique, selon la coutume de la cour qui consistait à donner parfois le nom de Grands personnages aux petites gens employés dans le palais. Il est vêtu du splendide costume d'un prince de sang royal, qui est probablement celui que ce bouffon portait à la cour, où il devait amuser les courtisans avec ses illusions de grandeur. Le comique vient du contraste entre, d'une part, l'apparence rachitique du personnage, ses jambes fines, qui ont quelque chose d'une marionnette désarticulée, son expression effrayée et glissante, et d'autre part, l'atmosphère belliqueuse qui l'entoure. Diego Velázquez El bufón llamado don Juan de Austria The Buffoon Juan de Austria Le bouffon Juan de Austria 1632 Museo Nacional del Prado, Madrid
  19. 19. Don Diego de Acedo ... vaniteux, coureur de jupons et avec une réputation de conquérant, nain, bouffon de cour et fonctionnaire de Philippe IV., regard mélancolique et intelligent, élégamment vêtu comme un gentleman, tout en noir, solennel. On pense qu'il a pu être lié au meurtre de Doña Luisa de Encinillas, épouse du chambellan royal Don Marcos de Encinillas, qui l'a tuée par jalousie après avoir découvert qu'elle lui était infidèle avec Acedo. il était aussi appelé "primo", c'est-à-dire "cousin", un appellatif d'amélioration car c'est le titre avec lequel le roi s'adressait aux nobles d'Espagne dans sa correspondance privée. Diego Velázquez Bufón con libros Buffoon with books Bouffon avec des livres 1640 Museo Nacional del Prado, Madrid
  20. 20. Francisco Lezcano "Le garçon de Vallecas", pure innocence. Une impression de douceur et de clémence se dégage de ce visage enfantin. Sans intention satirique, bien au contraire. Diego Velázquez El Niño de Vallecas The Boy from Vallecas (Francisco Lezcano) L'Enfant de Vallecas (Francisco Lezcano) 1635-1645 Museo Nacional del Prado, Madrid
  21. 21. Velázquez pintor de príncipes y de bufones Velázquez painter of princes and jesters Velázquez peintre de princes et de bouffons images and text credit www. Music The Piano Guys Ed Sheeran Thinking Out Loud created olga_oes thanks for watching Merci M.C., merci Michel o.esqsegues@gmail.com

×