Anzeige

Esperance 90

24. Dec 2015
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Anzeige
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Anzeige
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Esperance 90
Anzeige
Esperance 90
Esperance 90
Nächste SlideShare
Esperance 91 Esperance 91
Wird geladen in ... 3
1 von 16
Anzeige

Más contenido relacionado

Anzeige
Anzeige

Último(20)

Esperance 90

  1. Décembre 2015 90 « Un geste chrétien dans un monde qui souffre »
  2. DirecteurdepublicationJean-MarcSEMOULIN Editeur MiseenpageJacques-OlivierNICOLAS Impression2GImpression13ruedesFontenelles78920Ecquevilly SiègesocialEspaceHumanitaireet Citoyenneté-ZACdupetitParc13 ruedesFontenelles78920ECQUEVILLY- Tél 01 34755615-Fax013475 93 79-esperance@lagerbe.org Gîted’accueild’urgenceFermeClaris-30350 LEZAN-Tél/Fax04 66 92 01 08-claris@lagerbe.org Septembre 2011 73 Association Chrétienne de Solidarité Internationale Association loi 1901 créée en 1988 déclarée en Sous-Préfecture de Mantes la Jolie sous le n° 0781007848 n° Siret 419 824 669 000 40 APE : 9499Z - Habilitée à délivrer des reçus fiscaux et à percevoir des dons ISF. France : CCP : 46 261 09 V - LA SOURCE Suisse : en passant par la Fondation Mon Rocher Abonnementannuel :10 €/4 numéros N° ISSN : 1259-3621 - Commission Paritaire : 1008 G 78454 - Dépôt légal : à parution Journal d’information - Tirage : 4.000 exemplaires Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers EDITO Radia Bakkouch, la présidente de l’association Coexister, mouvement inter-religieux des jeunes, a publié dès le soir du 13 novembre le message suivant “Face à l’horreur, face à l’effroi, face à la peur : “NousSommesUnis… nous devons prouver une fois encore que les liens qui unissent les Français de toutes convictions philosophiques ou religieuses sont plus enracinés que la barbarie dévastatrice qui n’a d’autre but que diviser et terroriser”. Quelques jours après, elle ajoutait “nous sommes là, solidaires et unis. Le but des terroristes est de diviser une population qui en est victime. Céder à la panique, à l’amalgame ou dénoncer un coupable dans notre communauté nationale serait leur donner raison”. (www.coexister.fr) De telles réactions de la part de jeunes est stimulante et montre que la religion - quelle qu’elle soit - est porteuse d’autres ressorts que celui de la guerre, comme on l’en accuse si souvent. La pensée religieuse de l’être humain, tout comme la démarche philosophique, est faite pour lui permettre de vivre en société tout en l’aidant à donner un sens à sa vie. Nous ne donnons pas tous les mêmes significations à nos vies, mais l’important est justement que nous soyons bien conscients de nos différences, que nous les connaissions réellement (plutôt que de nous contenter des supposés et des rumeurs) et que nous puissions alors nous accueillir comme compagnons d’humanité, citoyens d’un même pays, en route vers notre accomplissement de vie. Dans un premier temps nous avons eu besoin d’écouter les émotions de chacun, les nôtres et celles des autres. Puis nous constaterons que ces paroles ne suffiront pas à apaiser l’immense tension née des attentats. Nous sommes invités certes à échanger pour résister à la peur, mais aussi à faire ensemble des actions de solidarité, et si possible nous engager dans des projets communs. Au sein de La Gerbe, nous souhaitons tous que les actes abominables qui ont été perpétrés ne viennent pas entamer notre détermination à continuer de travailler ensemble pour le bien commun, avec toutes nos différences d’origine, de couleur de peau, de religion, de culture. Nous voulons nous encourager à l’enrichissement mutuel, l’amitié, la dimension collective. Comme notre équipe d’Ecquevilly le proclamait : «soyez fiers de ce que vous allez faire aujourd’hui, car vous allez tous travailler pour quelqu’un d’autre !» Des questions viennent cependant nous interpeller : Comment avoir une bonne influence sur mon entourage ? Qu’est-ce qui rayonne de moi ? Comment est-ce que j’habite le présent ? Est-ce que je garde une amertume, une colère contre quelqu’un ou bien est-ce que j’essaie d’aller régler ces relations abîmées sans remettre à plus tard ? Suis-je modéré dans le temps que je passe sur les réseaux sociaux ? Nous ne savons pas quels évènements auront marqué notre actualité entre ce moment où nous écrivons et l’arrivée de Noël. Le message de Noël est celui de la venue du Christ dans nos vies. Il reste d’une actualité brûlante : ne pas se venger, aimer son prochain, savoir qu’il n’est plus besoin de se sacrifier pour plaire à Dieu, savoir que nous ne restons pas marqués à jamais par nos erreurs, que notre dignité humaine nous est imprenable, que le pardon est possible, et, comme le disait l’Abbé Pierre, que « Dieu nous aime quand-même ! » Que ce message devienne davantage notre force. L’équipe de rédaction La Gerbe est membre de : Nos partenaires : www.lagerbe.org www.facebook.com/esperance.lagerbe twitter.com/lagerbe 22
  3. En plus de la ferme Claris, gîte d’accueil d’urgence, l’association La Gerbe a ouvert à Lézan au printemps 2013 une pension de famille de dimension modeste (7 appartements), accueillant des personnes seules et une ou deux familles monoparentales. La situation en milieu rural, où l’association a tissé des liens avec de nombreux acteurs (école, municipalité, associations), et l’implication d’habitants du village, favorisent le lien social.Le lieu offre la dynamique simultanée d’un « vivre ensemble » et d’une ouverture vers l’autonomie. Il a créé 1,2 emplois et son fonctionnement implique salariés et bénévoles. Il bénéficie de l’expérience du gîte d’accueil d’urgence voisin. Ferme Claris & Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille France Lezan E 2 C , qu’est-ce que c’est ? Le concept d’école de la 2ème chance est européen. Il a été créé en 1995 et compte à ce jour plus de 100 sites en France. L’école de la 2ème chance a pour vocation l’intégration sociale et professionnelle de jeunes entre 18 et 25 ans qui ont dépassé l’âge de la scolarité obligatoire et ont besoin d’une remise à niveau des connaissances de base. L’école offre une formation et un encadrement individualisé pour redonner confiance en soi. Elle pratique une pédagogie active basée sur l’alternance école/ stages. Le stagiaire est accompagné pour arriver à formuler et construire son projet sur une durée de 6 à 7 mois. Elle favorise un