Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

L'avenir de la Foodtech en 2019 en France - Google Numériques

1.820 Aufrufe

Veröffentlicht am

Présentation de Foodtech.Space aux Ateliers numériques de Google (Rennes, février 2019)

Veröffentlicht in: Lebensmittel
  • Als Erste(r) kommentieren

  • Gehören Sie zu den Ersten, denen das gefällt!

L'avenir de la Foodtech en 2019 en France - Google Numériques

  1. 1. Quel avenir en 2019 ? État des lieux et perspectives pour les foodtechs en France
  2. 2. La démographie française 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 2065 Populationfrançaise(estimée) Années Population > 70M à partir de 2035/2037 �Croissance de la population   Suffisance alimentaire ;  Concentration urbaine ;  Rétrécissement du foncier agricole ;  Encadrement du développement des zones commerciales.
  3. 3. Vous avez dit « foodtech » ? Définir l’environnement des startup de l’alimentation et de la production agricole
  4. 4. Les caractéristiques générales � L’intérêt en matière d’innovation numérique :  La souplesse intrinsèque des startup ;  La pluralité des profils de startupers (ingénieurs, sciences humaines, jeunes diplômés ou collaborateurs expérimentés, …) ;  L’affranchissement des codes et des cadres des startupers quelque soit leur génération. � Les foodtechs sont :  Un vivier croissant avec des réussites avérées telles qu’Agriconomie, Phénix ou Éléphant Vert ;  Un écosystème qui allie startups de financement, d’innovation-produit et de développement–métier ;  … aussi (parfois) des grandes entreprises telles que les GAFAM ou les transnationales alimentaires comme Danone & Carrefour.
  5. 5. Syncrétisme économique et novateur � La foodtech constitue l’ensemble des startup qui allient innovation numérique et alimentation ; � Ces startup sont souvent à la croisée des chemins entre :  L’agtech : numérisation de l’agriculture ;  La greentech : innovations environnementales ;  La fintech : révolution(s) financière(s).
  6. 6. 🔍 /// Quelques illustrations . . . À la croisée entre agtech et fintech � Des plateformes :  … dédiées aux projets agricoles et alimentaires ;  … de financement participatif (ou « crowdfunding ») ;  … qui promeuvent un nouveau modèle agricole Une foodtech acteur de la greentech � Une startup de la distribution des produits de la mer :  Qui soutient un modèle alimentaire saisonnier ;  Qui soutient un modèle de circuit court de production ;  Qui permet de briser la frontière des km pour consommer des produits vraiment « frais ».
  7. 7. En résumé /// Un écosystème innovant et ouvert � Des startup fondées pour numériser le secteur de la production et de la distribution alimentaire ; � Des startup qui empruntent à d’autres secteurs novateurs et disruptifs ; � Des startup qui sont – plus qu’un « secteur » proprement dit : une symbiose d’innovations numériques de l’alimentation.
  8. 8. Analyse d’opportunités Caractériser le marché et la société français
  9. 9. Les forces de la French Foodtech … � Toutes les étapes de « la fourche à la fourchette » :  Assistance dans la production agricole, aide à la reconversion, … ;  Foodscience et innovation dans la transformation des produits ;  Développement d’offres variées/complémentaires des modes de distribution finale au consommateur. � Tous les besoins B2B :  Une offre de financement dédiée ;  Des services d’intermédiation pour faciliter le développement des startup et des entreprises utilisatrices (exploitation agricole, grande distribution, …) � Une réponse aux attentes des citoyens :  Le retour de « l’humain » à chaque étape, du producteur au consommateur final ;  Des outils responsives et des environnements numériques intuitifs ;  Une meilleure transparence sur l’origine des produits : empreinte carbone, composition alimentaire, identification des substances controversées, etc.
  10. 10. … pour répondre aux grands enjeux sociétaux Remettre l’humain au cœur de l’alimentation, pour qu’elle soit : � Plus saine :  La foodscience et la R&D en matière d’aliments et de nutrition personnalisée  trouver l’équilibre entre saveur, plaisir et apports nutritionnels optimaux ; � Plus sure :  Innovations pour appliquer à l’alimentation les nouvelles pratiques et les nouveaux outils  renouer avec la confiance du consommateur ; � Plus durable :  Repenser ler modèle de consommation avec l’agtech et de le delivery-retail  réduire le gaspillage alimentaire & optimiser les modes de production ; � Plus accessible :  L’ESS & le nouvel équilibre duvbudget d’un ménage  permettre aux dépenses « accessoires » de servir la consommation de « première nécessité ».
  11. 11. 🔍 /// Quelques illustrations . . . � x Foodscience :   Innover en matière de produits alimentaires  Extrait sur Foodtech.Space :  « De plus en plus controversée, notre consommation de viande a fait couler beaucoup d’encre en 2018. Entre le fait que l’on en mange trop, son impact sur la santé et les conséquences sur l’environnement, les végétariens ne sont pas en manque d’arguments pour nous convaincre. Le problème qui survient, c’est que beaucoup de personnes ne sont pas prêtent à faire une croix sur de nombreux plats à base de viande ! »
