Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

Rapport d’activité 2017 de La Fabrique de l'industrie

379 Aufrufe

Veröffentlicht am

Rapport d’activité 2017 de La Fabrique de l'industrie

Veröffentlicht in: Wirtschaft & Finanzen
  • Als Erste(r) kommentieren

  • Gehören Sie zu den Ersten, denen das gefällt!

Rapport d’activité 2017 de La Fabrique de l'industrie

  1. 1. 2017 Rapport d’activité
  2. 2. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 Sommaire Qui sommes-nous ? 3 L’année 2017 en bref 5 Notes et ouvrages parus en 2017 7 Nos synthèses 11 Valorisation et retombées des publications 14 Conférences et débats 17 Nos ateliers et conférences avec les publics scolaires 19 Présence web et réseaux sociaux 20 Ressources et budget 21 Principaux projets en cours au 1er janvier 2018 22 Équipe et gouvernance 24
  3. 3. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 3 Qui sommes-nous ? Missions Créée par l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), le Cercle de l’industrie et le Groupe des fédérations industrielles, La Fabrique de l’industrie est un laboratoire d’idées qui vise à ce que la réflexion et le débat public sur les enjeux industriels gagnent en ampleur et en qualité. En plus de ses trois membres fondateurs, elle est également soutenue aujourd’hui par le Groupement des industries mécaniques de la région parisienne (GIM) et le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS). Depuis janvier 2018, le Cercle de l’industrie et le GFI se sont rapprochés pour former ensemble France industrie. Lieu de réflexion et de débats, La Fabrique travaille de façon approfondie et pluridisciplinaire sur l’industrie, sur ce que recouvre la production industrielle, sur la valeur ajoutée qu’elle engendre, sur ses perspectives d’avenir. Elle s’intéresse également à la façon dont l’industrie se développe dans le monde, aux stratégies et politiques industrielles mises en œuvre par les pays industrialisés et émergents, aux défis et opportunités que présente la mondialisation de l’économie. La Fabrique de l’industrie a pour vocation d’être centre de ressources pour toutes les parties prenantes aux débats sur l’industrie. Elle rassemble l’information, produit des synthèses critiques et organisées pour rendre lisible la diversité des points de vue. Elle crée de nouveaux espaces de dialogue. D’une façon générale, La Fabrique de l’industrie a pour missions : - de sensibiliser aux enjeux de l’industrie les décideurs politiques, économiques et sociaux, les relais d’opinion, les jeunes scolaires et étudiants et, plus largement, l’ensemble de la société civile ; - d’aider à la construction de visions, de perspectives et d’une ambition pour l’industrie française à moyen et long terme, dans un cadre européen et mondial ; - de susciter la confrontation de points de vue et d’analyses en lien avec l’industrie entre experts, acteurs et observateurs ; - de donner des éléments de réflexion pour l’élaboration de politiques publiques favorables à l’industrie ; - de participer au développement d’analyses innovantes sur l’industrie et de faciliter l’évolution vers des modes de production plus consensuels et durables.
  4. 4. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 4 Valeurs Indépendance : les travaux de La Fabrique et les résultats qu’elle communique sont marqués par une ferme volonté de qualité et d’indépendance vis-à-vis de toute influence extérieure. La Fabrique fixe son programme de travail dans une optique durable et prospective. Elle poursuit une mission d’intérêt général – concourir au développement de l’industrie – au service d’une conviction : il ne peut y avoir d’économie forte sans industrie forte. Objectivité : La Fabrique privilégie les analyses scientifiques issues de faits et de données recueillis sur le terrain, ainsi que la confrontation des points de vue aidant à appréhender des réalités complexes et nuancées. La construction d’argumentaires d’influence n’est pas de son ressort. Ouverture : La Fabrique est un lieu de débat. Elle accueille et favorise la diversité et la contradiction, dès lors que celles-ci s’expriment dans le respect des différents points de vue. La Fabrique collabore, en outre, en transparence, avec l’ensemble des institutions et organismes qui peuvent concourir à la réalisation de ses missions. Tous les résultats de ses travaux sont accessibles librement, dès lors qu’ils ont été reconnus comme solides et crédibles par les personnalités indépendantes qui siègent à son conseil d’orientation.