partenariat étroit avec le monde des entreprises qui sont les terrains de stages où les jeunes vont expérimenter un métier et découvrir leurs capacités. Elle travaille en réseau avec les acteurs sociaux (Mission Locale, PAIO = Permanence d’Accueil, d’Information et d’Orientation…). Une école qui offre aux jeunes une 2ème chance, c’est une idée formidable ! Nous en avons fait l’expérience cet automne car E2C78 (l’école de la 2ème chance des Yvelines) est venue nous rendre visite du 19 au 23 octobre à Lézan. Cette E2C78 est déjà en partenariat avec La Gerbe à Ecquevilly, où des jeunes ont déjà été accueillis en insertion. Et tous ceux qui venaient à Lézan avaient passé une journée “d’immersion” à la la Ressourcerie d’Ecquevilly. C’était juste une idée merveilleuse ! Marie-Ange, Pascale, Abdu, Baptiste, Paul, Kevin, Béatrice, Hasseb et les autres, c’est-à-dire, nous tous à la Ferme Claris et la Maison d’à Côté. Quelle équipe ! Coucher sous les yourtes fin octobre et expérimenter de vivre sans électricité, sans recharger son portable, poncer et peindre les portails, aider à la cueillette des olives, préparer des repas pour 20 à 27 personnes et manger ensemble au soleil, jouer au foot avec les enfants, et même les grands-mères qui osent y perdre leurs pantoufles ! Partir au bois à la recherche des châtaignes et déguster les «affachés», ces châtaignes grillées au feu de bois, accompagnées d’un bon chocolat chaud. Oui, nous étions un lieu de stage, peut-être pas tout à fait ordinaire, où a régné la bonne humeur et le partage dans l’accueil et la joie de la différence. Un partage qui nous a permis de connaître une troupe de 6 jeunes, motivés, gentils, rieurs, et des accompagnatrices bienveillantes qui nous ont fait partager leur expérience. Nous avons découvert l’arbre à kiff, dont les branches à ce jour ploient sous les « feuilles à mots » qui disent que chaque journée apporte une joie, un plaisir à goûter si notre cœur reste ouvert à l’émerveillement et la reconnaissance. Un vivre ensemble qui prend encore plus de sens au regard des évènements de cette mi-novembre. Une aventure qui a été appréciée par les petits et les grands, les accueillis et les accueillants, une expérience à renouveler ! Martine Fournier Le message du départ, le 23 octobre 2015 Chers résidents, résidentes, enfants, membres du personnel et vous tous. J’ai  été très heureux de passer une semaine pour travailler, échanger, rigoler, discuter, profiter. Vous êtes des gens très accueillants et élégants, des personnes en or. Votre région est très accueillante. Ne changez rien. Avec les yeux qui brillent dans le ciel, et le soleil qui brille dans le Sud de la France, y a pas de doute, vous m’avez réchauffé le coeur. Dans vos regards, j’ai vu plein de bonheur même si des fois, y a des moments de malheur. Je vous remercie pour cette superbe semaine que je garderai dans ma mémoire et que j’oublierai jamais. Surtout ne changez pas votre bonne humeur, votre sourire, et tout. Bonne suite et Merci de nous avoir accueillis pendant cette semaine. Bisous et vive le Sud, vous allez tous nous manquer, je penserai à vous tout le temps. Baptiste Chartier 3 Décembre 2015 90
  4. Ferme Claris & Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille France Lezan Une virée au Festival “C’est pas du Luxe” « Venez tous, je remonte sur scène ! » lisait-on sur la page Facebook de l’une des résidentes à Lézan. Après la lecture musicale de «  Fleurs de mots » à la médiathèque d’Alès, puis aux jardins de Manthes à Lédignan, nous avons accompagné nos artistes de l’atelier d’écriture à Apt, petite ville du Lubéron, où se déroulait la 3ème édition du festival artistique des pensions de famille, organisé par la Fondation Abbé Pierre, l’association Le Village et le Théâtre National de Cavaillon. Son objectif : valoriser les créations et productions artistiques des personnes démunies ou en précarité. Au programme : arts de la rue, chants, danses, musique, théâtre, arts plastiques, lectures de textes, temps d’échange avec le public, œuvres collectives, stands d’animation... Au petit matin, nous partons pour cette nouvelle aventure. 2h de route dans le Jumpy où il faut se plier un peu pour faire place aux chevalets, matériel et photos que nous emportons. Mais le soleil est au rendez-vous et les cœurs sont en fête. Apt nous accueille avec son marché animé, ses ruelles pittoresques, ses senteurs de Provence. Nous retrouvons les musiciennes, les autres membres de l’équipe, et plusieurs de la pension venus assister au festival depuis la veille avec Janny. Dans le décor surréaliste de la petite chapelle des Carmes, le spectacle « Fleurs de mots » est magnifique d’engagement et de talent de chacun des participants à la lecture, de justesse et de générosité dans l’interprétation des musiciennes, émouvant par l’écoute respectueuse du public. Tout au long de la journée, les artistes et le public se croisent : des soleils se sont allumés dans les yeux de toutes ces personnes qui, à travers ces ateliers de création artistique, retrouvent confiance, dignité, envie de vivre et de se projeter dans l’avenir. Et quelle surprise de rencontrer le soir, au détour d’une rue, deux spectateurs enthousiastes : « Nous avons assisté à plusieurs spectacles, mais le vôtre nous a particulièrement touchés. » Guylaine Le festival « C’est pas du luxe » m’a fait découvrir plusieurs façons de s’exprimer : la lecture, la chanson, le théâtre, la musique. Mon coup de cœur va vers plusieurs moyens d’expression : la lecture avec Fleurs de Mots, la musique avec un groupe de La Réunion qui nous a fait bouger avec ses rythmes, et les chants traditionnels en créole comme le Séga. Marc La première chose que j’ai remarquée, c’est la décoration, elle était vraiment touchante. On se sentait en harmonie pour lire nos textes avec beaucoup d’émotion. C’est pas réellement du luxe : c’est la réalité. Seda 4 décembre 2015 90