  12. 12. Les points de vigilance à retenir � La foodtech est encore un secteur mal connu de la French Tech :  Les investissements de la greentech sont surtout orientés vers la transition énergétique et assez peu vers le changement de modèle alimentaire  En 2017, 11 % des investissements de la French Tech étaient destinés aux foodtechs (LSA, 2017) � Une influence dominante (et controversée ?) du delivery et du retail :  Les offres de livraison développées par les startup sont le premier secteur de la Foodtech mais…  …ces offres sont remises en cause : rentabilité liée à la pression concurrentielle, respect du droit social, scandales liés � La concurrence des géants dont l’innovation n’est pas contrainte par les levées de fonds :  Numérique : les GAFAM développent des programmes d’intraprenariat en interne pour développer des startup filiales directement au bénéfice de leur offre propre ;  Agroalimentaire : tels que Danone, Carrefour, McDonald’s… � L’ère de la numérisation pose de nombreux problèmes environnementaux :  Exploitation des ressources rares et dont l’extraction est (très) polluante ;  Le coût énergétique des infrastructures numériques (consommation + émissions de chaleur).
  13. 13. En résumé /// La foodtech un avenir désormais assuré � Les foodtechs sont aujourd’hui clairement identifiés dans l’environnement économique et agroalimentaire (presse, industries, pouvoirs publics) � Des sources de financements structurées, identifiées et croissantes � Des startup qui couvrent l’ensemble du spectre de la transformation des modes de production et d’alimentation Toutefois, un écosystème qui développe des limites fortes : � Les startup sont inégalement réparties et financées entre les différentes étapes de la foodchain � Les industries historiques repensent leur modèle d’innovation et de R&D pour y intégrer de la souplesse � La faible optimisation des impacts environnementaux de la numérisation
  14. 14. Focus sur… La blockchain et l’alimentation Le rôle-clef des foodtechs
  15. 15. Blockchain : quèsaco ? Contexte : Nouvelle technologie connue essentiellement dans le secteur financier (avec les crypto- monnaies), la blockchain constitue également un enjeu essentiel de la transformation de l’industrie (agro)alimentaire. Histoire :  1991 : Création aux États-Unis et application aux actes notariés ;  2009 : Popularisation avec le lancement du Bitcoin ;  2017 : La France se dote d’un cadre réglementaire pour la blockchain financière. • Illustration proposée par Carrefour lors du SIA 2018 • Act For Food n° 9 : « La blockchain alimentaire »
  16. 16. Perspectives 2019 • Une action publique qui se structure • L’émergence de futurs champions français
  17. 17. Les incentives publiques en France � Le Club Prosper :  100M € dédiés à l’agtech/la foodtech d’ici à 2022 ;  Un partenariat public-privé associant l’État, le Groupe SOS et plusieurs fintech orientées vers le financement de l’alimentation et de la production agricole. �Des projets publics :  Sur l’économie circulaire :  Lutter contre le gaspillage notamment alimentaire & poursuivre la transformation réglementaire du cadre des modes de production agricole ;  Sur les nouvelles mobilités :  Repenser le dernier kilomètre de livraison, combler les vides juridiques notamment en droit social & informer le consommateur sur les impacts des nouveaux modèles de delivery. � Des actions initiées par les régions et les villes :  L’Occitanie avec « OccitANum » ;  La métropole lyonnaise avec « La Commune » ou encore « Foodshaker » ;  Dijon / Bourgogne-Franche-Comté, acteurs clef de « La Foodtech ».
  18. 18. L’Union européenne, moteur mondial ? �L’Union européenne : un train d’avance …  Le projet Life Ask REACH afin de vulgariser les études sanitaires avec la footech ;  Développer une application grand public pour informer le consommateur sur la présence des substances controversées. � … ou un retard à combler ?  Des projets normatifs qui ne permettent pas encore de bien inclure les startup dans un cadre juridique adapté ;  C’est notamment le cas des fintechs qui sont demandeuses d’un environnement plus adapté – au service de leurs users.
  19. 19. Quel millésime 2019 des foodtechs ? Agriculture Nutrition Delivery / retail …et la lutte des titans � Quoi ?  Identifier les maladies sur les cultures végétales. � Pourquoi ?  Depuis septembre 2018, les néonicotinoïdes sont interdits sur le marché français…  … et aucun biointrant substitutif n’existe. � Quoi ?  Conseil nutritionnel et de cuisine. � Pourquoi ?  Allergies, intolérances alimentaires, maladies chroniques… les régimes alimentaires sont de plus en plus individualisés et liés à des questions de santé � Quoi ?  Valorisation B2B et B2C des invendus alimentaires (et pas que) � Pourquoi ?  La lutte contre le gaspillage alimentaire (et des produits) est une cause partagée par tous  Un business dynamique  La remise en cause des acteurs ordinaires
  20. 20. Merci 💚 .com/foodtech.space @mathieudelaune x @michelgermond

×