Diese Präsentation wurde erfolgreich gemeldet.
Wir verwenden Ihre LinkedIn Profilangaben und Informationen zu Ihren Aktivitäten, um Anzeigen zu personalisieren und Ihnen relevantere Inhalte anzuzeigen. Sie können Ihre Anzeigeneinstellungen jederzeit ändern.

Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQ

15 Aufrufe

Veröffentlicht am

Dans le cadre de la mise en oeuvre des actions de suivis des mesures de réduction liées à la réalisation de la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique (LGV SEA), LISEA a missionné le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine) pour mener le suivi de la transplantation des pieds d’Ail rose (Allium roseum L.) sur la parcelle de transplantation de la commune de Cubzac-les-Ponts.

Ce suivi fait suite aux dispositions de transplantation de l’espèce située sur les emprises de la ligne.

Les modalités de recueil, de stockage et de réimplantation des bulbes ont fait l’objet d’un protocole soumis pour approbation au Conservatoire Botanique National Sud Atlantique (CBNSA) et à la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement d’Aquitaine (DREAL Aquitaine) en septembre 2012. Ce protocole intègre également des éléments de description et de gestion de la zone d’accueil, ainsi qu’une méthode de suivi pour mesurer l’efficacité de l’opération de transplantation des pieds d’Ail rose réalisée en 2012. Des préconisations pour le maintien des populations situées immédiatement en marge de l’emprise travaux ayant fait l’objet d’une mesure d’évitement sont édictées.

Ce document fait suite à un suivi engagé par BIOTOPE en 2013 et par le CEN Aquitaine entre 2014 et 2017.

Veröffentlicht in: Umweltschutz
  • Als Erste(r) kommentieren

  • Gehören Sie zu den Ersten, denen das gefällt!

Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQ

  1. 1. TARTARY P. 2018. Suivi de la transplantation des pieds d’Ail rose (Allium roseum L.) sur la commune de Cubzac- les-Ponts dans le cadre de la LGV SEA - Année 2018 : sixième année de suivi. CEN Aquitaine, LISEA. 27 p + annexes. CEN Aquitaine – Association Loi 1901, membre de la Fédération des Conservatoires d’espaces naturels
  2. 2. Maitre d’Ouvrage COSEA / LISEA Structure intervenante Structure : Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine Antenne : Gironde Chargée de secteur : Nicolas VALY Chargé de mission – Ecologue : David LESSIEUR Chargé de mission – Ecologue : Pascal TARTARY Intervenants Personnel Poste Action Date TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Rédaction initiale 03/09/2018 VALY N.. Chargé de secteur Validation 03/10/2018 TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Correction 10/01/2019 VALY N.. Chargé de secteur Contrôle qualité 08/02/2019 Crédits photographiques P. TARTARY – CEN AQUITAINE (2017) Versions Version Modifications entreprises Date Destinataires V1 Version initiale 03/10/2018 - V1 Envoi LISEA 09/10/2018 Thierry CHARLEMAGNE (LISEA) Marion GOURAUD (LISEA) V2 Reprise après correction 08/02/2019 - V2 Envoi LISEA 08/02/2019 Thierry CHARLEMAGNE (LISEA) Marion GOURAUD (LISEA)
  3. 3. 4 Table des matières Introduction :........................................................................................................................................... 6 1. Résultats des suivis.......................................................................................................................... 7 a. Description paysagère................................................................................................................ 7 b. Caractérisation des habitats..................................................................................................... 11 c. Cartographie des habitats ........................................................................................................ 16 d. Décompte de l’Ail rose ............................................................................................................. 19 e. Détourage du peuplement d’ail rose ....................................................................................... 25 2. Conclusion et discussions.............................................................................................................. 27 Liste des figures Figure 1 : Cartographie des éléments paysagés dans une bande de 100 m autour de la parcelle transplantée .... 7 Figure 2 : Vue sur le vignoble et l’urbanisation au nord-est de la parcelle de transplantation............................... 8 Figure 3 : Evolution surfacique (en m2 ) des chemins d’exploitation (a) et des fourrés (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. ......................................................................................................................................... 9 Figure 4 : Evolution surfacique (en m2 ) des friches (a) et des jardins (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. ................................................................................................................................................................... 9 Figure 5 : Evolution surfacique des prairies (a) et des vignes (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. .............................................................................................................................................................................. 10 Figure 6 : Evolution surfacique de l’urbanisation (a) et des routes (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. ..................................................................................................................................................................... 10 Figure 7 : Localisation des trois relevés phytosociologiques ................................................................................. 12 Figure 8 : Composition floristique du relevé phytosociologique 1 pour l’année 2018........................................... 13 Figure 9 : Composition floristique du relevé phytosociologique 2 pour l’année 2018........................................... 13 Figure 10 : Composition floristique du relevé phytosociologique 3 pour l’année 2018......................................... 14 Figure 11 : Evolution annuelle des cortèges floristiques au sein du relevé phytosociologique 1 .......................... 14 Figure 12 : Evolution annuelle des cortèges floristiques au sein du relevé phytosociologique 2 .......................... 15 Figure 13 : Evolution annuelle des cortèges floristiques au sein du relevé phytosociologique 3 .......................... 16 Figure 14 : Cartographie 2018 des habitats naturels du site ................................................................................ 17 Figure 15 : Cartographie 2014 des habitats naturels du site ................................................................................ 18 Figure 16 : Cartographie 2016 des habitats naturels du site ................................................................................ 18 Figure 17 : Cartographie 2017 des habitats naturels du site ................................................................................ 18 Figure 18 : Cartographie 2018 des habitats naturels du site ................................................................................ 18 Figure 19 : Evolution du nombre de hampes florales d’Ail rose depuis leur transplantation en 2012.................. 20 Figure 20 : Taux de reprise 2018 de la population d’Ail rose avec l’année de la transplantation......................... 21 Figure 21 : Evolution interannuelle des populations d’Ail rose par quadrat depuis 2012..................................... 23 Figure 22 : Répartition de la population d’Ail rose sur la parcelle en 2018........................................................... 25 Figure 23 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2014........................................................... 26 Figure 24 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2015........................................................... 26 Figure 25 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2016........................................................... 26 Figure 26 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2017........................................................... 26 Figure 27 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2018........................................................... 26
  4. 4. 5 Liste des annexes Annexe 1 : Localisation du site.............................................................................................................................. 28 Annexe 2 : Rappel sur le protocole retenu pour la transplantation ..................................................................... 29 Annexe 3 : Rappel sur les modalités de gestion retenues sur la parcelle transplantée........................................ 30 Annexe 4 : Présentation des protocoles successifs retenus pour le suivi de la population transplantée ............ 32 Annexe 5 : Fiche station........................................................................................................................................ 35 Annexe 6 : Evolution interannuelle de la composition des relevés floristiques ................................................... 40
  5. 5. 6 Introduction : Dans le cadre de la mise en œuvre des actions de suivis des mesures de réduction liées à la réalisation de la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique (LGV SEA), LISEA a missionné le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine) pour mener le suivi de la transplantation des pieds d’Ail rose (Allium roseum L.) sur la parcelle de transplantation de la commune de Cubzac-les-Ponts. La localisation du site est présentée en annexe 1. L’Ail rose est une plante dite à bulbe qui se cantonne essentiellement sur les régions côtières de la France à l’exception de la façade de la Manche et de la Mer du Nord. Elle apprécie les milieux basiques. En Aquitaine, elle se cantonne à la partie calcaire du territoire sur des stations relativement chaudes, ce qui lui vaut d’être protégée à l’échelle de la Région. Ce suivi fait suite aux dispositions de transplantation de l’espèce située sur les emprises de la ligne conformément aux arrêtés inter-préfectoraux du 24 février 2012 et du 21 décembre 2012. Les modalités de recueil, de stockage et de réimplantation des bulbes ont fait l’objet d’un protocole soumis pour approbation au Conservatoire Botanique National Sud Atlantique (CBNSA) et à la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement d’Aquitaine (DREAL Aquitaine) en septembre 2012. Ce protocole intègre également des éléments de description et de gestion de la zone d’accueil, ainsi qu’une méthode de suivi pour mesurer l’efficacité de l’opération de transplantation des pieds d’Ail rose réalisée en 2012. Des préconisations pour le maintien des populations situées immédiatement en marge de l’emprise travaux ayant fait l’objet d’une mesure d’évitement sont édictées. Le protocole de transplantation est détaillé en annexe 2. En l’absence du suivi de la parcelle riveraine (refus d’accès par le propriétaire) directement impactée, l’ensemble de la méthodologie de septembre 2012 ne peut être appliqué. Il a donc été proposé, à LISEA, d’alléger le dispositif pour être en capacité de suivre des éléments mesurables et comparables d’une année sur l’autre (Cf. Note de propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la LGV SEA Tours Bordeaux). Cette nouvelle méthodologie a fait l’objet d’une réflexion conjointe entre le CEN Aquitaine et le CBNSA. Elle est présentée en détail en annexe 4. Elle a pour double objectif de s’assurer de la reprise du site transplanté ainsi que d’évaluer la fonctionnalité des mesures de gestion. Ce document fait suite à un suivi engagé par BIOTOPE en 2013 et par le CEN Aquitaine entre 2014 et 2017.