  5. NOM : Prénom : Service Abonnement - esperance@lagerbe.org LA GERBE ZAC du Petit Parc - 13 rue des Fontenelles - 78920 Ecquevilly Adresse : EmailVILLE :Code Postal :  ✄ Ferme Claris & Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille «Mes pas m’entraînent d a n s u n e ruelle où le monde coule, joyeux, dansant sous les vibrations éclatantes d’une batucada. La musique bascule mes oreilles, traverse plexus et esprit. Les bras s’agitent, des sourires lumières au bord des bouches, les corps bougent pour certains. Plus loin, plus tard, Georges active son orgue de Barbarie pour le plaisir des petits enfants planant dans un monde enchanteur. Georges et son nez épais. Une poterie un peu brûlée par le froid, la vie, l’alcool. Touchant ce rouge-Georges, son voyage au Canada, son habit de clown imparfait et magique. Nous parlons… et surtout, je l’écoute, sous un ciel bleu qui ne s’adresse à cet instant qu’à lui. Merci le soleil de l’avoir regardé et baigné de ta chaleur ! » Natacha Projet « Les Etoiles » : création d’habitat solidaire associé à des activités d’économie sociale Depuis plusieurs mois nous vous avons annoncé l’existence de ce projet mais nous attendions qu’il se mette en place de façon plus élaborée pour vous le présenter. Nous sentons qu’à présent il se conforte grâce à plusieurs partenaires. Restant cohérente avec sa vocation, La Gerbe a décidé de répondre au besoin de logements sociaux en s’appuyant sur des partenariats adaptésetenmobilisantdesressources immobilières non utilisées en zone Recevoir Espérance en version papier pour 2016 : ci-joint 10 €. Commander le livre “Fleurs de Mots” rédigé par l’atelier d’écriture de la Ferme Claris, 12 € SOUTENIR la publication Espérance et les abonnements gratuits : ci-joint 20 €. Recevoir Espérance en version électronique (remplir la case email) NE PLUS recevoir Espérance. SOUTENIR l’association : ci-joint un chèque à l’ordre de la Gerbe de : _______ € Pour les projets à ecquevilly et international pour les projets à Lézan Abonnement 2016 10 € Je désire : Votre abonnement est à jour jusqu’à la date indiquée au dessus de votre adresse sur l’enveloppe. 5 Décembre 2015 90
  6. Ferme ClarisGite d’accueil d’urgence & pension de famille Transmission de contacts En nous faisant connaître auprès de vos amis c’est une aide importante que vous nous accordez. Vous pouvez envoyer de ma part un exemplaire découverte d’Espérance à : Adresse : NOM : Prénom : Code Postal : VILLE : Adresse : NOM : Prénom : Code Postal : VILLE : rurale. Le projet «Les E t o i l e s » i m p l i q u e la création d’unités de vie de 1 à 10 appartements, au sein d’une même maison, dans Lézan ou d’autres villages ruraux disposant de commerces de proximité, et de moyens de transports collectifs vers les centres urbains. L’idée est d’associer une dimension modeste, la création d’espaces de vie partagés, le respect de la mixité sociale et la dimension intergénérationnelle entre habitants. Le projet tiendra également compte de la rénovation écologique du bâti, du lien avec d’autres structures, associations ou projets pour favoriser solidarité et inclusion sociale, et de la mise en relation avec une activité d’économie sociale et solidaire. L’association La Gerbe apportera son expérience de maîtrise d’ouvrage et son personnel qualifié pour l’accompagnement social des personnes bénéficiant des logements. La Gerbe a recruté Caroline Charra comme assistante au montage de ce projet et s’est associée avec un ingénieur conseil en rénovation (Jean-Luc Portalès) qui apportera son expertise dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage. Au sein du projet “Les Etoiles”, trois pistes sont actuellement en cours d’exploration plus ou moins avancée. - Réhabilitation de La Passerelle, maisonduvillagedeLézan.Unepartie est déjà utilisée pour de l’hébergement temporaire (appartement T3). Une autre partie sera rénovée et agrandie pour créer un studio. Cette maison est entourée d’un jardin où l’activité de potager est partageable. Le bien Bonjour aux nouveaux visages Voilà trois semaines que je suis volontaire en service civique à la Ferme Claris, et j’ai déjà vécu de belles expériences. Le service civique, c’est un engagement pris auprès d’une association ou d’un organisme dans le but de participer à des missions d’intérêt général. Mes occupations à la Ferme sont variées: j’apporte mon aide à l’entretien du potager, j’anime l’atelier “Mille Couleurs” avec des enfants sur des thèmes de la nature et du respect de l’environnement, et je participe aux activités de la vie quotidienne avec les résidents. Après avoir été deux ans dans le monde de l’entreprise pharmaceutique, j’ai décidé de faire cette mission de 9 mois pour découvrir un milieu plus humain et écologique. Je pense que mon passage à la Ferme Claris m’apportera une expérience enrichissante ainsi que de belles rencontres. Camille Darmony 6 décembre 2015 90
  7. Ferme Claris Gite d’accueil d’urgence & pension de famille appartenait à la paroisse q u i l ’ a remis à La Fondation du Protestantisme avec laquelle un bail est en cours de signature, ce qui devrait permettre le démarrage des travaux début 2016. - Réhabilitation d’un mas près du Vigan. La rénovation permettra la création de 8 logements (T1 à T4) et la mise en place d’un chauffage central avec chaudière à bois. Le mas est entouré de 4,8 ha de terres où un paysan pourra s’implanter, être éventuellementlogésurplace, et associer d’autres locataires à cette exploitation. La famille propriétaire actuelle souhaite remettre ce bien en bail de longue durée à La Gerbe. De nombreux échanges ont eu lieu avec la communauté de communes, qui développera les accès à la propriété tout en se réservant une ouverture vers une zone artisanale. Le bail pourrait être signé bientôt et la réhabilitation commencer fin 2016. Pour ces deux premiers projets, des subventions du ministère du logement et de la DDTM sont accordées ainsi que celles de fondations (F. Abbé Pierre et F. Féd. Bâtiment). Les Conseils Départemental et Régional sont sollicités et nous cherchons actuellement d’autres sources de financement complémentaires. - Création à Lézan d’une maison en partage en relation avec un café associatif. Il s’agirait là de 5 à 6 logements pour des personnes âgées autonomes. Le caractère semi-communautaire faciliterait la gestion de certaines tâches de la vie quotidienne, mais la présence du café inciterait aussi la co-organisation d’activités (repas, mini brocante, ateliers, épicerie sociale …) dans une dynamique d’échange et de partage de savoirs, qui s’étendra bien sûr aux habitants du village, et aux résidents actuels de la pension de famille. Au sein de ce bâtiment s’ajouterait un dortoir pour randonneurs parcourant les 2 GR qui traversent le village. Actuellement La Gerbe élabore les conditions de faisabilité économique et financière du projet, a déjà établi des partenariats et souhaite encore en développer. Au travers de ces actions seront mises en œuvre : la dimension citoyenne, solidaire et politique ; la dimension de travail en réseau ; la dimension éthique et chrétienne ; la dimension sociale et environnementale. Vous pourrez suivre, sur le site et le blog de l’association, les nouvelles de cette initiative qui se situe au croisement de deux impérieuses nécessités liées à l’évolution de notre société : la création de logements sociaux, et le développement de la solidarité locale. Dans une approche originale et multi- partenariale, l’association se propose de conjuguer ces deux défis sur un territoire rural qui correspond à un bassin de vie. Philippe Fournier «La passerelle» 7 Décembre 2015 90