  5. 5. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 5 L’année 2017 en bref En 2017, les administrateurs de La Fabrique ont demandé à l’équipe permanente de maintenir l’effort de publication et de visibilité au niveau de 2016, en conservant des comptes à l’équilibre (la montée en régime de 2016 s’était faite moyennant une autorisation exceptionnelle de déficit). La Fabrique a poursuivi sa réflexion sur les grandes mutations en cours, à savoir principalement le basculement progressif vers « l’industrie du futur » et l’évolution de la concurrence mondiale. Ces deux dynamiques pèsent sur les perspectives des entreprises industrielles, leur ouvrent des enjeux et des marchés en même temps qu’elles les confrontent à des exigences fortes d’agilité et d’innovation. Ces deux forces, qui transforment l’industrie jour après jour, ont également en commun de soulever de nombreuses questions sur l’évolution de l’emploi et sur celle de l’organisation du travail. Il faut lire la production 2017 de La Fabrique comme le fruit d’un effort collectif pour mieux comprendre et de mieux décrire ces transformations en cours. Une production éditoriale riche, portrait d’une industrie en mutation Nous avons publié quatre notes cette année, portant respectivement sur la résilience des ETI et des PME de croissance, sur la dualité entre les conditions objectives de travail et le ressenti subjectif des individus, sur l’industrie du futur en tant que vecteur d’amélioration des conditions de travail en France et en Allemagne et sur le rôle des investissements étrangers dans la relance industrielle britannique. Deux Docs ont également été publiés, l’un portant une réflexion sur les évolutions possibles du salariat et l’autre sur la révolution technologique du véhicule autonome. Nous avons aussi aidé à la publication et à la diffusion d’un ouvrage proposant une lecture de l’histoire de la formation professionnelle en France et des pistes d’amélioration de cette institution. Six synthèses ont été diffusées dans l’année, résumant ou complétant les analyses de nos notes : l’avenir de l’industrie américaine, les grandes familles de travailleurs français selon leur perception de leurs conditions de travail, les différents « récits » permettant de replacer l’industrie du futur au service du progrès social en France et en Allemagne, les effets du numérique sur l’emploi, les raisons de la faible efficacité de l’investissement industriel en France et le devenir des salariés qui perdent leur emploi après un choc économique.
  6. 6. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 6 Stabilisation des sollicitations d’expertise et des retombées médias En 2017, l’exposition médiatique de La Fabrique s’est maintenue quantitativement, tout en bénéficiant d’une amélioration qualitative. Le nombre de retombées dans la presse généraliste a augmenté de plus de 13 % (Le Monde, Le Figaro, La Croix, 20minutes.fr, etc.), sur fond de stabilité du nombre total de retombées presse. Concernant l’audiovisuel, le nombre d’interventions est demeuré stable et, là encore, les médias dans lesquels sont intervenus les experts de La Fabrique sont plus connus du grand public : JT de France 2, France Culture, France Inter, Sud radio, etc.
  7. 7. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 7 Notes et ouvrages parus en 2017 Rebondir et se réinventer : la résilience des ETI industrielles Résumé Cette étude, construite à partir de témoignages de dirigeants de PME et d’ETI, explore la capacité de ces entreprises à encaisser les chocs, surmonter des événements graves, se redéployer et in fine s’approprier ces épisodes difficiles, en d’autres termes à faire preuve de « résilience » Dans les médias Les Echos & .fr, 11 mai. « Les ETI françaises, modèles de résilience » L’Usine Nouvelle & .com, 18 mai. « ETI : de succès en crise » BFM Business, émission La librairie de l’éco, 14 juin. « La résilience des ETI » Portraits de travailleurs : comprendre la qualité de vie au travail Résumé Qui sont les travailleurs français ? Dans quelles conditions travaillent- ils et comment se sentent-ils au travail ? Notre exploitation de la dernière enquête Conditions de travail de la Dares (2013) permet de répondre à ces questions. Plusieurs profils d’individus sont ainsi définis en considérant d’une part leurs conditions de travail objectives (horaires, rémunération, exposition aux nuisances…) et, d’autre part, leur ressenti par rapport au travail (bien-être, tensions, fierté, sentiment d’être plus ou moins bien payé…). Dans les médias Les Echos & .fr, 14 septembre. « Dis-moi comment tu travailles… » Xerfi Canal, 19 septembre. « Ce qui rend les salariés heureux au travail » La Tribune & .fr, 9 novembre. « Pour certains patrons, on est tous interchangeables »