  6. 6. 7 1. Résultats des suivis L’ensemble des éléments de suivi a été mené le 2 mai 2018. a. Description paysagère i. Situation en 2018 La parcelle de transplantation se situe dans un contexte péri-urbain pavillonnaire, au contact de la viticulture. Cette situation n’a pas évolué depuis l’année dernière. Eléments du paysage Surface (en m²) Proportion Chemin d'exploitation 2 716 5 % Fourrés 5 337 9 % Friche 9 668 17 % Jardin 18 255 32 % Praire (parcelle transplantée) 2 795 5 % Urbanisation 3 108 6 % Vigne 14 446 26 % Total 56 325 100 % Tableau I : Proportion surfacique des différents éléments paysager dans un rayon de 100 m autour de la parcelle transplantée Figure 1 : Cartographie des éléments paysagés dans une bande de 100 m autour de la parcelle transplantée Dans le détail, l’environnement proche de la parcelle est dominé pour 2/5 par la viticulture, l’urbanisation et les jardins qui ceinturent les résidences pavillonnaires. Viennent ensuite les friches agricoles (anciennes vignes) qui devraient être, à l’avenir, replantées en vigne ou urbanisées. Enfin, les chemins d’exploitation, les fourrés et les routes se partagent l’espace à côté de la parcelle de transplantation (prairie).
  7. 7. 8 Figure 2 : Vue sur le vignoble et l’urbanisation au nord-est de la parcelle de transplantation L’environnement immédiat de la parcelle ne subit pas pour le moment de changement notable. L’étalement urbain étant ici en limite des terrains agricoles et se situant assez près de l’emprise de la LGV SEA. Cependant, un risque d’urbanisation se confirme dans le PLU de la commune sur la friche au nord de la parcelle (accueillant une population d’Ail rose) qui passe du classement zone agricole à zone à urbaniser. La parcelle transplantée est tout de même enclavée au sein d’une zone particulièrement anthropisée, avec très peu d’espaces naturels à proximité. Cet isolement pourrait être à l’avenir défavorable au développement de l’Ail rose, et peut-être également à sa conservation sur le site par enclavement des populations. La recherche de corridors fonctionnels, entre des noyaux de biodiversité de l’espèce et la parcelle, pourrait être faite dans le cadre de la mise en œuvre de mesures compensatoires pour l’espèce. L’acquisition foncière de la parcelle par un organisme de protection de la nature pourrait permettre de garantir un écrin protecteur à cette plante, et ainsi de pérenniser les investissements de transplantation réalisés. ii. Evolution temporelle Entre 2017 et 2018, aucune modification n’est intervenue dans le paysage local du site de transplantation. La surface potentielle de l’espèce est égale à la surface des habitats naturels que l’espèce peut coloniser. Cette surface peut également s’appeler « habitats d’espèce ».
  8. 8. 9 Dans notre cas, l’espèce est communément observée dans des prairies, des vignes et des friches. Selon le stade de fermeture du fourré, l’espèce peut être présente si la fermeture du milieu n’est pas généralisée. Figure 3 : Evolution surfacique (en m2) des chemins d’exploitation (a) et des fourrés (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. Depuis 2016, et la fin des travaux sur les réseaux secondaires, plus aucun changement n’est intervenu sur les chemins d’exploitation (Cf. figure 3a). En 2017, des surfaces jusqu’alors classées en talus de route ont été réaffectées en fourré. Cela explique l’augmentation des surfaces constatée sur le graphique (Cf. figure 3b). Figure 4 : Evolution surfacique (en m2) des friches (a) et des jardins (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. La surface en friche (Cf. figure 4a) se maintient depuis 2014 à un niveau relativement constant qui fluctue en fonction de la précision cartographique des polygones. Depuis 2016, la surface de cet élément est stabilisée, mais présente de forts risques d’urbanisation. Cet ensemble est classé en « à urbaniser » dans le plan local d’urbanisme de la commune. Les surfaces en jardin (Cf. figure 4b) ont connu une forte augmentation entre 2015 et 2016. C’est à cette période que plusieurs parcelles ont été urbanisées. Un changement de destination s’est donc opéré au profit de l’urbanisation et des jardins. 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 2014 2015 2016 2017 2018 Chemin d'exploitation 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 2014 2015 2016 2017 2018 Fourré 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 2014 2015 2016 2017 2018 Friche 15500 16000 16500 17000 17500 18000 18500 2014 2015 2016 2017 2018 Jardins
  9. 9. 10 Figure 5 : Evolution surfacique des prairies (a) et des vignes (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. La surface de prairie (Cf. figure 5a) correspond à la surface de la parcelle de transplantation. Aucune autre parcelle de cette nature n’est présente dans un rayon de 100 m autour du site. La vigne a considérablement perdu de la surface entre 2015 et 2016 (Cf. figure 5b). A cette période, de nombreuses parcelles sont passées en constructible. Figure 6 : Evolution surfacique de l’urbanisation (a) et des routes (b) autour de la parcelle d’Ail rose entre 2014 et 2018. Au cours de l’année 2015, de nombreuses parcelles, jusque-là dévolues à la viticulture, ont été urbanisées (Cf. figure 6a). Durant la période de construction, l’ensemble de la parcelle a été considéré comme urbanisé (correspondant au pic de 2015), puis au fur et à mesure de la finalisation des chantiers, des réajustements ont été opérés dans l’affectation des surfaces. Depuis 2016, date des rétablissements routiers (Cf. figure 6b), plus aucune route n’est présente dans l’environnement immédiat de la parcelle de transplantation. Les habitats de l’espèce ont tendance à se contracter sur le secteur au profit de la pression de l’urbanisme. Cette évolution reste encore peu impactant pour le développement de l’ail rose sur la parcelle de transplantation, mais pourrait devenir problématique à terme. 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 2014 2015 2016 2017 2018 Praire 13000 13500 14000 14500 15000 15500 16000 16500 2014 2015 2016 2017 2018 Vignes 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000 2014 2015 2016 2017 2018 Urbanisation -500 0 500 1000 1500 2000 2500 2014 2015 2016 2017 2018 Route
  10. 10. 11 b. Caractérisation des habitats La caractérisation des habitats sur la parcelle a pour vocation de suivre l’évolution des milieux à la fois en termes de structuration et de composition. Ces renseignements permettront d’orienter les futures actions de gestion sur le site. Trois relevés sont menés sur les trois principaux milieux de la parcelle. Les relevés phytosociologiques réalisés sont présentés dans les tableaux en annexe 5. Cette année, les conditions climatiques de la fin de l’hiver et de début du printemps ont été particulièrement pluvieuses, mais relativement douces en journée et froides la nuit. Dans ces conditions, certaines espèces vernales se sont exprimées très tôt en saison (avant notre passage) et les printanières (comme les orchidées) ont pris près de 15 jours de retard. Le cortège floristique s’est donc exprimé sur une période beaucoup plus importante, rendant l’expression de ce dernier beaucoup plus difficile à analyser.