  8. Intensifier l’aide 50 tonnes de marchandises envoyées Solidarité Internationale Nos partenaires : Une leçon de courage et un dynamisme contagieux J’aimerais bien mais je ne peux point... Nous vivons dans une époque folle. Nos journées sont remplies au point de nous laisser bien peu de temps, d’énergie ou d’investissement matériel pour l’autre, sur-sollicités que nous sommes. C’est une réalité, nos vie sont souvent surchargées. Depuis mes premiers mois à la Gerbe en 2008, j’ai pourtant été interpellé de nombreuses fois par une réalité assez paradoxale. Bon nombre de nos correspondants étrangers sont affectés par des maladies sérieuses qui justifient souvent une incapacité partielle ou totale au travail. Et cependant, ces mêmes personnes « invalides » dépensent au service des autres une énergie plus que surprenante. On dit parfois que le meilleur moyen de voir une tâche s’accomplir est de la confier à un ami déjà débordé... ?! J’ai constaté pour ma part que beaucoup de nos partenaires de solidarité internationale ont soit des moyens très modestes soit une santé fragile, voire très fragile. C’est le cas, en Roumanie, de nos amis de Bethel. Cristian comme Maria Mateescu ont une maladie cardiaque. Et malheureusement, leur santé ne s’arrange pas. Et pourtant, les voilà toujours en mouvement pour les autres. A Arad, nos amis de l’ADMR, Mihai et Rodica Fighir, sont tous deux atteints par une forme de myopathie, et pourtant ils passent leur vie à équiper ceux qui comme eux souffrent de mobilité réduite, alors que rien ne les y oblige. A Brasov, notre regretté ami Mihai Oprita, de la MEV, décédé en 2008, était malade du cœur au point de ne pouvoir monter quelques escaliers sans être essoufflé comme après avoir couru un sprint. Et pourtant, dans sa vie, Mihai a été plus productif pour les autres que ne le seront jamais la plupart des gens valides. Marta, son épouse, aurait pu arrêter son activité au service des plus démunis, mais la voilà qui continue jusqu’à ce jour à encourager, enseigner, donner, entreprendre, à la suite de son mari. En Ukraine, à Tcherkassy, Ludmilla, vice-présidente de l’association Enthousiaste (qui aide les personnes porteuses de handicap) a un problème osseux dégénératif. Chaque marche est pour elle une douleur. Depuis le début du conflit en Ukraine, la Gerbe a intensifié son engagement envers les victimes de la guerre. L’année 2013 n’avait vu partir que 10 tonnes de matériel vers nos correspondants de Tcherkassy. Les difficultés douanières cette année-là nous avaient empêché de faire plus. En 2014, suite au début des hostilités dans l’Est du pays, 30 tonnes de matériel ont été envoyées. En 2015, nos correspondants de l’association Charité de Vinnytsa ont eu la charge de distribuer 50 tonnes de matériel. Les deux derniers camions sont partis le 13 et le 29 octobre. Le matériel envoyé est principalement L’Ukraine en peine pour laFrance «Chers amis de la mission La Gerbe, nous vous exprimons nos sincères condoléances et compatissons pour la tragédie qui a eu lieu en France. Aujourd’hui, nous prions avec insistance pour le peuple de France et le reste du monde, pour que Dieu console les cœurs des parents et amis de ceux qui ont péri dans les attaques terroristes. Que notre Seigneur Jésus-Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné parsagrâceuneconsolationéternelle et une bonne espérance, consolent vos cœurs, et vous affermissent en toute bonne œuvre et en toute bonne parole! (La Bible, 2 Thess.2: 16.17)» Association Charité, Vinnytsa, le 16 novembre 2015 Pourtant, elle a plus de ténacité qu’un bouledogue pour faire entendre la voix des plus fragiles. Et j’en passe... Alors je me sens interpellé. Et j’en conclus, avec vous peut-être, que pouvoir aider l’autre, c’est plus une question de regard que de moyen. Et vous, quel est votre regard alors ? Ukraine Donbass à usage médical et domestique. A Vinnytsa, Sergeycoordonnelaréception,ledéchargement, le dédouanement et la distribution du matériel selon les besoins rencontrés: centres de rééducation physique, hôpitaux, écoles, familles… Une partie du matériel reste à Vinnytsa. L’autre est envoyée plus vers l’Est du pays avec, lorsque cela est possible, une partie passant la ligne de front pour soutenir les civils restés dans le Donbass. Michaël Païta 8 décembre 2015 90
  9. Stand MicroDon© Les 2 et 3 octobre, dans le cadre du collectif «Urgence Ukraine», La Gerbe a mené une campagne MicroDon© au Monoprix de Poissy. Le principe du micro-don ? La mise en place dans un supermarché, d’un système de cartes à code barre qui viennent s’ajouter, pour les clients qui souhaitent faire un don, à la liste des courses. Chaque saisie du code barre est un don de 2€, ou plus, au profit du projet mis en valeur par la collecte MicroDon© du jour. Pour La Gerbe, il s’agissait de soutenir l’envoi de semi-remorques vers l’Ukraine en réponse aux besoins suscités par le conflit faisant rage à l’est du pays. Sur deux jours, grâce aux généreux clients du Monoprix, La Gerbe a récolté 936 € au profit du soutien à l’Ukraine. MERCI à tous ces généreux donateurs, et aux bénévoles qui sont venus nous aider à tenir le stand! Collectif Urgence - Ukraine Faire le choix de rester et d’aider De m a r s 2 0 1 4 à septembre 2 0 1 5 plus de 2 millions de civils ont fui la zone de combat du Donbass, l e b a s s i n é c o n o m i q u e c o m p r e n a n t l e s régions du Donetsk et de Loughansk, pour se réfugier dans le reste de l’Ukraine ou à l’étranger. Avant cet exode, on estimait à presque 7 millions la population de cette zone meurtrie par la guerre. Ces déplacements de populations sont massifs. Néanmoins, il reste toujours sur place entre 4 