  8. 8. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 8 L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Résumé Cette note constitue la synthèse d’une série de séminaires franco- allemands réunissant industriels, représentants des pouvoirs publics et des syndicats, universitaires et experts, organisés conjointement par la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Friedrich-Ebert et La Fabrique de l’industrie. Dans les médias L’Usine Nouvelle & .com, 19 octobre. « Étude – Quatre idées pour que l’usine du futur soit synonyme de progrès social » La Correspondance économique, 20 octobre. « Les idées de La Fabrique de l’industrie sur l’accompagnement et la promotion de l’industrie 4.0 dans les territoires » Les Echos & .fr, 26 octobre. « Regards croisés sur l’avenir de l’industrie » L’investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ? Résumé Cet ouvrage montre comment les IDE peuvent effectivement jouer un rôle décisif dans le regain d’un secteur industriel. Il révèle également que ces effets positifs sont limités dans le temps et l’espace quand ils ne sont pas complétés par des politiques territoriales efficaces. Cet ouvrage explore enfin les conséquences possibles du Brexit et révèle combien la traditionnelle philosophie du « laisser- faire » est aujourd’hui remise en question. Dans les médias The Conversation.com, reprise par La Tribune.fr, 17 novembre. « Conversation avec Louisa Toubal : l’investissement étranger a sauvé l’industrie britannique…jusqu’au Brexit ? » Telos.com, tribune d’Elie Cohen, 9 novembre. « Brexit, IDE et stratégie industrielle » L’Usine Nouvelle, 9 novembre. « Vendre ses fleurons, pas si grave »
  9. 9. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 9 Le salariat, un modèle dépassé ? Résumé Ce document réalisé par deux ingénieurs du corps des Mines, nous invite à réinterroger les attentes et besoins des travailleurs et des employeurs autour du triptyque : liberté, sécurité, dignité. Dans les médias La Gazette de la société et des techniques, 1er novembre. « Vers la fin du salariat ? » Liaisons Sociales, 1er décembre. « Le succès des contrats courts » Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution Résumé Cet ouvrage propose une synthèse claire et pédagogique sur le développement industriel des voitures autonomes, ses conséquences pour les entreprises et leurs modèles d’affaires, avec un regard particulier sur la France. Il analyse les forces et les faiblesses de la filière française et avance des pistes pour permettre à notre pays d’exploiter au mieux ses atouts. Dans les médias France Bleu Gironde, émission C connecté, 10 janvier 2018. « Le véhicule autonome, une réalité par Alexandre Houlé » Les Echos, 1er mars 2018. « Voitures autonomes : un train à ne pas manquer »
  10. 10. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 10 Reconnecter la formation à l’emploi Résumé Pour reconnecter la formation à l’emploi, ce livre propose des pistes de solutions concrètes aux dirigeants du système éducatif, aux responsables politiques et aux chefs d’entreprises. L’ouvrage a reçu le prix spécial de la section « économie politique, statistique et finances » de l’Académie des sciences morales et politiques. Dans les médias France Culture, émission Hashtag, 12 janvier 2018. « Chômeurs : les réalités de la formation professionnelle »
  11. 11. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 11 Nos synthèses Où va l’industrie américaine ? Résumé L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis a surpris la plupart des observateurs. Ce résultat s’explique par une conjonction de facteurs, parmi lesquels on retrouve la question du déclin industriel et ses effets sur l’économie et la société américaines. Le vote des Swing States frappés par la désindustrialisation tels que le Michigan, la Pennsylvanie ou l’Ohio a été déterminant et Donald Trump n’a pas ménagé ses efforts pour séduire un électorat sensible à sa rhétorique protectionniste, promettant le retour de millions d’emplois industriels détruits. Sa prise de fonction le 20 janvier 2017 marque le point de départ d’un chantier colossal, d’autant que le rebond industriel montre depuis plusieurs mois des signes d’essoufflement. Dans les médias L’Usine Nouvelle & .fr, 19 janvier. « Le principe de réalité… » La Correspondance économique, 19 janvier. « Le président élu Trump face au déclin industriel américain » BFM Business, émission 18h l’heure H, 24 janvier. « Donald Trump signe l’ordonnance retirant les États-Unis du partenariat transpacifique » Salte.fr, 24 janvier. « L’abandon des industries, la faute originelle de la crise politique actuelle » Numérique et emploi : quel bilan ? Résumé La question de l’impact du numérique sur l’emploi est sur toutes les lèvres. Les travaux les plus récents font état pour la France d’environ 10 % d’emplois vulnérables – c’est-à-dire risquant de disparaître – et d’un emploi sur deux dont le contenu est susceptible d’évoluer fortement. Du côté des créations d’emplois, les projections sont encore hasardeuses ; leur ampleur est très difficile à évaluer. Il est donc périlleux de se prononcer sur un bilan net d’emplois pour un horizon de temps donné. En revanche, c’est une certitude, le numérique transforme le travail et son organisation. Il crée notamment une demande très forte en profils qualifiés. Le défi majeur réside dans notre capacité à accompagner les transformations en cours, notamment grâce à la formation initiale et continue.