  11. 11. 12 Figure 7 : Localisation des trois relevés phytosociologiques
  12. 12. 13 i. Composition floristique 2018 Le relevé 1 montre une composition floristique essentiellement basée sur un cortège d’espèces caractéristique des prairies européennes ou médio-européennes dominé par Leucanthemum vulgare, et dans une moindre mesure par, Bellis perennis, Crepis vesicaria subsp. taraxacifolia, Plantago lanceolata et Schedonorus arundinaceus. Ce milieu est en mosaïque avec :  les espèces caractéristiques des pelouses basophiles avec Carex flacca ; Centaurea jacea, Poterium sanguisorba et Pilosella officinarum ;  les espèces de friches et d’ourlets composées de Anisantha sterilis ; Daucus carota ; mais surtout Rubus sp. Les espèces annuelles des cultures et des fourrés sont plus anecdotiques dans le relevé. Figure 8 : Composition floristique du relevé phytosociologique 1 pour l’année 2018 En 2018, le suivi phytosociologique confirme la présence d’une mosaïque de végétation au niveau du relevé 2. A cet endroit, la végétation est caractérisée à la fois par un cortège dominant d’espèces des pelouses basophiles (Bromopsis erecta ; Centaurea jacea ; Lotus corniculatus) et par un cortège secondaire des espèces de prairies, dominé par Potentilla reptans ; Trifolium pratense. Cette station montre une dynamique de fermeture avec la présence de Cornus sanguinea et Rubus sp. Figure 9 : Composition floristique du relevé phytosociologique 2 pour l’année 2018 42% 19% 6% 17% 6% 11% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Espèces annuelles des cultures Espèces non diagnostique Espèces caractéristiques des ourlets Espèces caractéristiques des fourrés Espèces caractéristiques des pelouses Espèces caractéristiques des prairies 21% 45% 17% 17% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Espèces annuelles des cultures Espèces caractéristiques des ourlets Espèces caractéristiques des fourrés Espèces caractéristiques des pelouses Espèces caractéristiques des prairies
  13. 13. 14 Enfin, le relevé 3 placé sur la partie haute de la parcelle montre une diversité floristique dominée par les espèces caractéristiques des prairies (Schedonorus pratensis ; Leucanthemum vulgare ; Plantago lanceolata ; Schedonorus arundinaceus). Les autres cortèges (ourlets et pelouses) restent minoritaires dans la composition floristique. Figure 10 : Composition floristique du relevé phytosociologique 3 pour l’année 2018 ii. Evolution des cortèges dans le temps L’interprétation des modifications des cortèges floristiques dans le temps est à prendre avec beaucoup de précaution puisqu’il n’est pas possible de caractériser avec précision la composition floristique d’un relevé lors d’un unique passage annuel. Figure 11 : Evolution annuelle des cortèges floristiques au sein du relevé phytosociologique 1 La diversité floristique spécifique du relevé 1 se simplifie puisqu’elle est passée de 27 espèces en 2015 à 18 en 2018. Cependant, parallèlement la composition des cortèges floristiques tend à se stabiliser depuis 2017 autour de 5 cortèges. Le fond de la composition floristique est toujours dominé par les espèces caractéristiques des prairies basophiles, et ceci grâce aux 75% 13% 13% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Espèces annuelles des cultures Espèces caractéristiques des ourlets Espèces caractéristiques des pelouses 58% 75% 32% 37% 42% 27% 4% 14% 23% 19% 4% 7% 6% 19% 9% 23% 17% 17% 14% 17% 11% 0 5 10 15 20 25 30 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 2014 2015 2016 2017 2018 Diversitéfloristique Compositiondurelevé Espèces caractéristiques des prairies Espèces caractéristiques des pelouses Espèces caractéristiques des fourrés Espèces caractéristiques des ourlets Espèces annuelles des cultures Richesse sépcifique
  14. 14. 15 actions de fauche et d’export. Depuis 2015, le hersage du site a fait entrer dans la composition des espèces d’annuelles des cultures. La présence du cornouiller sanguin et de la ronce (évolution classique de fermeture des milieux prairiaux) tend à se développer depuis 2017, tout en gardant un niveau relativement bas. Les opérations de fauche sont donc nécessaires pour contenir ces espèces. Figure 12 : Evolution annuelle des cortèges floristiques au sein du relevé phytosociologique 2 La composition générale des cortèges reste globalement la même d’une année sur l’autre. Les cortèges floristiques caractéristiques des ourlets et des fourrés se maintiennent autour de 12%, répartis assez équitablement. Seuls les cortèges floristiques caractéristiques des pelouses et des prairies évoluent entre eux tantôt en faveur des espèces de pelouses, tantôt au bénéfice des espèces prairiales. Il est possible que la gestion par la fauche soit responsable en partie de cela. Une nouvelle perte de diversité végétale est également constatée sur le site. La fauche reste une action importante pour le maintien des espèces de pelouses et limite l’embroussaillement de la parcelle. Elle doit être menée annuellement, mais il serait préférable de la réaliser durant la première moitié de l’été. 15% 24% 17% 20% 21% 22% 10% 28% 20% 45% 7% 10% 11% 7% 17% 11% 14% 17% 13% 17% 45% 43% 41% 5% 0 5 10 15 20 25 30 35 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 2014 2015 2016 2017 2018 Diversitéfloristique Compositiondurelevé Espèces caractéristiques des prairies Espèces caractéristiques des pelouses Espèces caractéristiques des fourrés Espèces caractéristiques des ourlets Espèces non caractéristiques Diversité floristique
  15. 15. 16 Figure 13 : Evolution annuelle des cortèges floristiques au sein du relevé phytosociologique 3 La comparaison des relevés interannuels sur le relevé 3 montre un appauvrissement de la richesse spécifique. Elle se traduit par une baisse de la représentation des espèces d’annuelles des cultures et des espèces non caractéristiques d’un milieu particulier. L’absence de hersage en 2017 est probablement à l’origine de la perte des espèces d’annuelles des cultures. Ces espèces s’expriment également plus tôt en saison (avant notre passage) et sont donc sous représentées dans les relevés, ou alors d’un changement plus profond dans la composition floristique du relevé. Pour trancher sur les tendances observées, il faudrait faire plusieurs relevés botaniques à différentes périodes. c. Cartographie des habitats La cartographie des unités écologiques matérialise au niveau surfacique les résultats de la caractérisation des habitats. Elle permet de constater spatialement l’étendu des milieux et leur agencement entre eux. i. Situation 2018 L’habitat fourré arboré se cantonne en marge de la parcelle. L’agencement des habitats reste globalement le même que ces dernières années, avec un site coupé en trois ensembles :  le quart nord-est accueille une mosaïque de prairie et de pelouse ourlifiée ;  le quart sud-est reste inchangé avec une mosaïque de pelouses ourlets et de prairie ;  la moitié ouest colonisée par la prairie de fauche avec le maintien d’éléments relictuels de friches rudérales consécutifs aux actions de hersage. 31% 28% 29% 17% 25%6% 7% 6% 13% 6% 11% 7% 17% 6% 28% 64% 11% 46% 41% 47% 15% 0 5 10 15 20 25 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 2014 2015 2016 2017 2018 Diversitéflortistique Compositondurelevé Espèces caractéristiques des prairies Espèces caractéristiques des pelouses Espèces caractéristiques des ourlets Espèces annuelles des cultures Espèces non caractéristiques Diversité spécifique
  16. 16. 17 Figure 14 : Cartographie 2018 des habitats naturels du site
  17. 17. 18 ii. Evolution temporelle Figure 15 : Cartographie 2014 des habitats naturels du site Figure 16 : Cartographie 2016 des habitats naturels du site Figure 17 : Cartographie 2017 des habitats naturels du site Figure 18 : Cartographie 2018 des habitats naturels du site Cette année est marquée par une évolution naturelle des milieux, en l’absence de gestion en 2017, de la partie est de la parcelle. La partie ouest, quant à elle, suit une trajectoire de densification du cortège prairial tout en gardant quelques espèces caractéristiques des friches rudérales. Les actions de gestion, tout au moins la fauche, sont donc nécessaires au maintien d’un milieu ouvert peu ourlifié.