et 5 millions de civils. Ce déplacement de population entraîne une recrudescence de besoins hors de la zone de guerre. Mais aussi important que soit le nombre de réfugiés, le nombre de civils restés sur place avoisine les 5 millions. Ils restent parce qu’ils n’ont nulle part où aller, parce qu’ils sont trop âgés ou affaiblis par la maladie, ou encore parce qu’ils font tout simplement le choix de rester. Indépendamment des considérations politiques, ils veulent rester chez eux et espérer que les semaines et mois à venir amèneront avec eux des améliorations. E n a t t e n d a n t , l e s besoins sont criants. Les infrastructures urbaines o n t é t é l a r g e m e n t détériorées, pas loin de 2 millions de personnes n’ont plus d’accès à l’eau courante, les prix sont trois fois plus élevés que dans le reste de l’Ukraine, et se procurer le strict minimum est un parcours du combattant. « La moindre démarche pour obtenir quoi que ce soit, chaque détail du quotidien est un problème. C’est épuisant » nous confie Sergey. Sergey, c’est un pasteur baptiste, responsable régional. Il vit à Brianka, dansleterritoiredelarépubliqueauto- proclamée de Loughansk. Il aurait pu partir, avec sa famille. D’ailleurs il a essayé. Mais il est revenu. Rester pour aider. Faire la différence pour les gens dans le besoin. Pour ceux qui parfois ne survivraient pas sans aide. Puisque des centaines de milliers de personnes n’ont plus d’accès à l’eau courante, Sergey s’est lancé avec ses paroissiens dans la construction de puits dans la cour des églises dont il a la charge. Et depuis des mois, des centaines de personnes s’y rendent chaque jour avec leurs bidons pour faire leur provision d’eau potable. Comme lui, des centaines de chrétiens, des deux côtés de la ligne de front, collectent et distribuent matériel (vêtements, literie…) et nourriture à ceux qui en ont le plus besoin. Les plus téméraires traversent régulièrement la ligne de front pour amener de l’aide depuis l’ouest vers l’est. Devant cette mobilisation importante deréseauxentiersd’églisesenUkraine, le collectif d’ONG chrétiennes ASAH a lancé la création du collectif « Urgence Ukraine » constitué de La Gerbe, ADRA France et Espoir et Vie. Les fonds récoltés par ce collectif viennent renforcer les actions déjà existantes de chacune des ONG. Au delà de l’effet direct du soutien aux victimes de la guerre, ce sont les églises engagées sur le terrain qui sont équipées, encouragées et renforcées dans leur décision de rester et d’aider pour faire la différence. Michaël Païta 9 Décembre 2015 90
  10. Autofinancement et action sociale Au service des plus démunis Marta Oprita et sa fille Hanna dirigent l’association Missiunea Est Vest, qui intervient principalement par des parrainages d’enfants de familles nombreuses (110 enfants parrainés), de l’aide sociale auprès de familles en situation de grande pauvreté, de la distribution de matériel médical à des organismes de santé (hôpital, clinique, orphelinat). La MEV finance une partie de ces projets par les bénéfices des ventes d’un magasin de matériel d’occasion et prépare l’ouverture d’un centre d’accueil et de formation situé en zone défavorisée. MEV Missiunea EstVest Bethel est une association caritative roumaine, fondée par Cristian et Maria Mateescu, qui intervient localement en appui aux personnes en situation de précarité (soutien financier, médical, matériel, repas hebdomadaires, grâce aux bénéfices de deux boutiques de vente de matériel d’occasion). L’association B e t h e l c o n t i n u e à prendre soin de familles démunies Roumanie Ploiesti Roumanie Brasov En novembre, pour 2 semaines, Marta Oprita, présidente de la Fondation Misiunea Est Vest (MEV), s’est rendue en Moldavie dans la ville de Falciteni dans le cadre d’une formation à la relation d’aide organisée par MEV. Depuis 5 ans, la fondation a mis en place cette formation diplômante avec l’intention d’équiper les pasteurs, les travailleurs sociaux ou encore les éducateurs pour les aider dans leur pratique professionnelle. La fondation Misiunea Est Vest fonctionne sur différents axes : le parrainage de familles démunies, l’entreprenariat (encouragement des familles à se prendre en main) et l’accompagnement personnel et spirituel. En premier lieu, c’est le bien-être des enfants qui est visé par ces axes divers, l’objectif étant d’aborder les difficultés potentielles des enfants (manques matériels, manque de revenus du foyer, déséquilibre possible étudiants sans ressources, comme ces 2 jeunes gens : l’un d’eux fait des études de langues (italien et russe) et l’autre d’assistant médical. Nous vous remercions, vous tous qui participez d’une manière ou d’une autre à ces projets. Merci La Gerbe pour votre attention pour nous! Ana Cirstea et leur offrir des colis alimentaires deux fois par mois. Les familles viennent au hangar de Béthel chercher la nourriture. Ces aliments sont achetés en supermarché et les bénéficiaires sont très reconnaissants de cette bénédiction. Une autre des activités de Béthel consiste à relooker le matériel reçu de la Gerbe, commencé il y a 2 mois. Nous sommes très contents du résultat pour l’instant. Nous avions besoin de deux personnes et d’un nouvel entrepôt temporaire où ces employés puissent faire leur travail, car l’actuel n’était pas assez grand pour cela. Nous allons pouvoir vendre ces meubles à un bon prix, pour assurer les dépenses de l’association. Cela sert par exemple à soutenir des du lien familial) et d’y répondre concrètement. Cette formation vient donc compléter avantageusement l’arsenal de réponses que propose MEV au problème de la misère des familles, et par rebond, des enfants. Michael Paita 10 décembre 2015 90