  12. 12. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 12 Dans les médias AFP, repris par Le Figaro.fr, 23 mars. « L’impact du numérique sur l’emploi difficile à mesurer » La Correspondance économique, 24 mars. « Impact du numérique : la création d’emplois est la grande inconnue estime La Fabrique de l’industrie » Aujourd’hui en France / Le Parisien, 3 avril. « L’avis d’Émilie Bourdu : l’organisation du travail va changer » Liaisons Sociales, 1er mai. « Peut-on prédire les effets du numérique sur l’emploi ? » L’énigme de l’investissement Résumé L’Insee a conforté l’impression d’embellie économique au début 2017. L’investissement des entreprises a de nouveau progressé en 2016, plus rapidement encore qu’en 2015, ce qui devrait augurer de belles perspectives pour l’économie française. Depuis plusieurs années pourtant, le niveau particulièrement élevé de l’investissement en France ne s’est pas traduit par le dynamisme économique qu’il aurait théoriquement dû générer. Le décalage est même tel que, depuis la fin de la crise, de nombreux experts s’interrogent sur les origines du « mal-investissement » français. Dans les médias La Correspondance économique, 19 mai. « La Fabrique de l’industrie a publié une synthèse sur l’énigme de l’investissement en France » Le Monde & .fr, 19 mai. « Investissement : les entreprises françaises optimistes pour 2017 » Les Echos & .fr « Le paradoxe de l’investissement » Conditions objectives de travail et ressenti des individus : le rôle du management Résumé La Fabrique poursuit ses travaux sur la qualité de vie au travail (QVT) et ses relations avec l’engagement des individus et la compétitivité des entreprises, avec l’aide de partenaires scientifiques. En analysant un grand nombre de réponses à l’enquête de la DARES sur les conditions de travail, on peut regrouper les actifs en quelques profils types. On s’aperçoit alors d’un fort décalage entre les mesures objectives de la QVT et l’appréciation subjective de leur
  13. 13. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 13 situation. On mesure notamment l’importance des conflits avec la hiérarchie dans la perception par chacun de sa qualité de vie au travail. Dans les médias La Croix & .com, 7 juillet. « La France n’a jamais embauché autant de cadres » Industrie du futur : regards franco-allemands Résumé Depuis 2016, La Fabrique de l’industrie a consacré deux Notes et six Synthèses à l’industrie du futur. Ce sujet est devenu un fil conducteur de nos travaux, tant il paraît urgent d’engager l’industrie française dans ce vaste mouvement mondial de transformation. En 2011, l’Allemagne a été la première à conceptualiser la numérisation de l’industrie ; la France s’y intéresse depuis 2013. En 2016-2017, la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Friedrich-Ebert et La Fabrique ont organisé une mise en commun de la réflexion entre Français et Allemands sur ces questions. Trois séminaires ont réuni représentants des pouvoirs publics, industriels, syndicalistes et experts. Une Note commune rend compte de ces travaux. Cette synthèse s’inspire en partie de ces séminaires et s’enrichit de nos travaux antérieurs. Que deviennent les salariés qui perdent leur emploi ? Résumé Les annonces de fermetures et de rachats d’entreprises ravivent régulièrement le débat, déjà très ancien, sur les bénéfices et les pertes liés à la mondialisation. Même si l’existence de gains globaux à l’ouverture commerciale est bien établie, il est également admis depuis longtemps que celle-ci engendre nécessairement des pertes pour une partie de la population. Une manière d’aborder cette question est d’étudier le parcours des salariés licenciés pour des raisons économiques. En suivant plusieurs centaines de milliers de salariés entre 1998 et 2010, cette synthèse évalue les chances de retour à l’emploi de ces travailleurs, les migrations d’un secteur d’activité à un autre, d’un métier à un autre, ou encore d’une région à une autre. Dans les médias 20minutes.fr, 7 décembre. « Surprise, l’industrie n’est pas le secteur le plus touché par les licenciements économiques » Les Echos.fr, 14 décembre. « Lorsque l’emploi disparaît » Le Figaro & .fr, 8 janvier 2018. « Les licenciements économiques plus faibles dans l’industrie »
  14. 14. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 14 Valorisation et retombées des publications Les auteurs de La Fabrique publient régulièrement dans des revues ou ouvrages collectifs. Ces articles s’ajoutent aux publications précédentes et aident à diffuser leurs résultats (cf. graphique 1). La production totale de La Fabrique s’est maintenue à un niveau élevé en 2017, alors que la contrainte d’équilibre budgétaire a induit dans le même temps une réduction de la masse salariale totale. Graphique 1 : nombre annuel de publications par La Fabrique Pour les événements, La Fabrique cherche là encore à tirer parti d’opportunités extérieures. Elle organise ses propres « Entretiens » et séminaires, tout en répondant à de nombreuses demandes d’intervention, sur tout le territoire (cf. graphique 2). Graphique 2 : événements organisés par La Fabrique et interventions extérieures 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 0 2 4 6 8 10 12 14 16 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Formats courts Ressources pédagogiques Notes et ouvrages Articles (axe de droite) 0 5 10 15 20 25 30 35 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Grands entretiens Séminaires Conférences extérieures Séminaires extérieurs