  18. 18. 19 d. Décompte de l’Ail rose i. Décompte général Numéro de la modalité de transplantation (Quadrat) Nb de caïeux ou de bulbes transplantés Nb de hampes florales en 2018 Commentaires Q1 160 caïeux 18 Secteur rudéralisé. Les hampes florales sont régulièrement réparties sur le quadrat. Q2 90 caïeux 9 Secteur rudéralisé. Les hampes florales sont présentes essentiellement sur la partie nord du quadrat. Q3 510 caïeux 5 Secteur rudéralisé. Les hampes sont très peu présentes. Q4 200 caïeux 10 Secteur rudéralisé. Les hampes sont très peu présentes. Q5 160 caïeux 13 Secteur rudéralisé. Les hampes florales sont régulièrement réparties sur le quadrat Q6 90 caïeux 30 Secteur rudéralisé. Les hampes florales sont régulièrement réparties sur le quadrat Q7 740 caïeux et bulbes 8 Secteur rudéralisé. Les hampes sont très peu présentes. Q8 80 caïeux 12 Secteur rudéralisé. Les hampes sont très peu présentes. Q9 160 caïeux 13 Secteur à prairie et pelouse. Les hampes florales sont très peu présentes. Q10 90 caïeux 9 Secteur à pelouse. Les hampes florales sont très peu présentes. Q11 850 caïeux 5 Secteur à prairie et pelouse. Les hampes sont très peu présentes. Q12 315 caïeux 6 Secteur à prairie. Les hampes sont très peu présentes. Q13 160 caïeux 10 Secteur à prairie. Les hampes florales ponctuent régulièrement le quadrat. Q14 90 caïeux 11 Secteur à prairie et pelouse. Les hampes florales sont régulièrement réparties sur le quadrat. Q15 805 caïeux 5 Secteur à prairie et pelouse. Les hampes florales sont très peu présentes. Q16 63 caïeux 7 Secteur à prairie. Les hampes sont très peu présentes. TOTAL 4 393 171 Tableau II : Résultats du décompte des hampes florales d’Ail rose en 2017 par quadrats. Le taux de floraison, par rapport au nombre de caïeux transplanté, est d’environ 4% cette année. C’est le taux le plus faible de ces 5 dernières années de suivi. Au sein des différents quadrats, les taux de floraison sont très variables mais tous en dessous de 35%. Une baisse similaire du taux de floraison est rapportée sur d’autres stations à Ail rose du département de la Gironde. Cette baisse pourrait être attribuée aux variables environnementales, notamment météorologiques ; mais l’absence de gestion de la parcelle en 2017 ne permet pas d’exclure également cette variable.
  19. 19. 20 ii. Evolution interannuelle de la population Figure 19 : Evolution du nombre de hampes florales d’Ail rose depuis leur transplantation en 2012 Dans le temps, nous constatons un effondrement de la population d’Ail rose sur le site. Deux années intermédiaires (2014 et 2016) sont marquées par des reprises remarquables de la floraison de l’espèce. La modification des pratiques de gestion lors de ces années pourrait être à l’origine de ces pics populationnels. Il semblerait que la population d’Ail rose du site soit défavorisée par la non gestion, mais favorisée par la modification annuelle des pratiques de gestion. Ainsi, la pratique récurrente du hersage ne semble pas particulièrement adaptée à la population d’Ail rose sur le site, mais un changement de pratique annuel pourrait conduire à des pics de floraison remarquable. La détermination d’un itinéraire technique plus favorable pour l’espèce nécessite d’entreprendre une enquête auprès des propriétaires de parcelles à fortes densités d’Ail rose pour savoir exactement comment ils réalisent l’entretien de leurs parcelles. A l’opposé, il est clair que l’absence de fauche conduit à un embroussaillement du milieu qui à terme pourrait compromettre la population de l’espèce sur le site. 0 500 1000 1500 2000 2500 Reprise 2013 Reprise 2014 Reprise 2015 Reprise 2016 Reprise 2017 Reprise 2018
  20. 20. 21 iii. Evolution de la population par quadrat Figure 20 : Taux de reprise 2018 de la population d’Ail rose avec l’année de la transplantation
  21. 21. 22 Tableau III : Evolution interannuelle de la population d’Ail rose sur le site depuis 2015 Numéro de la modalité de transplantation (Quadrat) Evolution de la population de 2017 à 2018 Rappel de l’évolution de la population entre 2017 et 2016 Rappel de l’évolution de la population entre 2016 et 2015 Rappel de l’évolution de la population entre 2015 et 2014 Q1 -80% -71% 346% 475% Q2 -80% -78% 886% 110% Q3 -17% -76% 178% -65% Q4 0% -74% 3% -26% Q5 -66% -83% 405% 7% Q6 -61% -70% 793% 22% Q7 -27% -39% 350% -78% Q8 200% -85% 0% -41% Q9 -24% -93% 100% -48% Q10 0% -94% 191% 51% Q11 150% -78% 350% -82% Q12 200% -78% -18% -62% Q13 -74% -73% 12% -61% Q14 -86% -71% 161% -62% Q15 -64% -67% 139% -69% Q16 600% -91% 0% -81% Moyenne -61% -78% 188% -45% Avec Baisse forte de plus de 55 % de floraison Baisse du taux de floraison comprise entre 16% et 54% Maintien du taux de floraison (entre -15% et + 15%) Augmentation de la floraison comprise en 16 et 54% Augmentation forte de la floraison de plus de 56%
  22. 22. 23 iv. Evolution interannuelle de la population par quadrat  N (Q1) (Q5) (Q9) (Q13) (Q2) (Q6) (Q10) (Q14) (Q3) (Q7) (Q11) (Q15) (Q4) (Q8) (Q12) (Q16) Figure 21 : Evolution interannuelle des populations d’Ail rose par quadrat depuis 2012 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800 0 100 200 300 400 500 600 700 800
  23. 23. 24 Tableau IV :Nombre de hampes florales observées en 2018 et taux de reprise par rapport à la transplantation Numéro de la modalité de transplantation (Quadrat) Nb de caïeux ou de bulbes initialement transplantés Nb de hampes florales comptabilisées en 2013 Taux de reprise 2013 / transplantation Gestion entreprise en 2013 Nb de hampes florales comptabilisées en 2014 Taux de reprise 2014 / transplantation Nb de hampes florales comptabilisées en 2015 Taux de reprise 2015 / transplantation Gestion entreprise entre 2014 et 2016 Nb de hampes florales comptabilisées en 2016 Taux de reprise 2016 / transplantation Nb de hampes florales comptabilisées en 2017 Taux de reprise 2017 / transplantation Gestion 2017 Nb de hampes florales comptabilisées en 2018 Taux de reprise 2018 / transplantation Q1 160 caïeux 14 9% Fauche simple 12 8% 69 43% Fauche et hersage 308 193% 90 56% Absence de fauchage et de hersage 18 11% Q2 90 caïeux 20 22% Fauche simple 10 12% 21 33% 207 230% 45 50% 9 10% Q3 510 caïeux 2 0,4% Fauche et hersage 26 6% 9 2% 25 5% 6 1% 5 1% Q4 200 caïeux 34 1,7% Fauche et hersage 50 15% 37 18% 38 19% 10 5% 10 5% Q5 160 caïeux 85 53% Fauche simple 41 16% 44 17% 222 139% 38 24% 13 8% Q6 90 caïeux 40 44% Fauche simple 23 16% 28 31% 250 278% 76 84% 30 33% Q7 740 caïeux et bulbes 16 2,1% Fauche et hersage 18 3% 4 1% 18 2% 11 1% 8 1% Q8 80 caïeux 27 34% Fauche et hersage 46 58% 27 44% 27 34% 4 5% 12 15% Q9 160 caïeux 159 99% Fauche simple 230 143% 120 75% Fauche simple 240 150% 17 11% 13 8% Q10 90 caïeux 214 237% Fauche simple 37 42% 56 62% 163 181% 9 10% 9 10% Q11 850 caïeux 21 2,4% Fauche et hersage 11 2% 2 0,2% 9 1% 2 0% 5 1% Q12 315 caïeux 17 5,4% Fauche et hersage 29 10% 11 3% 9 3% 2 1% 6 2% Q13 160 caïeux 179 111% Fauche simple 323 201% 127 79% 142 89% 39 24% 10 6% Q14 90 caïeux 252 280% Fauche simple 283 314% 107 119% 279 310% 80 89% 11 12% Q15 805 caïeux 58 7% Fauche et hersage 59 8% 18 2% 43 5% 14 2% 5 1% Q16 63 caïeux 25 39,7% Fauche et hersage 58 93% 11 17% 11 17% 1 2% 7 11% TOTAL 4 393 1163 17% 1 256 29% 691 15% 1 991 44% 444 10% 171 4% Avec : Très faible taux de reprise (<50%) Fauche et hersage Faible taux de reprise compris entre 51% et 75% Fauche simple Maintien du taux de floraison (entre 76% et 100%) Taux de reprise bon, entre 101% et 150% Très fort taux de reprise (>151%) Tableau V : Taux de reprise de la floraison d’Ail rose entre 2013 / 2017 et la transplantation Les taux de reprise calculés supérieurs à 100% peuvent être expliqués par :  la présence d’une population autochtone d’Ail rose sur la parcelle avant la transplantation ;  la succession de plusieurs années de production de caïeux par fructification. Si le taux de reprise de la population d’Ail rose par rapport à la transplantation est inquiétant (Cf. tableau IV), l’évolution de la population par rapport à 2017 (Cf. tableau III) laisse présager quelques lueurs d’espoirs quant au maintien de l’espèce sur le site (Cf. quadrats 8, 11, 12 et 16).