  11. Village de l’Espérance Des nouvelles des enfants et de leurs parents 2010-2011-2012-2013-2014-2015… Maroc Ain Leuh «Nous ne sommes pas orphelins !» En m a r s 2 0 1 0 , a p r è s 1 0 ans de travail s a n s h e u r t s , les travailleurs étrangers du home d’enfants «Village de l’Espérance» (VoH) à Ain Leuh se faisaient expulser sommairement du pays par les autorités marocaines. Les 33 enfants accueillis se sont retrouvés alors brusquement sans leurs familles d’accueil, subissant ainsi le deuxième abandon de leur vie. En effet, le gouvernement marocain a procédé en 2010 à de multiples expulsions de ressortissants étrangers ne correspondant pas à l’image de l’islam marocain, voulant probablement prendre les devants face aux pressions de l’islamisme radical,. Ces agissements avaient déjà eu lieu aussi contre les musulmans chiites, par exemple, en 2009. Plus de cinq ans ont passé. Les enfants ont connu des jours difficiles, séparés des seuls parents qu’ils aient connus. Au Village de l’Espérance, les conditions n’étaient plus les mêmes. Manque de vêtements chauds, de nourriture, gestion critiquable de l’institution… avec des protestations continuelles de la part de l’ancien personnel du Village de l’Espérance, qui n’avait plus les mêmes conditions de travail, ni les mêmes paiements de salaire réguliers, ni les assurances pour la santé ou les pensions. Ces travailleurs fidèles ont lutté simultanément pour les droits des enfants et les leurs, mais n’ont jamais eu gain de cause. Tout cela a causé un climat défavorable et instable pour les enfants. A un moment donné, la directrice a voulu les disperser… heureusement un autre orphelinat situé à Meknes est intervenu et a offert de prendre soin de 25 d’entre eux. Cette offre a été acceptée temporairement. Dans cet orphelinat, leur équilibre, leur sécurité, leur éducation et leurs besoins basiques sont assurés. Les 6 autres enfants - les plus petits - ont été placés dans une autre maison d’accueil à Azrou. Un jeune homme a trouvé une place dans une famille de la même ville. Face à cela, les anciens «parents» n’ont jamais cessé de se battre pour obtenir un meilleur quotidien pour les enfants, et bien-sûr, pour être réunis à nouveau. Malheureusement, il semble que les retrouvailles ne pourront pas se faire avant que les enfants atteignent leur majorité. Les parents se sont efforcés de garder un contact, aussi limité soit-il. Et finalement, de manière exceptionnelle, au début de l’année 2015, quelques-unes des mères ont été autorisées sur le site du nouvel orphelinat. Ces retrouvailles, bien que temporaires et ponctuelles, ont donné lieu à bien des joies. Il est encourageant de noter que les enfants du Village de l’ Espérance ne l’ont pas perdue, eux, l’espérance. Ils sont pensionnaires d’un orphelinat, oui, mais refusent d’être appelés orphelins. Ils ont connu ce qu’est la vie de famille et ils ont des parents qui les attendent quelque part. Ces parents, nous les connaissons bien. Ils continuent de faire le maximum, dans le cadre de ce que la loi leur autorise, pour montrer à ces enfants qu’ils les retrouveront un jour et pour garantir leur bien-être. En leur absence, ils constituent un fonds qui leur permettra de construire l’avenir des enfants et leurs études éventuelles. Pour plus d’ informations, veuillez nous contacter, pour que nous puissions vous mettre en contact avec les organisateurs et les administrateurs de ce fonds. Et n’oubliez pas s’il vous plaît de prier pour ces enfants et les parents séparés. Michaël Païta 11 Décembre 2015 90
  12. L’association Coeur de Compassion aide les femmes victimes de violences sexuelles à retrouver santé et situation sociale par une aide médicale et des activités génératrices de revenu. Elle est basée à Tshudi Loto, dans le Kasaï Oriental. Passage de Tony en France Venez à sa rencontre Pour la s e c o n d e a n n é e consécutive, T o n y Elonge, notre correspondant du Congo, est invité au CNGOF, le projet d’hôpital Otema à Lodja, qui mettra l’accent sur la prise en charge de la santé materno-infantile. Par ailleurs il sera également intervenant sur le congrès organisé par ASAH à Lyon en février 2016. congrès national des gynécologues et obstétriciens français, où il va se rendre début décembre. Son passage sera l’occasion d’aller saluer les différentes personnes qui ont soutenu l’envoi du conteneur envoyé par La Gerbe à l’été 2014. Il permettra aussi de travailler sur la suite de ses projets pour la province du Kasaï Oriental, notamment le Être, Dire et Faire : Les enjeux de la Mission Intégrale pour églises et oeuvres chrétiennes Du 12 au 13 février 2016 à Sainte-Foy-lès-Lyon (69) deux jours de réflexions, de questionnements, de témoignages, et d’échanges pour se faire un avis sur ce sujet et découvrir quelques clés pour réconcilier l’être, le dire et le faire. Inscriptions directement sur le site du forum : http://www.missionintegrale.org Vallée de la Grâce Walter de passage à Ecquevilly L’association Réconciliation à Zenica, gère un centre d’accueil pour les enfants des rues ainsi qu’une ferme sociale pour les jeunes adultes isolés, la Vallée de la Grâce. Rome Vienne Prague Bratislava Budapest Kisinöv Kiev Varsovie Vilnius Minsk Copenhague Berlin Sarajevo Tirana Skopje Athènes Belgrade Sofia Bucarest Ankara Nicosie Ammam Damas Beyrouth Jerusalem Le Caire i Bagdad Tbilissi Erevan Bakou Zagreb Ljubljana ein Slovénie Bosnie MACEDOINE AGNE MALTE LYBIE AUTRICHE ROUMANIE MOLDAVIE GRECE BULGARIE UKRAINE POLOGNE LITUANIE HONGRIE YOUGOSLAVIE CROATIE ALBANIE SLOVAQUIE REP. TCHEQUE BIELORUSSIE TURQUIE IRAK IRAN AZERBAÏDJANGEORGIE ARMENIE JORDANIE EGYPTE CHYPRE LIBAN ISRAEL KAZAKHSTAN Russie SYRIE ARABIE SAOUDITE Je voudrais d’abord vous remercier pour votre hospitalité et votre générosité envers nous et notre travail en Bosnie ; merci d’avoir pris du temps pour nous écouter et partager vos opinions et vos soucis. Vous êtes dans nos prières aussi. Daniel a été très touché et heureux d’avoir pu connaître La Gerbe et son travail avec les étrangers. • donner une gratification mensuelle à 10 volontaires entre 75 à 130 euros par mois • distribuer environ 10 colis alimentaires à des familles et des enfants qui viennent au centre de jour • acheter des terrains • payer des loyers dans deux bâtiments • venir en aide à de nombreuses personnes en détresse et 4 jeunes en prison . et plus encore… Walter Goncalves Bosnie Zenica RDC Tshudi Les dons que nous recevons mensuellement pour mon soutien personnel et pour le travail en Bosnie nous permettent de : • préparer et offrir chaque jour environ 70 repas chauds • accueillir environ 40 enfants pauvres dans le centre de jour • héberger 13 jeunes entre 17 à 38 ans qui habitent en permanence à la Vallée de la Grâce • employer à temps plein 6 personnes avec un salaire entre 200 à 300 euros par mois 12 décembre 2015 90