  15. 15. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 15 En 2017 nous avons dénombré 497 retombées presse de notre activité, un nombre en diminution de 11 % par rapport au record de 2016. Il faut toutefois noter que nous ne comptabilisons plus les reprises web sur des sites « hors média », ce qui explique une partie de cette apparente diminution. De même, ces retombées sont qualitativement meilleures (médias renommés, articles de fond, etc.). Pour les journalistes, La Fabrique apparaît à la fois comme une source d’information pour alimenter des articles et comme un vivier d’experts disponibles pour commenter l’actualité. Plus d’un tiers des retombées presse de 2017 (185 exactement) s’expliquent ainsi par des sollicitations pour commenter l’actualité économique et industrielle (cf. graphique 3). Graphique 3 : citations presse de La Fabrique et de ses travaux L’estimation de l’audience presse hors audiovisuel donne un éclairage complémentaire (cf. graphique 4). L’audience web se maintient en dépit d’une diminution du nombre de retombées, parce que les médias web sont de plus en plus consultés ; symétriquement, l’audience sur la presse écrite diminue alors que le nombre d’articles est stable, reflétant là encore la tendance de fond du lectorat. Au total, l’audience presse de La Fabrique se tasse un peu en 2017. Graphique 4 : audience presse de La Fabrique1 1 L’audience presse se mesure traditionnellement en millions de contacts potentiels. 0 40 80 120 160 200 240 280 320 360 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Interviews et articles majeurs dans des médias à forte visibilité Citations mineures, courtes reprises et articles dans des médias de moindre diffusion - 40 80 120 160 200 240 280 320 360 400 440 480 2012 2013 2014 2015 2016 2017
  16. 16. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 16
  17. 17. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 17 Conférences et débats 26/01. Soirée-débat « (Re)construire les parcours de formation professionnelle » organisée par La Fabrique et l’Académie des technologies avec les interventions de Louis Gallois et Denis Ranque. 16/02. Interventions de Louisa Toubal et Thibaut Bidet-Mayer à la conférence « Les robots au travail : œuvrer avec les hommes ou à leur place ? » pour le festival Science et manga de l’université de Lyon I. 21/02. Intervention de Vincent Charlet à la table-ronde « Construire l’industrie française du futur » aux Rencontres parlementaires de l’industrie, et conclusion de Louis Gallois. 23/03. Printemps de l’économie : La Fabrique de l’industrie, partenaire de la manifestation, a organisé deux conférences au lycée Turgot de Paris : « La mondialisation, ennemie de l’emploi ? », avec Philippe Frocrain, et « Travailler autrement », avec Émilie Bourdu. 24/03. Intervention de Louis Gallois à la séance de clôture de la Semaine de l’industrie à Bercy. Avec Christophe Sirugue, Jean-Pierre Fine et Philippe Darmayan. 28/03. Les voix de l’économie : intervention de Vincent Charlet à la table-ronde « Quel nouveau contrat entre générations ? », en partenariat avec Le Cercle des économistes et Le Monde. 20/04. Troisième rencontre du cycle « L’industrie du futur : regards franco-allemands », organisé par La Fabrique de l’industrie, la fondation Jean Jaurès et la Friedrich-Ebert-Stiftung. Cette rencontre s’est déroulée en présence de Christophe Sirugue, Günther Horzetzky, son homologue allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie et Philippe Darmayan. 6/04. Intervention d’Émilie Bourdu sur la relation entre le numérique et l’emploi au cours de la journée d’étude sur le revenu universel organisée au Sénat par Metis Europe. 10/05. La Fabrique partenaire de la 6e édition des Questions d’ETI au Collège des Bernardins : « Piloter dans l’incertitude ». 8/06. Cérémonie de remise des prix du concours de La Fabrique pour étudiants et jeunes chercheurs. Présentation des travaux des huit finalistes et annonce des lauréats en présence de quatre membres du jury (Louis Gallois, Emmanuel Bézy, Sarah Guillou, Jean-Marc Vittori). 28/06. La Fabrique partenaire des Échos Events pour la conférence « Industrie agile et compétitive ». Interventions de Louis Gallois et Vincent Charlet. 7/07. Rencontres économiques d’Aix-en-Provence : interventions de Louis Gallois au cours de la conférence « La prospérité supporte-t-elle les inégalités ? » et de Denis Ranque lors de la session des Voix de l’économie.
  18. 18. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 18 5/09. Intervention d’Émilie Bourdu sur la qualité de vie au travail au cours de la Foire de Châlons. 8/09. Intervention de Philippe Frocrain au cours de la conference “Dynamics, Economic Growth and International Trade (DEGIT-XXII)”. 13/09. Intervention de Vincent Charlet lors de la Convention Thales sur le futur des activités du manufacturing. 14-16/09. Intervention de Philippe Frocrain au cours du « European Trade Study Group 2017 » à Florence. 26/09. Intervention de Thierry Weil au cours de la Conférence L’Opinion sur l’industrie du futur. 6/10. Les Rendez-vous de l’histoire à Blois : intervention d’Émilie Bourdu à deux conférences : « Quel avenir pour l’emploi ? » et « Quelle sera l’usine du futur ? Numérisation, robotisation, automatisation ». 7/11. La Fabrique partenaire des assises de l’industrie, événement intitulé « Industrie du Futur : comment le numérique change-t-il l’expérience client ? » et organisé par L’Usine Nouvelle. 8-9/11. Aux Journées de l’économie de Lyon, Louisa Toubal organisait une conférence « Pourquoi et comment attirer les entreprises étrangères ? Le cas de la France et du Royaume- Uni ». La Fabrique était également représentée au sein de la conférence « Management, santé et performance sociale » par Diviyan Kalainathan, co-auteur de la note Portraits de travailleurs. Elle était enfin représentée par Pierre-Noël Giraud au sein de la conférence « Métamorphoses de la concurrence ». 13/11. Remise du prix spécial de la section d’économie de l’Académie des sciences morales et politiques à Yves Malier pour son livre « Reconnecter la formation à l’emploi », publié et diffusé avec l’appui de LFI.