  24. 24. 25 e. Détourage du peuplement d’ail rose Cet outil permettra à terme de visualiser les modifications spatiales de la population d’Ail rose aux gré des actions de gestion. Deux modes d’occupation sont identifiés sur le site : en population dense ou clairsemée. i. Situation 2018 Les actions de la gestion entreprises entre 2013 et 2016 semblent avoir porté leurs fruits. Si les travaux entrepris en 2014 avaient engendré une fragmentation de la population, il semblerait que les actions 2015 et 2016 ont permis à la fois de disperser des caïeux et de densifier la population. La non gestion sur l’année 2017 aurait dû laisser le statut quo sur la répartition de la population ; ce n’est pas le cas, la population s’est contractée autour de quelques secteurs pour la plupart densément peuplés antérieurement. En 2018, la population d’Ail rose se cantonne sur la moitié ouest de la parcelle et autour d’un poteau électrique. La partie ouest de la parcelle fait l’objet d’un fauchage et d’un hersage depuis 2013, à l’exception de l’année 2017. Sur la partie non remaniée de la parcelle (secteur est), la population est devenue très sporadique en 2018. Le reste de la parcelle n’accueille plus que quelques pieds dispersés çà et là, ne permettant pas de caractériser la population. Figure 22 : Répartition de la population d’Ail rose sur la parcelle en 2018
  25. 25. 26 ii. Evolution temporelle Figure 23 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2014 Figure 24 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2015 Figure 25 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2016 Figure 26 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2017 Figure 27 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle en 2018 Entre les années 2014 et 2017, la population d’Ail rose sur le site a subi d’importantes modifications, aussi bien du point de vue de son aire de répartition sur la parcelle, que de la densité des peuplements. Les modes de gestion ont engendré dans un premier temps une dispersion des caïeux et dans un second temps une densification du peuplement.
  26. 26. 27 2. Conclusion et discussions Les conclusions du suivi, concernant la transplantation de l’Ail rose sur la parcelle, restent particulièrement difficiles à analyser, tant les paramètres non contrôlés sont nombreux (variations des facteurs climatiques, actions de gestion non continues, absence de parcelle témoin…). Cette année, c’est le climat hivernal (doux et sec) et printanier (chaud et humide) qui a particulièrement joué sur la phénologie de l’Ail rose. Cette sixième année successive de suivi reste très atypique notamment sur la composition des cortèges floristiques du site. Ainsi, un simple et unique passage printanier ne suffit plus pour caractériser avec précision les cortèges. Sous l’effet du climat, la population d’Ail rose semble fleurir sur un laps de temps plus important, alors que les individus réduisent leur période de floraison. C’est ce que l’on peut conclure de ces deux années successives de suivis. Par ailleurs, et en comparaison avec d’autres secteurs à Ail rose, il semblerait que la présence d’une strate supérieure (vigne, verger) permette le développement de l’espèce. Des comparaisons avec ces populations devraient être menées pour connaitre avec précision l’optimum écologique de l’espèce et le ou les itinéraires les plus favorables. Cela pourrait être mené çà et là sur des exploitations en agriculture biologique du secteur. Il persiste toujours une inquiétude sur la fonctionnalité de la parcelle dans un contexte local peu favorable (extension de l’urbanisme, forte pression agricole et entretien inadapté des populations relictuelles) au maintien des populations d’Ail rose sur le secteur. Des actions transversales devront être trouvées, dans les schémas ou les plans d’urbanisme et dans le ciblage des parcelles compensatoires pour l’espèce, pour garantir la conservation à long terme des populations d’Ail rose environnantes et la fonctionnalité écologique de ces dernières. La comparaison avec d’autres sites de transplantation de plantes à bulbe amène à constater que si la reprise des bulbes est bonne les premières années, les populations déclinent par la suite, puis progressent ensuite. A la lumière de ces résultats et sur un plan général aux regards des autres tentatives de transplantation d’espèces à bulbe, la transplantation de populations de ces espèces doit rester exceptionnelle et justifiée (Com. pers. CBNSA, 2018) pour conserver les populations végétales impactées par un projet.
  27. 27. 28 Annexe 1 : Localisation du site La parcelle de transplantation de l’ail rose se situe sur la commune de Cubzac-les-Ponts au nord de la Dordogne dans le département de la Gironde (33). Figure : Localisation communale de la parcelle de transplantation Cette parcelle se trouve à près de 200 m à l’est de l’emprise des travaux de la LGV SEA et à moins de 400 m du lieu d’origine d’ail rose.