  13. Depuis 2006, l’association La Gerbe porte un chantier d’insertion permanent. Le travail réalisé par celui-ci vient soutenir les projets d’aide humanitaire, cœur historique de l’association. Le dispositif Chantier d’Insertion vise à permettre à une personne sans emploi de renouer avec le monde du travail. Un accompagnement individualisé social et professionnel est associé à la reprise d’activité. Chantier d’insertion De la nécessité des cours de français sur un chantier insertion En l i s a n t l e s premières lignes de ces SMS, je me pose plusieurs questions, vous vous en doutez ! De quoi, de qui ce salarié du chantier insertion veut-il parler ??? Nous avions bien connu une Penda il y a quelques années, mais Billel ne l’a pas croisée! Elle était là pour une période très courte… Je me creuse la cervelle…Jeneconnaispasuneseule autre « Belle Penda ». Je reprends mes recherches d’explications à ce message qui, à première vue, n’a ni queue ni tête. C’est vrai que le langage SMS est particulier mais là … c’est un record... J’essaie quelques hypothèses… Non, ce n’est pas une suite de lettres qui auraient pu s’inscrire au hasard au fond d’une poche. Celam’étaitarrivéàplusieursreprises et j’avais dû me confondre en excuses auprès de mes contacts. Là, on sent bien qu’il y a une logique. Et puis les messages s’enchaînent… non il Billel Bonjour Sylvie c’est moi un et bin oui j’ai visité la Géale Madame C il parle avec moi interdit vous êtes a l’âge il y a quelques problemes France Ecquevilly Billel De Massy bosser belle Penda rendez-vous avec toi pour continuer la papilles merci Moi J’ai du mal à comprendre, Billel. Vous voulez prendre 1 RDV? Pour vos papiers ? Billel C’est beau cible doma là Gerb Billel Pour continuer ma papier Oui c’est normal, vous êtes en vacances donc vous ne venez pas travailler mais si vous avez besioin d’aide pour vos papiers, on peut prendre 1 RDV. Demain 9h : est ce que c’est possible ? Billel Demain 9h cebu Billel Ce beau O u f , j ’ a i une piste… Je me sens soulagée ! L’usage de la langue française écrite est une vraie bataille pour Billel. Si on le comprend assez bien à l’oral, je constate que l’écrit sera encore une source d’incompréhension avec un futur employeur. Il faut le dire : le SMS est pourtant un bon moyen de communication entre un salarié et son entreprise. C’est d’ailleurs souvent pour des problématiques d’usage de la langue française que les personnes de langue étrangère ne sont pas recrutées. N’importe quel travail nécessite de pouvoirlireetcomprendredesconsignes écrites, et inversement de transmettre des informations de la même manière. En cours de français, avec Anne, les salariés du chantier insertion travaillent faut chercher une autre explication. Machinalement, je relie le message à haute voix et … les choses s’éclairent. Je l’entends !!! S’il avait voulu dire, par exemple, « Bonjour, c’est moi.» Je saute « un et bin » parce que je ne vois pas quel lien cela peut avoir avec le reste « J’ai visité la Gerbe». Son téléphone, en complétant automatiquement, lui a décidément joué de vilains tours ! Je commence à comprendre que visiblement, on lui a dit qu’il ne devait pas venir à la Gerbe. Mais qu’il a un problème…: « Demain si possible » et la suite devrait signifier « prendre un RDV avec toi pour continuer les papiers » C’est vrai, phonétiquement, je reconnais bien la façon de parler de Billel. 13 Décembre 2015 90
  14. Chantier d’insertion Associer salariés et bénévoles dans une dynamique commune France Ecquevilly Parce que la structure ne pourrait pas fonctionner sans eux : témoignages de bénévoles Je m’appelle Marie-Laure, s u r n o m m é e Maya depuis toujours. Je suis arrivée à La Gerbe début 2015, alors que je venais d e p re n d re ma retraite. Infirmière-puéricultrice de formation, j’ai toujours été aux côtés des familles, au Brésil (dans la favella de la Rocinha à Rio de Janeiro) et en France (hôpital, puis différents quartiers de Poissy (Beauregard et la Coudraie), Chanteloup et autres villes alentours. Lorsque j’ai trouvé dans ma boîte aux lettres un flyer expliquant de ne plus stocker les livres mais de les apporter à la Ressourcerie, car ils pouvaient générer de l’emploi et financer des projets humanitaires, j’ai de suite adhéré à la démarche. Elle donnait en effet une continuité à mes options professionnelles et une cohérence par rapport à mes convictions personnelles de choix de vie. J’ai donc rencontré Angélika qui m’a tellement bien accueillie ! Max et le pays en chantier JeanDanielBaumann J ’ a i d e p o u r l e m o m e n t essentiellement au tri vêtement, et je donne régulièrement un coup de main à une salariée en insertion pour la lecture et le calcul. J’aime l’ambiance conviviale, aux multiples visages, couleurs, convictions que je rencontre à La Gerbe. J’aime cet effort collectif pour faire face aux douleurs du monde et chercher ensemble des possibilités d’entraide à la fois morales, psychologiques et pratiques. Maya Retraitée de 64 ans et bénévole depuis début octobre 2015, je suis arrivée à La Gerbe grâce à une autre bénévole et parce que j’avais envie de donner de mon temps pour les autres. C’est la première fois que je fais du bénévolat et j’en suis fière. Cela m’apporte beaucoup : réconfort, chaleur humaine, ... et ça me fait vraiment du bien. J’ai trouvé à La Gerbe des personnes de tous horizons, toutes aussi accueillantes l e s u n e s q u e les autres. Un sourire, une parole aimable, que de belles choses. Je suis ravie de pouvoir apporter ma contribution à une association telle que La Gerbe. Martine s u r d e s tranches de vie pratique. C e s c o u r s sont pour nous un outil très précieux : - je dois me rendre à Paris, je prends les transports e n c o m m u n s , j e demande mon chemin - je dois prendre un RDV avec un médecin, je vais négocier pour obtenir un horaire compatible avec mes contraintes - j’ai un litige sur une facture... Ils acquièrent ainsi du vocabulaire écrit et oral. Ils jouent des saynètes qui les mettent en situation. Ainsi ils sont tour à tour les différentes parties : le demandeur et l’informateur. On les entend souvent rire. Ils se prêtent très bien au jeu. Petit à petit, ils acquièrent des réflexes qui leur permettent de se débrouiller en toute situation. Ils sortent de leur silence et osent s’exprimer. Même si au départ certains sont réticents, au final la motivation est très importante dans ce groupe parce que cela leur facilite la vie au quotidien. Bravo à eux pour leurs efforts et merci à nos bénévoles pour les heures de soutiens personnalisés en français ! Sylvie Cuendet 14 décembre 2015 90