  19. 19. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 19 Nos ateliers et conférences avec les publics scolaires 12-27/01. Visite de l’usine PSA à Poissy puis de la concession Peugeot SVICA Créteil avec les élèves du Lycée Jules Siegried, dans le cadre d’un atelier pédagogique organisé par La Fabrique. 23/02. Première séance des rencontres école-entreprise 2016-2017, à la Cité des sciences et de l’industrie : « Le robot tue-t-il l’emploi ? » avec Serge Tisseron (psychiatre et membre de l’Académie des technologies), Laurent Braquet (enseignant de SES) et Vincent Cheminel (Stäubli Robotics). 15 classes de lycée ont participé. 16/03. Participation de Louis Gallois au « Industry and Innovation Day » organisé à HEC. 16/03. Deuxième séance des rencontres école-entreprise 2016-2017, à la Cité des sciences et de l’industrie, avec les élèves du lycée Jules Siegfried et l’association C’Possible. 21/03. Troisième et dernière séance des rencontres école-entreprise 2016-2017, sous la forme d’ateliers de formation à l’industrie du futur pour enseignants-formateurs, avec des représentants de ABB, Festo, la Plateforme de la filière de l’automobile, Saint-Gobain, Schneider Electric et Thales. 22/03. Remise des prix du concours « De l’objet aux métiers », organisé en partenariat avec la FIM et l’Onisep, et visite de Dassault Aviation à Argenteuil. 5/12. Première séance du cycle de rencontres école-entreprise 2017-2018, à la Cité des sciences et de l’industrie, autour du thème « Chômage : la mondialisation est-elle coupable ? ». Organisée par La Fabrique en partenariat avec Universcience, et labélisée par l’Onisep et par la direction générale des Entreprises du ministère de l’Économie et des Finances, cette conférence s’est organisée autour des interventions de Pierre-Noël Giraud, Joseph Puzo et Isabelle Perdereau.
  20. 20. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 20 Présence web et réseaux sociaux Totalement rénové en septembre 2016, le site de La Fabrique (www.la-fabrique.fr) est destiné à tous ses publics : industriels, journalistes, étudiants… Centre de ressources, il rassemble toutes les informations sur ses travaux et ses événements, et donne la parole à des experts partenaires. Avec un accès plus clair et plus fluide à l’information, La Fabrique souhaite renforcer la visibilité de ses travaux. La prochaine étape de cette démarche sera de capitaliser sur cette nouvelle plateforme et d’en améliorer le référencement naturel, afin d’accroître progressivement l’audience. Graphique 5 : audience annuelle du site web de La Fabrique Les travaux de La Fabrique sont également partagés sur Facebook, Twitter et YouTube. 0 40000 80000 120000 160000 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Sessions Utilisateurs Pages vues
  21. 21. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 21 Ressources et budget La Fabrique de l’industrie est une association à but non lucratif et ne reçoit aucune subvention publique. Le financement de La Fabrique (1,34 million d’euros TTC par an à partir de 2017) est principalement apporté par quatre institutions : l’UIMM (700 k€), le Cercle de l'industrie (300 k€), le GIM (200 €) et le GFI (100 k€). Le GIFAS a en outre accepté d’apporter un supplément de cotisation de 14,4 k€, en supplément de ce qu’il verse déjà au travers du GFI. Par ailleurs, constatant le nombre de publications possibles et le niveau de la réserve mobilisable, le Conseil d’administration de novembre 2017 a autorisé un déficit de 40 k€ pour l’exercice 2018. (en milliers d’euros) Comptes 2017 Budget 2018 proposé CHARGES 1 302 1 366 Salaires, honoraires, charges de l’équipe 866 873 Honoraires prestataires 31 52 Locaux et fonctionnement de base 158 190 Charges imputées aux productions (hors salaires) 247 251 RESSOURCES 1 335 1 325 Cotisations 1 314 1 322 Droits d’auteur et autres recettes 20 4 RÉSULTAT 33 0 Déficit (prélèvement sur la réserve) 0 -40
  22. 22. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 22 Principaux projets en cours au 1er janvier 2018 Les ressorts de l’investissement industriel Cette étude porte sur l’effort d’investissement des entreprises industrielles françaises et sur son évolution, en comparaison avec la situation observable dans d’autres États. Elle vise à comprendre pourquoi cet investissement semble, à première vue, peu efficace : comment expliquer que des niveaux de dépense élevés se traduisent par des résultats mitigés, par exemple en matière de gains de productivité ou de renouvellement du parc productif ? Le devenir des salariés qui perdent leur emploi La Fabrique de l’industrie poursuit ses travaux sur le lien entre mondialisation et emploi en France. La note « Dynamique des emplois exposés et abrités en France », publiée en novembre 2016, apportait une vue d’ensemble sur le poids et la composition des emplois exposés à la concurrence internationale dans notre économie. Il s’agit aujourd’hui d’apprécier les chances de retour à l’emploi des travailleurs exposés et abrités. Le déploiement de l’industrie 4.0 en Italie Le centre de recherche italien Torino Nord Ovest a récemment publié un ouvrage, en italien, sur les enjeux du déploiement de l’industrie 4.0 (Industria 4.0 - Uomini e macchine nella fabbrica digitale, aux éditions Guerini). Cet ouvrage présente notamment l’intérêt de s’appuyer sur de nombreuses études de cas domestiques, auxquelles un lecteur français s’identifierait sans peine. Les auteurs, constatant le succès de leur livre en Italie, recherchent des partenaires étrangers pour le diffuser dans d’autres pays d’Europe, dont la France. Ils ont contacté La Fabrique à cette fin.