  28. 28. 29 Annexe 2 : Rappel sur le protocole retenu pour la transplantation1 En amont de l’opération de transplantation, un repérage et un balisage précis des pieds d’ail rose à transplanter ont été effectués le 28/06/2012 et le 12/07/2012 (périodes favorables au repérage des individus). Le déterrage des bulbes a eu lieu à l’automne de la même année. La majorité des bulbes ont été déterrés manuellement puis des essais de décapage de sol à la pelle mécanique suivis d’une récolte manuelle ont été réalisés. Enfin, la transplantation des bulbes et caïeux d’ail rose a eu lieu concomitamment et dans la continuité des opérations de récolte et menée par une équipe chantier dédiée de 5 personnes. Compte-tenu du caractère expérimental de cette opération de transplantation, plusieurs modalités de replantation (en termes de profondeur, de densité de plantation et de nombre de caïeux par trou) ont été testées prenant en compte la diversité des situations dans lesquelles l’ail rose a pu être observé. Le schéma récapitulant les différentes modalités d’implantation sur la parcelle d’accueil est présenté ci-dessous. Profondeur 5 cm Profondeur 15 cm Profondeur 5 cm Profondeur 15 cm  N CHEMIN ET VIGNES Densité de 1 caïeu / m² F O U R R E S (Q1) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux (Q5) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux (Q9) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux (Q13) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux C H E M I N E T V I G N E S Densité de 1 caïeu / 2 m² (Q2) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux (Q6) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux (Q10) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux (Q14) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux Densité de 1 caïeu / m² ou 5 caïeux / m² (Q3) 5 caïeux par trou 6 rangs soit 510 caïeux (Q7) 5 caïeux par trou (et 1 bulbe par trou en rangs 2 et 4) 10 rangs soit 740 caïeux (Q11) 5 caïeux par trou 10 rangs soit 850 caïeux (Q15) 5 caïeux par trou 9,5 rangs soit 805 caïeux Densité de 1 bulbe / 2 m² ou 5 caïeux / 2 m² (Q4) 5 caïeux par trou 5 rangs soit 200 caïeux (Q8) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 80 caïeux (Q12) 5 caïeux par trou 9 rangs soit 315 caïeux (Q16) 1 caïeu par trou 9 rangs soit 63 caïeux HABITATIONS Figure : Schéma de transplantation de l’ail rose sur la parcelle Au total, 5 592 bulbes d’ail rose ont été transplantés sur la parcelle d’accueil dont 4 393 selon 16 modalités qui seront suivies. Il est à noter que la parcelle d’accueil abritait déjà avant les opérations de transplantation une population d’ail rose, dont nous ne connaissons pas avec précision l’effectif. 1 Protocole CODO4 80118 C1 transmis et validé par les services de l’Etat le 04 octobre 2012 et compte rendu des opérations transmis le 30 octobre 2012.
  29. 29. 30 Annexe 3 : Rappel sur les modalités de gestion retenues sur la parcelle transplantée Modalités de gestion initiales Dans le protocole de déplacement de l’ail rose2 , les modalités de gestions étaient définies de la façon suivante :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Densité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Opérations de gestion Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Fauche annuelle à partir de fin juin et hersage du sol en juillet-aout Figure : Modalités initiales de gestion de la parcelle de transplantation Ce dispositif permettait de comparer l’effet de la gestion sur l’évolution de la population d’ail rose. Par exemple, les individus d’ail rose au sein des quadrats 1 et 9 ont été transplantés en respectant le même protocole mais devaient être gérés de façon différenciée. Modalités de gestion entreprises en 2013 Les premières mesures de gestions préconisées dans le protocole de déplacement de l’ail rose (fauche avec exportation) ont été effectuées courant juillet pour l’ensemble de la parcelle. Cette opération a été réalisée par COSEA. Après quoi un hersage de la moitié de la parcelle a eu lieu. Cependant, cet hersage n’a pas été effectué sur les quadrats prévus initialement, les opérations de gestion ont été réalisées de la façon suivante :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Opérations de gestion Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet et hersage du sol en juillet-aoutDensité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Figure : Modalités de gestion pour l’année 2013 de la parcelle de transplantation Ainsi, pour une même modalité de transplantation, il devient impossible de comparer l’effet de la gestion. En revanche, cette comparaison sera bien effectuée sur la globalité entre les deux modes de gestion permettant de suivre l’évolution des habitats naturels et de la population d’ail rose. Modalités de gestion 2014 En 2014, le CEN Aquitaine a préconisé une organisation nouvelle du parcours technique de gestion, tout en maintenant les modalités de gestion. 2 CODO4 80118 C1
  30. 30. 31 Ainsi, pour limiter la prolifération des essences constituant le fourré, il semble judicieux de réaliser le hersage du côté de ce dernier. Les modalités de fauche restent les mêmes. La gestion entreprise en 2014 sera donc conforme au plan d’entretien suivant :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Densité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Opérations de gestion Fauche annuelle à partir de fin juin et hersage du sol en juillet-aout Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Figure : Modalités de gestion pour l’année 2014 de la parcelle de transplantation
  31. 31. 32 Annexe 4 : Présentation des protocoles successifs retenus pour le suivi de la population transplantée Protocole du 04 octobre 2012 de suivi de la reprise des bulbes Paramètres retenus et aspects méthodologiques Plusieurs modalités ont été testées lors des opérations de transplantation. Ces modalités sont présentées sur le schéma de la page précédente (Figure 1). Au total 16 quadrats ont été réalisés avec des modalités de transplantation différentes. Les variables suivantes ont été mesurées dans chacun des quadrats : - le nombre d’individus fleuris (il est difficile de localiser les individus non fleuris au sein de la végétation. En effet, les feuilles de l’ail rose peuvent être facilement confondues avec celles de graminées) ; - la hauteur de la hampe florale (sur 25 individus) ; - le nombre de feuilles par plant fleuri (sur 25 individus). Les deux derniers paramètres visaient à suivre les effets de la variabilité naturelle de la population et à évaluer sa dynamique par rapport à une population témoin. En plus de ces paramètres, début juillet 2013, un passage sur la parcelle a été effectué afin de vérifier si les individus fleuris au printemps avaient fructifiés. En parallèle du suivi sur le succès de reprise des individus transplantés, un suivi sur les habitats naturels a été mis en place. Il vise à suivre l’évolution de la composition floristique et à appréhender les changements évolutifs des habitats naturels se trouvant sur la parcelle d’accueil. Ce suivi permettra dans les années à venir, de valider les principes de gestion retenus et/ou d’adapter au mieux ces opérations de gestion afin que les conditions restent optimales pour le maintien et le développement de la population d’ail rose transplantée. Enfin, il a été vérifié que la station se trouvant au lieu-dit des Vignaux, à proximité immédiate des travaux n’a pas été impactée. Le but de ce suivi et de vérifier que cette population mise en exclos avant les travaux de défrichement n’a pas été impactée pendant la phase de terrassement et de construction de la ligne à grande vitesse. Principaux résultats Suivi de la parcelle transplantée Les premiers résultats de l’année 2013 ont permis de dénombrés 1163 individus sur la parcelle transplantée. Un peu plus de 26% des individus transplantés ont produit des hampes florales. Il faut avoir à l’esprit que la parcelle abritait déjà des individus d’ail rose, ce qui oblige à nuancer l’évaluation de l’opération de transplantation et met en avant l’importance du choix des sites de transplantation. En effet, le nombre de hampes florales est supérieur au nombre de caïeux transplantés dans certains quadrats (Q9, Q10, Q13, Q14).