  15. Commerce équitable Une belle collaboration ! Crise migrants & réfugiés Capitaliser, mutualiser la richesse des initiatves existantes La Gerbe s’est investie dans le cadre d’ASAH et du Salon Des Solidarités pour la mise en place d’un salon connecté afin d’informer et de structurer la multitude d’initiatives mises en place en France et en Europe face à la crise des réfugiés actuelle. Ce salon sur internet est composé d’un premier espace de stands connectés qui permettront de présenter un certain nombres d’acteurs engagés sur cette problématique qui apportent des réponses dans des domaines spécifiques. Un espace de conférences interactives sera animé régulièrement pour présenter des actions pour l’accueil des réfugiés et permettre ainsi la mutualisation, la duplication et le partage d’expériences liés principalement à l’accueil et l’intégration réussie. http://refugies.salon-virtuel-3d.com Proposer des initiatives : refugies@salondessolidarites.org France Lognes Parmi l e s 1 9 0 exposants du Centre Evangelique de Lognes, il y en avait un à ne pas manquer : celui des produits de commerce équitable d’Artisanat SEL ! Le commerce équitable, késako ? C’est la certitude que le petit producteur, dans les pays en développement, est payé au prix juste et dans les délais pour son travail d’artisan : par conséquent, il est en mesure d’en vivre et de faire vivre sa famille dignement. Depuis 20 ans, le commerce équitable se bat pour plus de justice dans le commerce international et s’engage dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Alors oui, si tout le commerce mondial était «équitable», il n’y aurait certainement plus besoin d’autant d’aide humanitaire dans ce monde... Avec une telle éthique, La Gerbe soutient et promeut le commerce équitable, à sa petite mesure: dans sa ressourcerie, elle propose à la vente plusieurs rayons de commerce équitable et fournit divers associations en dépôt-vente. Le stand à Lognes était une nouvelle occasion de collaborer avec Artisanat Sel, d’associer les équipes des 2 structures pour la tenue du stand, d’échanger sur les perspectives, les projets, les produits... C’est aussi une joie de voir la joie des clients devant ces produits remarquables, une joie de rencontrer beaucoup de personnes connues et appréciant ces produits, bref, un stand très agréable à tenir! Encore MERCI à tous les bénévoles venus seconder Jérôme dans cette tâche! «J’ai passé deux magnifiques journées, très agréables, fatigantes certes, mais on oublie. Deux journées où je n’ai vu que des sourires, des yeux pétillants, il y avait vraiment comme un souffle parmi tous ces gens, certainement parce que tous étaient animés par l’amour. En prenant le temps de faire le tour des stands, j’ai découvert plein de beaux projets qui donnent envie de s’engager partout! J’ai vu aussi des personnes d’âge très divers, il y a un vrai courant qui passe entre les générations, beaucoup de chaleur, et ça fait beaucoup de bien. J’ai été étonnée par le grand nombre d’exposants et leur belle diversité de services : comme quoi, quand on a parfois l’impression dans la vie de se battre tout seul : ce n’est pas vrai!» Barbara France Europe 15 Décembre 2015 90
  16. Livres Deux titres à découvrir 50 solutions de financement pour mon association Edité par ASAH. Commande possible en ligne sur : www.FinancerMonAssociation.org Prix : 11.99€ 50 solutions de financement pour mon association Edité par ASAH. Commande possible en ligne sur : www.FinancerMonAssociation.org Prix : 11.99€ «Mémoire d’orphelin» e s t u n témoignage. I l r a c o n t e l ’ h i s t o i r e d’Alina placée dès l’âge de 4 ans danslesorphelinats roumains et son parcours de vie au sein de ceux-ci. A cette évocation, vous vous remémorerez probablement des articles, des témoignages de bénévoles, des photos de ces enfants malnutris, sales, apeurés et livrés à eux-mêmes, publiés à la chute du régime de Ceausescu en 1989. Maisau-delàdecesimageschoquantes, vous repenserez également à toutes les actions humanitaires qui ont été menées depuis, que vous avez suivies ou auxquelles vous avez peut-être participé sur le terrain. Le parcours d’Alina nous montre les fruits de cette aide humanitaire venue au secours de ces enfants. Il nous chuchote qu’il existe un revers à l’enfer : la bonté des mains tendues, la chaleur des sourires et des regards offerts, les rencontres qui guérissent et sauvent, parfois, des vies. Si vous l’écoutez attentivement, il vous montrera les lueurs qui conduisent un enfant en souffrance sur « les chemins de l’espérance » (B. Cyrulnik). Je n’ai pas connu la Roumanie durant la période communiste. Néanmoins, j’ai côtoyé les orphelins du régime entre 2005 et 2010, dans le cadre de missions humanitaires menées à Varadia puis à Pecica. Ils avaient alors, comme m o i , u n e v i n g t a i n e d’années. Le passé avait laissé des séquelles profondes chez certains, et quitter une institution ne leur était pas possible. Si vous me demandez quels souvenirs j’en garde, je répondrai immédiatement la générosité et l’humilité devant leur force de vie. Ils avaient la capacité d’accepter l’autre tel qu’il est, sans poser de question, et de le laisser libre de rester, de partir, de revenir. Ils avaient soif d’une relation sincère qui ne les juge pas mais les considère avec respect. Je me suis toujours demandé comment certains réussissaient à pardonner et d’autres à dépasser les blessures anciennes pour avancer. J’ai vu des jeunes mourir de ce passé et d’autres se marier et avoir des enfants. Ils m’ont tous donné une leçon de vie. Ce livre est né de la conviction que les mots sont un vecteur puissant de transmission et de mémoire. Ils sont indispensables pour reconnaître les traumatismes, promouvoir les actions de solidarité, ouvrir des voies de résilience et rendre hommage aux enfants dont les droits fondamentaux ont été ou sont encore bafoués dans plusieurs pays du monde. Et si, en cette fin d’année, je devais faire un vœu pour les années à venir, ce pourrait être de ne plus jamais entendre l’expression: «mais qui a envie de se souvenir de ça !». Ça, ça aurait pu être chacun d’entre nous si nous étions nés ici ou ailleurs. Sabine Sautel «Mémoire d’Orphelin», publié par les Editions «Le Faucon d’Or», est en vente au prix public de 18 E Contact direct avec l’auteur : mail à : memoiredorphelin@gmail.com Vous pouvez laisser un message sur la page Facebook du livre en tapant : “mémoire d’orphelin”. 16 décembre 2015 90 Décembre 2015 90
Anzeige