  23. 23. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 23 QVT et performance des entreprises : explorations quantitatives Il est de plus en plus fréquemment avancé que l’on peut augmenter la performance d’une entreprise en améliorant la qualité de vie au travail (QVT) de ses salariés et en leur accordant plus d’autonomie au travail. Cependant, ce postulat de gestion manque encore de preuves statistiques. Pour combler cette lacune, La Fabrique a soutenu en 2017 un projet de recherche de l’université de Paris-Saclay regroupant des spécialistes de sciences des données, d’économie, de gestion et de sociologie. La note Portraits de travailleurs parue en septembre 2017 constitue un préliminaire à ce projet. En 2018, les chercheurs réaliseront des tests de causalité en croisant les données de l’enquête Conditions de travail de la Dares avec des données de performance économique des entreprises (bilans sociaux de la Secafi, liasses fiscales…). Colloque « Le travail en mouvement » Ce colloque vise à rassembler à Cerisy pendant une semaine (du 13 au 20 septembre 2018) des universitaires et des praticiens pour échanger sur les mutations du travail (nouvelles pratiques productives, nouvelles formes d’organisation, transformation des frontières, modes de reconnaissance du travail, nouveaux besoins de sécurité). Ce colloque s’inscrit dans la continuité des travaux de La Fabrique sur les transformations du travail (notamment sous l’effet des technologies numériques et de la globalisation). En 2014, l’organisation d’un colloque analogue, sur le sujet « L’industrie, notre avenir », avait permis la publication d’un ouvrage destiné à un large public chez Eyrolles. Croissance des PME : le rôle des alliances Cette étude se concentre sur les coopérations entre entreprises de petite ou moyenne taille. Ces coopérations sont souvent nécessaires pour leur permettre de changer d’échelle, particulièrement dans le cadre de l’industrie du futur. Ces alliances peuvent être tactiques, pour saisir une opportunité, ou stratégiques, pour hybrider des métiers, des compétences ou des technologies et sortir ainsi l’entreprise de son marché primaire.
  24. 24. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 24 Équipe et gouvernance Gouvernance La Fabrique de l’industrie est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, publiée au JO du 24 septembre 2011. Elle est co-présidée par Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, et Pierre-André de Chalendar, président-directeur général de Saint-Gobain. Outre Louis Gallois et Pierre-André de Chalendar, le conseil d’administration de La Fabrique était composé au 31 décembre 2017 de : - Denis Boissard, directeur des projets à l’UIMM - Jean-Marie Danjou, délégué général du Cercle de l’Industrie - Philippe Darmayan, président du GFI - Hubert Mongon, délégué général de l’UIMM - Alexandre Saubot, président de l’UIMM - Marc Ventre, président du GIM. Le 31 décembre 2017, étaient membres de l’Assemblée générale : Denis Boissard, Pierre Bourlot, Xavier de Boysson, Pierre-André de Chalendar, Stéphan Chaligné, Jean-Pierre Clamadieu, Philippe Crouzet, Jean-Marie Danjou, Philippe Darmayan, Xavier Esturgie, Jérôme Frantz, Louis Gallois, Alain Grangé-Cabane, Olivier Homolle, Jean-Jacques Leguay, Jean-Bernard Lévy, Hubert Mongon, Benoît Potier, Denis Ranque, Stéphane Richard, Alexandre Saubot, Pascale Suc, Catherine Tissot-Colle, Philippe Varin et Marc Ventre. Équipe permanente, au 31 décembre 2017 Sharif Abdat, assistant de direction Émilie Bourdu-Szwedek, chef de projet Sounia Chanfi, chargée de la communication digitale et des projets « Jeunes et industrie » Vincent Charlet, délégué général Philippe Frocrain, doctorant (CIFRE) Julien Grandchamp, chargé d’études Caroline Mini, chef de projet Élisa Ohnheiser, chargée des relations presse Eugénie Tenezakis, chargée d’études Louisa Toubal, chef de projet Thierry Weil, conseiller