  32. 32. 33 Numéro de la modalité de transplantation Nb de caïeux ou de bulbes initialement transplantés Nb de hampes florales comptabilisées Commentaires Q1 160 caïeux 14 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q2 90 caïeux 20 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q3 510 caïeux 2 Secteur de prairie avec un fort recouvrement de Brachypode Q4 200 caïeux 34 Secteur de prairie très productive Q5 160 caïeux 85 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q6 90 caïeux 40 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q7 714 caïeux et bulbes 16 Secteur intermédiaire entre pelouse et prairie Q8 80 bulbes 27 Secteur de prairie très productive Q9 160 caïeux 159 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q10 90 caïeux 214 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q11 850 caïeux 21 Secteur intermédiaire entre pelouse et prairie Q12 315 caïeux 17 Secteur de prairie très productive Q13 160 caïeux 179 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q14 90 caïeux 252 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q15 805 caïeux 58 Secteur intermédiaire entre pelouse et prairie Q16 63 bulbes 25 Secteur de prairie très productive Total 4 393 plants 1 163 hampes florales Si l’on ne prend pas en compte ces quatre quadrats un peu moins de 10% (9,22%) des individus transplantés ont produits des hampes florales moins d’un an après les opérations de transplantation. Cette première année de suivi intervient moins d’un an après les opérations de transplantations, il est encore prématuré de dégager des conclusions sur le succès de l’opération. En ce qui concerne la fructification, l’ensemble des quadrats abritant des individus d’ail rose avait fructifié. Cette fructification peut laisser supposer une certaine viabilité dans le temps des individus transplantés. Suivi des habitats naturels de la parcelle transplantée Les relevés ont permis de mettre en évidence la présence de 2 habitats naturels différents au sein de la parcelle d’accueil (un troisième se trouve à proximité immédiate) :  Pelouse calcaire (Corine biotope : 34.32), il s’agit d’un milieu ouvert dont le cortège floristique est principalement dominé par le Brome dressé (Bromopsis erecta) et la Laîche flasque (Carex flacca). Il est fréquent de trouver un nombre important d’espèces d’orchidées au sein de ces milieux comme par exemple l’Ophrys bécasse (Ophrys scolopax), l’Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) et l’Orchis à odeur de bouc (Himantoglossum hircinum). Il s’agit d’un habitat naturel patrimonial ;
  33. 33. 34  Prairie de fauche (Corine biotope : 38.21), il s’agit d’un milieu ouvert, presque entièrement dominé par les graminées (Dactylis glomerata, Festuca pratensis, Arrhenatherum elatius). Ces prairies sont beaucoup plus productives et hautes (hauteur moyenne de la végétation comprise entre 60 cm et 70 cm contre 20 cm pour les pelouses) que les pelouses calcaires décrites précédemment. La présence immédiate de fourrés en marge de la parcelle menace directement la population d’ail rose. Il faut noter la présence quasi systématique d’espèces ligneuses issues des fourrés arbustifs dans les relevés réalisés au sein de la parcelle. Il s’agit du Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), du Prunellier (Prunus spinosa), de l’Eglantier (Rosa canina) et dans une moindre mesure des ronces (Rubus spp.). Ces espèces se trouvent en nappe (présentes sur l’ensemble de la parcelle de manière diffuse). La fauche réalisée par COSEA durant le mois de juillet vise à bloquer l’évolution dynamique des prairies et des pelouses vers des ourlets puis des fourrés, habitats non favorables au maintien des populations d’ail rose transplantées. Suivi de la parcelle en exclos Une station d’ail rose se trouve à proximité immédiate de l’emprise des travaux (parcelle cadastrale 260). Cette station a été mise en exclos afin d’éviter la destruction d’individus. L’objectif du suivi est de vérifier le bon état de conservation de la population (mise en exclos respectée et vérification que la station n’a pas été impactée) et de vérifier le maintien des populations en place et de leur dynamique. Seul le premier objectif de ce suivi a pu être réalisé. En effet, le droit d’accès à la parcelle n’a pas été accordé à l’époque au Bureau d’études BIOTOPE, rendant impossible le suivi de la population d’ail rose. A la lumière des résultats obtenus et des conditions d’exercice de ces suivis, le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine propose pour la suite, une version allégée des suivis d’ail rose. Nouveau protocole de suivi de la station Ce nouveau protocole vise les mêmes objectifs que le précédent, mais s’attache à recadrer le suivi sur la parcelle transplantée. Ainsi, il s’attachera à :  Entreprendre une description paysagère dans un rayon de 100 m autour de la parcelle pour évaluer les modifications locales qui pourraient influencer les populations d’ail rose sur la parcelle transplantée. Par ailleurs, la parcelle et son environnement feront l’objet d’un suivi photographique ;  Relever les conditions stationnelles de la parcelle ;  Caractériser les habitats : 3 relevés phytosociologiques de 4m² chacun sur 3 milieux différents de la parcelle transplantée (avril/mai). Les espèces présentes sont notées ainsi que leur coefficient d’abondance-dominance (compris entre + et 5) sur la placette ;  Dénombrer la population d’ail rose : 1 relevé en période d'inflorescence sur l’ensemble de la parcelle. Les résultats devront faire la différence entre les différentes modalités de transplantation (16 quadrats). Une cartographie de la population sera réalisée pour voir s’il y a des modifications dans la répartition des plants ;  Suivre les modalités de gestion en mesurant les hauteurs de fauche et les profondeurs de hersage au moment des travaux.
  34. 34. 35 Annexe 5 : Fiche station FICHE STATION Suivi de la transplantation d’ail rose – LGV SEA SUIVI PLURIANNEL IDENTIFIANT Observateur Nom(s) observateurs(s) :…TARTARY Pascal ; LESSIEUR David . ……………………………………………………………………….……………………… Nom organisme : CEN d’Aquitaine……………………………………… Adresse :…5 Allée Ronsard – 33 320 LE TAILLAN MEDOC …… Courriel :…p.tartary@cen-aquitaine.fr ……………………………… Téléphone :……05 56 57 67 73 …………………………………………. IDENTIFIANT Station Taxon :……Ail rose Allium roseum…… …………………..……………… Numéro :…1……… …………………………………………………………………. Code station :…33CUBZ …………………………….…………………………. N° relevé simple :…RS1……………………….…………………..……………. N° relevé phytosociologique : …PHYTO1 PHYTO 2 et PHYTO 3 Commentaires :…Transplantation LGV SEA …………………………. LOCALISATION : Département :…Gironde.………………………………………..…………………… Commune :…Cubzac les Ponts ……………………….………………………….. Précisions géo. :…Sur le plateau calcaire au-dessus de la plaine alluviale de la Dordogne …… …………………………………………………… Coordonnées GPS :……………………………………………………..…………….. Lieu-dit :…………………………………………..………………….……………………. ………………………………………………………………………………………………….. ………………………………………………………………………………………………….. CONDITIONS STATIONNELLES : Altitude :……………..………………………………………..………………m Exposition (relevé/versant) :.……………………………….………….. Roche-mère :…………………………………………..………………………. Eclairement :…100%……………………………………………………………..…… Inclinaison/topographie :……5 à 10 %…………....………… ….………….. Type de sol (texture, trophie, acidité/basicité, humidité) :..Argilo- calcaire…………………………………………………………………………………………. Etat général de conservation :  mauvais  moyen/inadéquat  bon Menaces de disparition à court terme (état critique) :  oui  non Type de gestion – fréquence – période :…Fauche tardive avec export à la mi-juillet sur l’ensemble de la parcelle + Hersage sur la moitié Ouest de la parcelle……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Facteurs d’influences : Positif (+) ; Négatif (-) ; Indéterminé ( ?) Agriculture  mise en culture, travail du sol  traitement de fertilisation et pesticides  pâturage  fauchage  abandon cultures ou prairies Sylviculture  coupes, abattages, déboisements  plantation de ligneux  aménagement forestier, pistes Fréquentation  sufréquentation, piétinement  sport et loisir de plein-air Infrastructures, aménagements  urbanisation  route ? transport d’électricité, de gaz…  extraction de matériaux  dépôt de matériaux, décharge Autre  fermeture du milieu  eutrophisation  envahissement d’une espèce exotique  compétition espèce animale sauvage Aménagement zones humides  comblement, assèchement, drainage  mise en eau, création de plan d’eau  modification des berges, endiguement  dégradation de la qualité des eaux  pisciculture (pour vente ou pêche)  atterrissement (hors aménagement)  submersion (hors aménagement)  érosion  incendie
  35. 35. 36 FICHE RELEVE PHYTO Suivi de la transplantation d’ail rose – LGV SEA SUIVI PLURIANNEL IDENTIFIANT Observateur Nom(s) observateurs(s) :… TARTARY Pascal ; LESSIEUR David . ……………………………………………………………………….……………………… Nom organisme :… CEN d’Aquitaine …………….……………………… IDENTIFIANT Station Taxon :……Ail rose Allium roseum…… …………………..……………… Numéro :…1……… …………………………………………………………………. Code station :…33CUBZ …………………………….…………………………. Commentaires :……………………………………….……………………………. MILIEU : Description :……Prairie sur ancienne friche viticole dans un environnement de vignes et péri-urbain + développement de fourrés en bordure de parcelle + quelques tâches de pelouses sèches au centre de la parcelle. ……………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Schéma :
  36. 36. 37 Numéro du relevé N°…33CUBZPhyto1 – 17/05/2017. N°33CUBZPhyto2 – 17/05/2017 N°33CUBZPhyto3 – 17/05/2017. Coordonnées GPS 44,97136 N 0,43033 W 44,97128 N 0,43023 W 44,971 N 0,43040 W Numéro photo Groupement Code Végétation PVF Code Habitat Natura 2000 Gestion appliquée Fauche + hersage Fauche Fauche + hersage Temps passé (min) Qualité du relevé (1 à 5) Surface (m²) 6 6 6 Développement (linéaire ou surfacique) Surfacique Surfacique Surfacique Profondeur (m) Ombrage (0 à 4) 4 4 40% Sol nu (%) 50% <5% 10 Pente (°) <5° <5° 0 Exposition N N Zénithal Type de sol Argilo-calcaire Argilo-calcaire Argilo-calcaire Strates A1 A2 a1 a2 h m A1 A2 a1 a2 h m A1 A2 a1 a2 h M Hauteur strates (m) - - - - 0,3 0,0,1 - - - - 0,2 0,01 - - - - 0,25 0,01 Recouvrement strates (%) - - - - 50 <5 - - - - 95 95 - - - - 60 10
  37. 37. 38 Numéro du relevé N°33CUBZPhyto1 – 17/05/2017. N°33CUBZPhyto2 – 17/05/2017 N°33CUBZPhyto3 – 17/05/2017 Strates A1 A1 a1 a2 h m A1 A1 a1 a2 h m A1 A1 a1 a2 h m Aethusa cynapium Agrimonia eupatoria 2 Allium roseum Anacamptis pyramidalis Anisantha sterilis 2 Arrhenatherum elatius Avena fatua Bellis perennis 2 Blackstonia perfoliata Brassica nigra Bromoptis erecta 5 5 Carex flacca 2 Centaurea gr. jacea 2 2 Cerastium fontanum subsp. vulgare Cirsium sp. Cirsium vulgare Crepis vesicaria subsp. taraxaciflora 2 Cornus sanguinea 3 Dactylis glomerata 1 1 Daucus carota 1 1 Diplotaxis sp. Festuca arundinacea 2 2 Geranium dissectum 3 Geranium pusillum Lathyris aphaca Lathyrus latifolius Lathyrus pratensis 1 2 Leucanthemum vulgare 5 3 Linum bienne 1 Linum usitatissimum subsp. angustifolium Lotus corniculatus 2 Medicago lupulina 1 1 Medicago polymorpha Muscari neglectum Origanum vulgare 2 2 Orobranche sp. Picris hieracioides 2 Pilosella officinarum 1 1 Plantago lanceolata 2 2 Poa pratensis 1 Poa trivialis Potentilla reptans 2 Poterium sanguisorba 2 1 Ranunculus bulbosus 1 1 Rapistrum rugosum Rubus sp 3 1 Taraxacum sp Tragopogon pratensis Trifolium pratense Trifolium repens 1
  38. 38. 39 Trifolium squamosum Trisetum flavescens 1 Valerianela sp. Veronica arvensis Veronica persica Veronica polita 1 Vicia sativa
  39. 39. 40 Annexe 6 : Evolution interannuelle de la composition des relevés floristiques Relevé phytosociologique 1 Espèces Abondance 2014 Abondance 2015 Abondance 2016 Abondance 2017 Abondance 2018 Evolution Agrimonia eupatoria 1 +  Allium roseum i + 1 1  Anacamptis pyramidalis i  Anagalis sp. +  Anisantha sterilis 2 2  Arrhenatherum elatius 1  Bellis perennis 1 1 2 2  Brassica nigra + +  Bromus erectus 2  Bromus sterilis 1  Carex flacca 1 2 2 Variable Centaurea gr. jacea 3 2 2 Variable Cerastium fontanum subsp. vulgare 1 1 Variable Cirsium vulgare 1  Crepis vesicaria subsp. taraxaciflora 1 4 4 2 2 Variable Dactylis glomerata 1 1 Variable Daucus carota 3 + 1 2 1 Variable Dyplotaxis sp. +  Festuca arundinacea 1 2  Festuca pratensis 4 1  Geranium dissectum 1 1 2 3  Himantoglossum hircinum i  Lathyris aphaca 1  Leucanthemum vulgare + 1 1 5 Variable Linum bienne 1 3 1 Variable Lotus corniculatus 4 1  Muscari neglectum i  Ophrys scolopax i  Orchis purpurea i  Origanum vulgare + 2 2  Orobranche sp. 1  Picris hierassoides 1 4 2 Variable Pilosella officinarum 1 1  Plantago lanceolata 1 3 1 2 2 Variable Poa trivialis +  Potentilla reptans 1  Ranunculus bulbosus + 1 2  Rapistrum rugosum 1 1 2  Rubia peregrina +  Rubus sp 2 + + 2 3 Variable Sanguisorba minor 1 + 1 2  Sonchus asper 1  Taraxacum sp 1  Tragopogon pratensis + +  Trifolium dubium 3  Valerianela sp. + 1  Veronica arvensis +  Veronica persica 1  Veronica polita + 1 1 1  Vicia sativa 1 1 + 2 Variable
  40. 40. 41 Relevé phytosociologique 2 Espèces Abondance 2014 Abondance 2015 Abondance 2016 Abondance 2017 Abondance 2018 Evolution Agrimonia eupatoria 2 1 1 2 2 Variable Allium roseum + 2 1 1  Anacamptis pyramidalis i + +  Bellis perennis + 1 Variable Blackstonia perfoliata +  Bromopsis erecta 4 2 4 5 5  Carex flacca 1  Centaurea gr. jacea 3 1 2 2 Variable Cerastium fontanum subsp. Vulgare 1  Cirsium vulgare 1  Cornus sanguinea + 1 1 2 3  Crepis vesicaria subsp. Taraxaciflora +  Dactylis glomerata + 1 1  Daucus carota 3 1 Variable Hieracium pilosella 2 1 +  Himantoglossum hircinum i i  Lathyrus pratensis 1 Leucanthemum vulgare 2 + 1 1 Variable Linum bienne + 2 + 2 Variable Lotus corniculatus 1 2 2 2 2  Medicago lupulina. i 1  Muscari neglectum + +  Ophrys scolopax + +  Origanum vulgare + + 1 2 2  Orobranche sp +  Picris crassoides +  Pilosella officinarum 1 1  Plantago lanceolata 2 1 1  Poa pratensis + 1 1 Variable Poa trivialis + 1  Potentilla reptans 3 1 2 2 Variable Pulicaria dicentrica i  Ranunculus bulbosus 1 1 1 1 Variable Rubus sp. + 2 1 1 1 Variable Sanguisorba minor 3 1 1 1 1  Tragopogon pratensis i + +  Trifolium dubium 1  Trifolium pratense 2 2 1 2 Variable Trisetum flavecens 1 Variable Vicia sativa + 
  41. 41. 42 Relevé phytosociologique 3 Espèces Abondance 2014 Abondance 2015 Abondance 2016 Abondance 2017 Abondance 2018 Evolution Aethusa cynapium 3  Agrimonia eupatoria + Variable Allium roseum i + Variable Anisanthra diandra 2 Variable Avena sativa 1  Cirsium sp. 1  Brassica nigra +  Bromus sterilis + 4  Dactylis glomerata + 1  Daucus carota 1 + 3  Festuca arundinacea 2 2  Festuca pratensis 5  Geranium dissectum + + 1 Variable Geranium pusillum 1  Lathyris aphaca 2 1 3 2 Variable Lathyrus latifolius 2  Lathyrus nissolia 1  Lathyrus pratensis 1 2 2  Leucanthemum vulgare 1 1 + 3 3  Linum bienne 1 1 Variable Lotus corniculatus 1 1 Variable Medicago arabica 2 1  Medicago lupulina. 3 1 1 Variable Medicago polymorpha 2 2  Muscari neglectum i  Picris crassoides 5 4 Variable Plantago lanceolata 1 2 2 Variable Poa trivialis + 2  Ranunculus bulbosus + 1 Variable Rapistrum rugosum 2 1 +  Sinapis arvensis +  Soncus asper 1  Trifolium pratense +  Trifolium squamosum 1  Veronica polita 3 + 2 Variable Veronica arvensis +  Vicia sativa 4 + + 2 Variable
  42. 42. 43

×