  25. 25. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 25 Conseil d’orientation Le programme de travail de La Fabrique est discuté par son conseil d’orientation, qui valide également ses publications, tant sur le plan du sérieux scientifique que du respect de la pluralité des perspectives. Ses membres siègent intuitu personae et leur avis n’engage pas leur organisation. Étaient membres du Conseil d’orientation au 31 décembre 2017 : Paul ALLIBERT, délégué général de l’Institut de l’entreprise Jean ARNOULD, président de l’UIMM Moselle, ancien PDG de la société Thyssenkrupp Presta France Gabriel ARTERO, président de la Fédération de la métallurgie CFE-CGC Vincent AUSSILLOUX, chef du département économie-fnances de France Stratégie Olivier BABEAU, président de l’institut Sapiens Laurent BATAILLE, PDG de Poclain Hydraulics Industrie Agnès BÉNASSY-QUÉRÉ, présidente de l’Association Française de Science Économique (AFSE) et professeur à l’École d’Économie de Paris (PSE) Michel BERRY, fondateur et directeur de l’École de Paris du management Laurent BIGORGNE, directeur de l’Institut Montaigne Serge BRU, représentant de la CFTC au bureau du Conseil national de l’industrie Pierre-André de CHALENDAR, PDG du groupe Saint-Gobain, co-président de La Fabrique de l’industrie Joël DECAILLON, ancien secrétaire général adjoint de la confédération européenne des syndicats et vice-président de LASAIRE Stéphane DISTINGUIN, fondateur et président de Fabernovel, président du pôle de compétitivité Cap Digital Elizabeth DUCOTTET, PDG de Thuasne Xavier DUPORTET, cofondateur et CEO de Eligo Biosciences Pierre DUQUESNE, délégué interministériel à la Méditerranée au Ministère des affaires étrangères Philippe ESCANDE, éditorialiste économique au quotidien Le Monde Olivier FAVEREAU, professeur en sciences économiques à l’université Paris X Denis FERRAND, DG de COE-Rexecode Philippe FREMEAUX, éditorialiste à Alternatives Économiques Jean-Luc GAFFARD, directeur du département de recherche sur l’innovation et la concurrence à l’OFCE Louis GALLOIS, président du conseil de surveillance du Groupe PSA, co-président de La Fabrique de l’industrie
  26. 26. La Fabrique de l’industrie : rapport d’activité 2017 26 Pierre-Noël GIRAUD, professeur d’économie à l’université de Paris-Dauphine et à Mines- ParisTech Frédéric GONAND, professeur associé de sciences économiques à l’université Paris-Dauphine Karine GOSSE, VP R&D strategy Dassault Systèmes Eric KELLER, secrétaire fédéral de la fédération FO Métaux Dorothée KOHLER, directeur général de KOHLER C&C Gilles KOLÉDA, directeur scientifque d’ÉrasmeSeuréco Marie-Josée KOTLICKI, secrétaire générale de l’UGICT-CGT Eric LABAYE, président du McKinsey Global Institute Jean-Yves LAMBERT, président d’ELBI FRANCE Emmanuel LECHYPRE, éditorialiste à BFM TV et BFM Business Fanny LETIER, directrice exécutive BPI FRANCE Olivier LLUANSI, associé chez Ernst &Young Bertrand MARTINOT, directeur général adjoint des services à la région Île-de-France Antonio MOLINA, président du groupe Mäder Christian PEUGEOT, président du CCFA Clara PISANI-FERRY, directrice des programmes et membre du directoire du Cercle des Economistes Florence POIVEY, présidente de la commission éducation, formation, insertion du Medef Philippe PORTIER, secrétaire général de la FGMM-CFDT Grégoire POSTEL-VINAY, directeur de la stratégie, Direction générale des entreprises, ministère de l’Economie Didier POURQUERY, directeur de la rédaction de The Conversation Joseph PUZO, Président d’AXON’CABLE SAS et du pôle de compétitivité Matéralia Xavier RAGOT, président de l’OFCE Denis RANQUE, président du conseil d’administration d’Airbus Group Frédéric SAINT-GEOURS, président du conseil de surveillance de la SNCF et du Conseil national de l’industrie Blanche SEGRESTIN, professeur à Mines ParisTech Ulrike STEINHORST, présidente de Nuria Conseil Pierre VELTZ, ancien PDG de l’établissement public de Paris-saclay Jean-Marc VITTORI, éditorialiste au quotidien Les Echos

×